Relitrans, transnationalisation religieuse des Suds : entre ethnicisation et universalisation Relitrans, transnationalisation religieuse des Suds : entre ethnicisation et universalisation
 
  Accueil L’équipe Le projet Actualités Liste des ouvrages de références Partenaires Photographies & Base de données  
Accueil > Photographies & Base de données > PHOTOGRAPHIES ET BASE DE DONNEES
PHOTOGRAPHIES ET BASE DE DONNEES
 

Modalités et mouvances religieuses ethnographiées :

Religions « afro-américaines » :

- Batuque
- Candomblé
- Ifá
- Kimbanda
- Orisha-voodoo
- Palo-monte
- Religion yoruba
- Santería
- Spiritisme
- Umbanda

Religions « amérindiennes » et réseaux new age :

- Concheros
- Fêtes de mayordomías ou système de charges religieuses
- Mexicáyotl / Mouvement de la mexicanité / Mexicanisme
- Néo-chamanisme (Bogotá)
- Néo-mexicanité
- New age
- Organisation rituelle huichole (wixarika)
- Spécialistes traditionnels méso-américains

Entreprises missionnaires des prophétismes africains et brésiliens :

- Assemblée de Dieu
- Celestial Church of Christ
- Centre d’évangélisation Béthanie
- Christianisme africain
- Church of Pentecost
- Église Universelle du Royaume de Dieu
- Églises indépendantes africaines
- Pentecôtisme
- Prophétismes et prophètes africains

Contextes et champs religieux nationaux :

- Argentine
- Brésil
- Burkina Faso
- Colombie
- Congo-Brazzaville
- Côte d’Ivoire
- Cuba
- Espagne
- États-Unis
- France
- Gabon
- Ghana
- Haïti
- Mexique
- Nigeria
- Portugal
- Uruguay

Concepts :

- Bricolage
- Hybridité / Hybridation
- Métissage
- Réinterprétation
- Transnationalisation / Transnationalisme

Médias :

Au-delà de la circulation physique des personnes, les pratiques religieuses – ou les symboles, images, discours et idées qui y sont associés – se diffusent également aujourd’hui à travers différents médias, dont l’importance varie d’une modalité ou d’une mouvance à une autre, et d’un contexte régional à un autre.

- Internet
- Musique / Danse
- Radio
- Revues
- Télévision
- Vidéo

Évènements clé :

Par cette expression, nous désignons les cérémonies, meetings, congrès, festivals, ferias et rencontres de tout type, régulières ou réitérées, auxquelles assistent des adeptes de diverses origines ethniques et nationales et de foi variées.

C’est durant ces évènements que des interactions sont tissées entre ces différents acteurs et que sont générés des imaginaires communautaires qui dépassent le cadre local et régional. On peut aussi y observer de nouvelles alliances, ainsi que des tensions et des luttes de pouvoir entre les différents groupes et/ou tendances présentes.

Nous avons répertorié et décrit ici quelques-uns de ces événements parmi les plus significatifs pour nos objets, à partir des ethnographies collaboratives mises en œuvre.

- Afrique élève l’Europe
- Conférences mondiales sur la tradition et la culture des orisha
- Expo-férias commerciales des circuits ésotériques et new age
- La marche pour Jésus
- Pèlerinage céleste à Imeko
- Rituels d’équinoxe sur des sites archéologiques méso-américains

Acteurs nodaux :

(Extrait de : Argyriadis, Kali, « Formes d’organisation des acteurs et modes de circulation des pratiques », in Argyriadis, Kali, Capone, Stefania, De la Torre, Renée, Mary, André (éds.), 2012, Religions transnationales des Suds. Afrique, Europe, Amériques, Louvain, Academia / IRD / CIESAS, pp. 58-59)

L’ethnographie des phénomènes de transnationalisation religieuse révèle la présence de différents types d’acteurs. Si l’importance des figures charismatiques traditionnelles et des leaders locaux reste avérée, de même que celle des cultural brokers dans les interactions entre échelles locales et nationales, d’autre catégories semblent émerger à l’échelle transnationale, comme celle des « médiateurs-commerçants » ou même des consommateurs.

