Site hébergé
à l'IRD
Archives

 

Piranhas et kumaru

Les piranhas et les kumaru sont regroupés dans une sous-famille des Serrasalminae (famille des Characidae) essentiellement caractérisée par un corps losangique ou discoïde et haut ainsi que la présence de serrae abdominales (formations osseuses dures faisant saillie sous la peau) formant une sorte de quille. Les Serrasalminae sont surtout connus par les piranhas et leur réputation de voracité. Pourtant les piranhas aux dents acérées et pointues ne représentent qu'une branche des Serrasalminae. Les espèces de la branche phytophage et/ou frugivore sont, en fait, plus nombreuses, souvent plus grosses et plus recherchées en Amazonie et dans les Guyanes en raison de leur qualité gustative et de la valeur économique qu'elles représentent. C'est parmi ces poissons, regroupés sous le nom générique de pacu en Amazonie, que l'on retrouve les kumaru (appelés watau, pasina ou asitau par les Indiens Wayana) de Guyane française. Les kumaru frugivores ont de fortes dentures souvent comparées à des "meules". Mais chez certains kumaru phytophages, la denture est beaucoup moins épaisse, composée d'incisives arrondies permettant de couper les feuilles tendres de la végétation aquatique ou rivulaire.

Les Piranhas

Les piranhas du haut Maroni sont essentiellement représentés par le pëne (Serrasalmus rhombeus) et le pëne nipïma (Pristobrycon eigenmanni). Ces deux espèces montrent une taille relativement réduite quand on les compare à celle des kumaru. Pëne et pëne nipïma sont très proches du piranha amazonien à ventre rouge, Pygocentrus nattereri. La renommée d'une voracité hors du commun de ces derniers est très surfaite ; ils n'en sont pas moins de redoutables prédateurs, d'autant plus qu'ils sont souvent regroupés en bancs.

Le pëne, avec une taille maximum de 47 cm pour plus de 3 kg, est le plus gros piranha de Guyane et le deuxième de toute l'Amazonie. Il a une forme losangique régulière, une couleur argentée, passant au noir à l'âge adulte. Son œil rouge vif est traversé par une barre noire verticale et ses joues sont fortement teintées de rouge. Sa nageoire caudale est bordée par deux bandes noires, l'une à sa base, l'autre à son extrémité. Ses lèvres charnues cachent une armature de dents pointues, triangulaires et coupantes. Elles peuvent infliger de sévères blessures si l'on manque d'attention en démaillant les poissons des filets de pêche. Le pëne se nourrit principalement de poissons ; c'est un ichtyophage qui n'est pas dangereux pour l'homme. Contrairement au piranha à ventre rouge du Brésil, le pëne se déplace souvent seul et fréquente préférentiellement les zones calmes des fleuves.

Le pëne nipïma (le piraï des Créoles) est nettement plus petit que le pëne et ne dépasse pas 14 cm. Lorsqu'il est jeune, sa robe gris métallique montre des ponctuations plus foncées qui s'estompent plus ou moins chez les adultes qui conservent quelques taches allongées sombres. En aquarium, les nageoires des piraï souffrent parfois des attaques des congénères. Ce sont des ichtyophages comme le pëne.

 


Les Kumaru

Parmi les kumaru nous retiendrons particulièrement les watau, l'asitau, le pasina, le laku et les yaya-kumaru. Le watau yaikë ou watau sombre (Tometes lebaili) est une espèce découverte récemment (2002) ce qui explique que l'on ne connaisse encore que peu de choses sur sa biologie. De même pour le watau ihle (Myloplus planquettei) qui, comme le précédent, est de découverte toute récente (2003).

Le watau yaikë peut atteindre 47 cm pour 4,8 kg. Ce poisson est capturé aux filets maillants et à l'hameçon pendant la crue mais aussi à l'occasion des nivrées pendant la saison sèche. Il a des flancs foncés, noir à bleu-noir, et les nageoires impaires sont noires. Les mâles se distinguent des femelles par la présence d'un second lobe anal situé à la partie médiane de cette nageoire.
Le watau yaikë vit exclusivement dans les courants où il s'alimente surtout de feuilles et de fruits de wïja, mais pourrait aussi se nourrir pendant la saison sèche de résidus ligneux, et au moment de la crue de fruits tombés à l'eau. Les juvéniles de cette espèce sont présents dans les rapides et les sauts entre les feuilles des herbiers à Podostemacées où ils se nourrissent d'invertébrés aquatiques. Aujourd'hui, le watau yaikë n'est connu que du haut cours du Maroni et de la Mana.
Le watau yaikë est une des trois espèces les plus recherchées pour la commercialisation à Maripasoula. Il est alors vendu frais, les viscères étant retirées immédiatement après la capture, ou salé-séché.

