À l’occasion de ses 20 ans, le Groupement d’Intérêt Scientifique Sol (GIS Sol), porté par le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, le ministère de la Transition écologique, l’ADEME, le BRGM, l’IGN, INRAE, l’IRD et l’OFB, a tenu lundi 6 décembre une journée de bilan et de perspectives de son action d’inventaire et de surveillance des sols.

Avec près de 300 représentants des mondes académique, agricole, forestier et associatif, des décideurs et autres parties prenantes, la journée a illustré la manière dont le GIS Sol a et peut encore contribuer aux nouvelles politiques publiques, en particulier agricoles et forestières, dans le cadre de l’aménagement du territoire mais aussi de la gestion de la biodiversité et de la lutte contre le changement climatique afin de répondre aux enjeux climatique, sanitaire et environnementaux. 

Les sols sont à la base de notre alimentation et participent à la préservation de la ressource en eau, en quantité et en qualité, à la préservation de la biodiversité terrestre et à la régulation du climat. Mais ils sont aussi exposés à de multiples menaces d’origines naturelles ou liées aux activités humaines : perte de matières organiques, érosion, pollutions, imperméabilisation…

On estime qu’entre un et deux tiers des sols en Europe et dans le monde sont aujourd’hui dégradés. Cette proportion pourrait croître d’ici 2050 en l’absence de mesures concrètes. 

 

Le GIS Sol, de l’acquisition d’échantillons à la construction d’indicateurs opérationnels de qualité des sols

Différentes instances internationales, européennes, nationales et territoriales se préoccupent de la protection et de la restauration des sols. À ces fins, une meilleure connaissance des sols et un suivi dans le temps de leur qualité sont indispensables. L’action du GIS Sol s’inscrit dans cet objectif depuis 2001, agissant pour l’acquisition d’échantillons de sols (75 000 sont dans le Conservatoire des sols), de données sur les propriétés des sols, et progressivement, dans une construction d’indicateurs opérationnels de la qualité des sols en appui aux politiques publiques et aux acteurs privés. 

Les jeux de données sur les sols sont de plus en plus sollicités sur le site du GIS Sol : plus de 7 000 téléchargements de 15 jeux de données, presque 1 million de vues de 159 cartes en 2020. Ces résultats ont été possible grâce à des programmes de recherche solides, à de multiples partenariats, et à un énorme travail de terrain. La carte des sols du GIS qui fait référence dans la connaissance et la gestion durable des sols a été intégrée au Géoportail?Géoportail opéré par l’IGN.

En cohérence avec la nouvelle mission européenne « Prendre soin du sol, c'est prendre soin de la vie » et le lancement du nouvel observatoire européen des Sols avec lequel le GIS Sol interagit, la journée a permis : 

1) de faire le bilan des données et échantillons rassemblés par le GIS Sol et de leur utilité pour servir de nombreux objectifs : 

  • agricoles : délimitation des zones défavorisées et projets alimentaires territoriaux dans le cadre de la Politique Agricole Commune ; 
  • forestiers : développement de la filière 
  • environnementaux : protection de la biodiversité des sols, préservation de la qualité des eaux, et préservation des zones humides
  • changement climatique : stockage de carbone organique dans les sols et émissions de gaz à effet de serre
  • sanitaires : contamination des milieux
  • aménagement du territoire : qualité du foncier et artificialisation des terres.

© Inrae

2) de tracer des perspectives ouvertes par les nouvelles technologies (capteurs, modèles, télédétection), et le recours aux sciences participatives (données acquises avec ou grâce à la participation de non experts du sol). 

Le GIS Sol a présenté les résultats d’une enquête ouverte à tous sur les besoins en données sur les sols. La journée a permis d’officialiser le lancement du SOLathon, un concours de création d’outils numériques pour enrichir l’enregistrement, la diffusion des données sur les sols. Les résultats de ce concours qui réunit 7 candidats projets seront connus mi-juin 2022.

« Les sols sont un écosystème en soi, un milieu vivant. Protéger les sols, c'est veiller à l'équilibre des autres écosystèmes auxquels ils fournissent ressources et support. Les travaux du GIS Sol sont donc essentiels à l’échelle de la France et au-delà en Europe. Nous n’en sommes encore qu’au début ! » Barbara Pompili, Ministre de la Transition écologique.

« Le travail que mène le GIS Sol est précieux car au-delà de leur dimension productive, nos sols jouent un rôle majeur pour relever les défis qui sont face à nous, et au premier rang desquels les défis environnementaux. Car oui, nos sols sont de véritables alliés face au changement climatique ! » Julien Denormandie, Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation.

À propos du GIS Sol

Créé en 2001, le Groupement d’Intérêt Scientifique Sol a pour missions de constituer et de gérer le système d’information sur les sols de France afin de répondre aux demandes des pouvoirs publics et de la société.