Toutefois, c’est tout particulièrement au sein des déploiements réticulaires polycentrés transnationaux et « trans-groupes » que se détache une figure particulière, celle de l’acteur « nodal » : un personnage dont la fonction, la compétence et l’objectif sont de créer des connections originales, dont la combinaison lui permet de soutenir son propre projet religieux, identitaire et/ou culturel, en mettant à profit une situation d’intersection unique dont il est le moteur incontournable.

L’acteur « nodal » relie de façon dense plusieurs groupes, organisations et sous-réseaux de diverses natures (religieux, artistiques, politiques, d’échange marchand, etc.) et dont le rayon d’action se déploie sur plusieurs échelles géographiques et relationnelles. On le retrouve dans tous les événements-clé du ou des mouvements qu’il contribue activement à dynamiser. Abondamment médiatisé, n’hésitant pas à se présenter à la fois comme pratiquant, chercheur, artiste et/ou militant ethnique ou politique, il possède les clés de tous les contextes dans lesquels il évolue, y compris le contexte transnational, et en manipule avec facilité les codes essentiels.

En effet l’acteur « nodal » n’est pas seulement un médiateur entre plusieurs groupes (l’un exerçant une domination sur l’autre), « mondes » ou systèmes de sens. Il est lui-même à l’origine de ces connexions, qui sont sa raison d’être et son moyen d’acquisition d’une position de prestige et/ou de pouvoir à toutes les échelles et dans tous les groupes, milieux ou « mondes » – n’ayant pas toujours de liens hiérarchiques préalables – qu’il met en lien. En somme c’est lui qui, dès le départ, crée et donne un sens à la relation, afin de poursuivre ses propres objectifs, lesquels bien entendu sont en rapport étroit avec son histoire sociale, identitaire, politique et religieuse d’origine.

Cette position hégémonique crée un nouveau statut de pouvoir, généré par le fonctionnement en réseau de relations polycentrés, qui vient concurrencer les statuts « traditionnels » des leaders et médiateurs locaux. Ici la maîtrise du savoir et la capacité à assimiler et à utiliser plusieurs codes culturels se révèlent plus pertinentes qu’une aisance matérielle qui s’acquiert souvent a posteriori. On pourrait d’ailleurs se demander si à terme, ces acteurs « nodaux » ne seront pas destinés à devenir les nouveaux prophètes ou guides suprêmes des religions transnationales qu’ils sont en train de contribuer à construire.

Sont présentés ici quelques cas d’acteurs « nodaux » particulièrement pertinents par rapport à nos objets.

- Alberto Ruz Buenfil
- Baba Oseijeman Adelabu Adefunmi I
- Eli Torres
- Emilio Fiel “Miyo”
- Guadalupe Jiménez Sanabria « Nanita »
- Jacob Blin Ediémou
- Kakou Séverin
- Pablo Taizán de la Cruz
- Prophète Emmanuel
- Yèyé Sussu et João, un binôme nodal au Portugal

Réseaux et circuits :

(A venir)

Photographies :

- Photographies d’Alejandra Aguilar
- Photographies d’Alejandro Frigerio
- Photographies d’André Mary
- Photographies de Ari Pedro Oro
- Photographies de Bernard Coyault
- Photographies de Caterina Pasqualino
- Photographies de Cristina Gutiérrez
- Photographies de Damien Mottier
- Photographies de Kali Argyriadis
- Photographies de Maïa Guillot
- Photographies de Nahayeilli Juárez Huet
- Photographies de Renée de la Torre
- Photographies de Sandra Fancello
- Photographies de Stefania Capone

 
Rechercher
 
 

 
 

Accueil | L'équipe | Le projet | Actualité | Bibliographie | Partenaires | Photographies | Contacts
Plan du site | Mentions légales | Espace réservé | Administration | Suivre la vie du site RSS 2.0