en savoir plus : description physique de watau yaikë

La longueur maximum observée du watau ihle est de 46,5 cm et son poids de 5 kg. Les flancs des grands spécimens sont rouge-bordeaux. Les jeunes de moins de 10 cm présentent une tache noire ronde en arrière de la tête. Le watau ihle est caractérisé par la présence d'une bande noire sur la nageoire caudale. C'est une espèce endémique du haut cours du Maroni.
Les premières observations indiquent que le watau ihle s'alimente de fruits, de graines, de fleurs et de feuilles de la végétation des rives du fleuve. Le watau ihle est plus rare que les deux autres espèces de kumaru présentes dans les rapides, l'asitau et le watau yaikë.
Le watau ihle est le plus grand Serrasalminae de Guyane et l'un des plus gros poissons du haut Maroni, avec le huluwi, un poisson-chat et l'aimala, un carnassier.

en savoir plus : description physique de watau ihle

Les watau sont beaucoup plus recherchés par les habitants de Maripasoula que les huluwi et les aimala. Les watau représentent une part importante des échanges commerciaux entre le pays indien et la région de Maripasoula.
Chez les deux watau, les informations récoltées permettent de penser qu'une période de ponte a lieu en saison des pluies. La première maturation génitale ne se fait pas en dessous d'une taille de 20 cm ce qui correspond à un âge de 3 ans pour le watau yaikë.

L'asitau (Prosomyleus rhomboidalis) est la troisième grande espèce de kumaru, sa taille maximum pouvant atteindre 5 kg. Comme le watau yaikë, il fréquente particulièrement les zones de rapides. En revanche sa distribution géographique est beaucoup plus large puisqu'on le trouve dans pratiquement tous les fleuves de Guyane, sauf le Kourou et l'Iracoubo ; il est également présent dans une grande partie de l'Amazonie. Comme chez les deux espèces précédentes, les mâles ont une nageoire anale bilobée alors que celle de la femelle est triangulaire. La maturité génitale serait atteinte à 2 ans. La ponte s'étale sur plusieurs mois mais s'effectue prioritairement à la saison des pluies. Au cours d'une ponte, une femelle mature produit environ 10 000 œufs/kg d'un diamètre moyen de 2,5 mm. À l'éclosion, les larves consomment d'abord du plancton animal avant de manger des invertébrés. Par la suite les poissons deviennent largement frugivores et consommateurs de feuilles de Podostemacées; même s'ils ne dédaignent pas de temps en temps quelques invertébrés.


Espèce de taille moyenne (25 cm pour moins d'un kilo), le pasina (Myloplus ternetzi ou Myleus rubripinnis) est largement répandu dans toute la Guyane. De couleur globalement argentée, seule la robe des mâles s'enrichit de couleurs vives et riches au moment de la maturation génitale. Le pasina se nourrit des feuilles de la végétation présente sur les rives des cours d'eau.



Le laku (Acnodon oligacanthus) est le plus petit Serrasalminé végétarien du haut Maroni. Il ne dépasse pas 18 cm pour 180 g. Il possède un corps en forme de losange avec une robe argentée sur laquelle se détache souvent une tache noire en arrière de l'opercule. Habitant en général dans les zones sablo-rocheuses calmes à l'écart des rapides, il migre dans les criques de sous-bois pour se reproduire.



Le yaya-kumaru (Metynnis lippincottianus) est un très joli petit piranha herbivore qui vit dans les marais en zone côtière où il se nourrit de cabombas, plantes aquatiques immergées voisines des nénuphars. La taille du yaya-kumaru dépasse rarement 20 cm. L'une de ses particularités, en dehors de son mode de vie en bancs, est qu'il se situe dans la même lignée que les piranhas et non dans celle des grands kumaru.



En savoir plus :
les dents des piranhas
la théorie du carnivore masqué