Du 19 au 30 avril 2021 s’est déroulée la mission du 3ème Conseil Scientifique du projet « Partenariat Rénové pour la Recherche au service du développement de la Côte d’Ivoire » (PRESED-CI 2).

Huit (8) experts Africains et Français sur 12 membres du Conseil Scientifique ont été mobilisés au cours de cette activité : Pr Madeleine Félicité REJO-FIENENA (Madagascar), Pr Abdou Salam FALL (Sénégal), Pr Isabelle Adolé GLITHO (Togo), Pr Hassan Bismarck NACO (Burkina Faso), Dr Luc DESCROIX  (France), Pr Nicolas FABRE (France), Dr Yao KONAN (Côte d’Ivoire) et le Pr Roch Yao GNABELI (Côte d’Ivoire) président de ce Conseil Scientifique.

Une réunion en plénière (du 19 au 28 avril) a été précédée de la deuxième visite de suivi et d’évaluation des 13 projets de recherche et thèses sur le terrain à Yamoussoukro, Bouaké, Daloa et Abidjan. L’objectif de cette réunion était de réaliser un bilan des activités en cours et de formuler, le cas échéant, des éléments de recommandations pour la suite des projets de recherche soutenus.

© IRD/Franck Kouassi

Bref historique du PRESED-CI 2

Pour rappel La Côte d'Ivoire a signé avec la France un Contrat de Désendettement et de Développement (C2D) qui en est actuellement à sa deuxième phase de mise en œuvre. Ce pays est l’un des rares à inclure spécifiquement dans son contrat avec la France un volet "Enseignement supérieur et recherche scientifique" intitulé "Appui à la Modernisation et à la Réforme des Universités et Grandes Ecoles de Côte d’Ivoire" (AMRUGE-CI). La composante recherche de ce volet a été coordonnée en grande partie par l'IRD pour un montant total, sur les deux phases, de plus de 4 600 000 €. La première phase, qui a débuté en 2014, s'est achevée en 2019. La deuxième phase, qui s’inscrit en continuité de la première, est en cours d'exécution. Comme le précédent, elle a pour objectif de créer des conditions propices au développement du système d’enseignement supérieur et de recherche.

L’un des projets phares de ce volet s’intitule "Partenariat rénové pour la Recherche au Service du Développement de la Côte d’Ivoire" (PReSeD-CI).

Le PReSeD-CI 1 (C2D 1) a permis le financement de 10 projets de recherche en santé et technologies pour un montant maximum de 130 000 € (soit 85 millions de FCFA) par projet. Il visait la Structuration de la recherche autour de deux pôles de recherche prioritaires, la santé et les technologies (1 327 876 M€). Cette sous-composante visait le déploiement de projets de recherche permettant : i) le développement ou la relance des collaborations de recherche des équipes ivoiriennes avec des équipes de recherche reconnues sur le plan international ; ii) le renforcement des capacités de recherche à travers l’encadrement d’étudiants et de jeunes chercheurs et la constitution de nouvelles équipes de recherche ; iii) le renforcement de capacités techniques à travers l’acquisition de matériels et iv) la valorisation des connaissances acquises (valorisation entendue depuis la valorisation scientifique jusqu’au développement d’une technologie nouvelle ou le développement de l’expertise scientifique).

Renforcer les capacités de recherche des scientifiques ivoiriens

Le projet PReSeD-CI 2 (C2D 2), vise à renforcer pendant trois ans les capacités de recherche des scientifiques ivoiriens, dans des domaines scientifiques prioritaires pour la Côte d’Ivoire et non abordés dans la première phase du C2D. Ce renforcement s’est concrétisé par le financement de 13 projets de recherche (1 742 941 M€) coordonnés par des scientifiques ivoiriens au sein de laboratoires nationaux, en relation avec des équipes de recherche françaises et de la région CAMES. Ces laboratoires ont bénéficié d’équipements scientifiques et bénéficié de 23 bourses de doctorat (1 à 3 étudiants par laboratoire). Contrairement au premier PReSeD-CI, les 23 étudiants bénéficiaires des bourses de Doctorat (mobilité assurée par Campus-France) ont été intégrés dans les laboratoires de recherche des porteurs des projets retenus dans le cadre du PReSeD-CI 2. En plus de cet objectif de renforcement des ressources humaines, ce programme de bourses de Doctorat vise à encourager les partenariats internationaux de formation et de recherche entre établissements/laboratoires ivoiriens et des établissements homologues notamment dans l’espace francophone de la sous-région ouest-africaine et en France.