La Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) se réunit au siège de l’Unesco à Paris du 29 avril au 4 mai. L’objectif : finaliser le rapport d’évaluation mondial sur la biodiversité et les services écosystémiques.

Pendant trois ans, 150 experts internationaux provenant de 50 pays, ont élaboré une nouvelle synthèse mondiale décisive sur l’état de la nature, des écosystèmes et des services rendus par la nature aux populations.

C’est la première évaluation de ce type depuis la publication, en 2005, du "Millenium Ecosystem Assessment". C’est aussi la première qui soit intergouvernementale. A Paris, la synthèse sera présentée lors de la 7e session de l’IPBES aux représentants de 130 États, qui l’examineront et en discuteront, en vue d’une approbation et publication le 6 mai.

Cette synthèse offrira un aperçu global de l’état d’avancement du monde en matière de préservation de la biodiversité, eu égard aux principaux objectifs internationaux, dont les Objectifs de développement durable (ODD), les objectifs d’Aichi relatifs à la diversité biologique et l’Accord de Paris sur les changements climatiques. Elle présente les causes des changements affectant la biodiversité et les écosystèmes, les conséquences pour les populations, les options politiques et les trajectoires possibles pour les trois prochaines décennies si les tendances actuelles se confirment, ainsi que des scénarios alternatifs.

Les chercheurs de l’IRD mobilisés

Priorité scientifique de l’IRD, la préservation de la biodiversité mobilise de nombreux chercheurs et partenaires de l’Institut, qui conduisent des programmes de recherche afin de mieux comprendre le fonctionnement des écosystèmes et leurs interactions, préciser les impacts des changements globaux sur la biodiversité et proposer des actions pour mieux la préserver.

Des chercheurs de l’Institut ont participé à l’élaboration de l’évaluation mondiale sur la biodiversité et les services écosystémiques : Yunne Shin, biologiste marin au laboratoire Biodiversité marine, exploitation et conservation (MARBEC), coordonne la réalisation du chapitre 4 de l’évaluation, intitulé "Plausible futures of nature, its contributions to people and their good quality of life". Thierry Oberdorff, écologue au laboratoire Evolution et diversité biologique (EDB), a également contribué à ce chapitre, en tant qu’auteur principal de la partie consacrée aux écosystèmes d’eau douce.

Une délégation de chercheurs de l’IRD participe à la 7e session de l’IPBES.

Steps for a change : pas de petits pas !

L’inauguration de la 7e session plénière de l’IPBES, organisée à l’Unesco le 29 avril 2019, a été marquée par la performance de 14 jeunes filles, venues présenter leur spectacle, Steps for a change, aux 132 délégations gouvernementales présentes. Océans, récifs coralliens, abysses, espèces invasives, désertification et restauration des espaces naturels : à travers six séquences dansées, accompagnées de projections vidéos (motion designer Edouard Granero), les jeunes filles de la compagnie « Les arts en scène » de Montpellier ont porté un message : celui de l’urgence d’agir face aux changements globaux qui affectent la biodiversité.

A l’interface entre science, art et politique, Steps for a change est né de la rencontre entre Yunne Shin, écologue océanographe à l’IRD, et experte coordinatrice du rapport d’évaluation mondiale sur la biodiversité et les services écosystémiques de l’IPBES, et Emily Lartillot, professeur de danse et chorégraphe. Steps for a change a été réalisé en partenariat avec l’IPBES, l’IRD, l’Unesco, la FRB, l’UMR MARBEC, l’Université de Montpellier, le CeMEB, EuroMarine et CERES.