Sommaire

Mis à jour le 08/06/20

L'IRD est présent en Bolivie depuis 1968. C'est le seul établissement scientifique public français présent dans le pays. En Bolivie, l'IRD mène des programmes de recherche et de formation en collaboration étroite avec ses partenaires : universités, instituts publics, entreprises, institutions du réseau français et organismes internationaux.

Présentation

Les programmes de recherche s'organisent en six grandes thématiques :

  • Variabilité et changement climatique
  • Écosystèmes terrestres à haute altitude
  • Biodiversité aquatique
  • Qualité environnementale
  • Santé : entomologie et écologie des vecteurs
  • Gouvernance : travail, éducations et savoirs, dynamiques sociales et spatiales

Les chercheurs de l'IRD et leurs partenaires

13 chercheurs (français et boliviens) sont engagés dans des projets de recherche concernant la Bolivie :

  • Céline Duwig

    Céline Duwig (UMR IGE) - Chimie du sol - Coordinatrice du projet de recherche «  Vulnérabilité Titicaca »

    Mes activités en Bolivie sont centrées sur la compréhension du transfert de l’eau et des contaminants dans l’environnement, notamment les sols et les ressources en eau. Mon terrain d’étude est le bassin du Katari, qui prend sa source dans la cordillère des Andes, traverse des zones minières, la ville d’El Alto (1M d’habitants) pour se jeter dans le lac Titicaca. C’est le bassin qui contribue le plus à la pollution du petit lac. A travers divers financements (IRD, LABEX-OSUG@2020), et en partenariat avec l’Université Majeur de Saint Andrès (UMSA, La Paz) et le Ministère de l’Environnement (MMAyA), je m’intéresse d’une part aux transferts d’eau dans le bassin pour comprendre les flux principaux en surface et en subsurface, et aux devenirs des contaminants, notamment les produits pharmaceutiques (antibiotiques) et les éléments traces métalliques. Les processus impliqués dans le devenir des contaminants émergents sont encore peu connus, d’autant plus dans ce milieu de haute altitude, au climat contrasté et en présence d’autres éléments chimiques. Une partie de l’étude s’attache également à identifier les mécanismes de développement de résistance bactérienne face à la contamination par les antibiotiques de la famille des sulfonamides. Ces études s’intéressent à répondre à des attentes sociétales concernant la quantification de la ressource en eau ainsi que l’impact des activités anthropiques d’origines urbaines sur les ressources en eau et en sols.

    Contact : celine.duwig@ird.fr

  • Patrick Ginot

    Patrick Ginot (UMS OSUG) - Glaciologie tropicale - Responsable du projet de recherche BC in SNOW, membre du LMI Great Ice

    Le suivi et la compréhension du retrait glaciaire, l’impact de l’activité anthropique et le lien entre les glaciers et l’atmosphère sont au centre de mes recherches. Ces thématiques de recherche sont menées avec différents partenaires de la UMSA (l’IHH, le LFA et l’IGEMA).

    En soutien au service d’observation GlacioClim, nous étudions l’évolution des surfaces englacées et les processus à l’origine du retrait glaciaire. Si ce retrait est principalement lié au réchauffement climatique, une part peut être attribuée au dépôt d’aérosols atmosphériques telles que le carbone suie et les poussières à la surface des glaciers. Ma recherche vise à évaluer l’impact de ces aérosols, à étudier leurs origines et l’évolution de dépôts grâce à l’enregistrement préservé dans des carottes de glace. Ces résultats sont comparés aux mesures atmosphériques directes que nous menons à l’observatoire de Chacaltaya.

    Contact : patrick.ginot@ird.fr

  • Sébastien Hardy

    Sébastien Hardy (UMR PRODIG) - Environnement et risques urbains – Représentant-chef d’antenne de l'IRD en Bolivie.

    Mes recherches portent sur l'analyse du phénomène urbain dans les pays du Sud où se trouve la plus importante urbanisation du monde. Il s'agit de comprendre le phénomène urbain à la fois à l'échelle locale d'une ville et/ou d'une agglomération et à l'échelle d'un pays ou d'une région, en considérant ici le système de villes (par exemple les flux entre les villes qui construisent leurs relations).
    J'ai effectué des recherches sur la vulnérabilité et les risques en milieu urbain dans différents pays d'Amérique du Sud. J'ai principalement travaillé au Nicaragua, au Pérou, en Bolivie, en Haïti et au Guatemala.
    J'ai participé à PACIVUR , programme régional de recherche et de formation sur la vulnérabilité et les risques en milieu urbain de l'IRD.

    Depuis 2017, mes recherches en Bolivie portent sur :

    • le sens de la crise urbaine dans le cas de l'approvisionnement en eau ou des autres services en collaboration avec le gouvernement municipal autonome de La Paz (GAMLP),
    • le système bolivien de villes dans le cadre du Plan d'urbanisme national de l'État plurinational de Bolivie, en collaboration avec le Vice-ministère du Logement.

    Contact : sébastien.hardy@ird.fr

  • Frédéric Lardeux

    Frédéric Lardeux (UMR MIVEGEC) - Entomologie, médecine et parasitologie - Responsable des projets de recherche CHAGLAG et VECTOBOL

    Je fais de la recherche scientifique en entomologie médicale, notamment en entomologie épidémiologique, afin de mieux comprendre les mécanismes de transmission des maladies des insectes et de proposer des méthodes efficaces de contrôle des vecteurs. Actuellement, je mène mes recherches sur les triatomes, vecteurs de la maladie de Chagas, mais j’ai également des activités de recherche sur les moustiques vecteurs du paludisme (Anopheles) et les arbovirus tels que la dengue (Aedes). Je suis l'initiateur et le directeur scientifique du Laboratoire d'entomologie médicale à l'Université Mayor de San Simón de Cochabamba où, en collaboration avec Mme Lineth Garcia, chercheuse à l'UMSS, deux projets sont mis en place : (1) CHAGLAG « Etude de la maladie du Chagas dans la région de Lagunillas » avec une approche éco-bio-sociale, afin de réduire les facteurs de risque d'infestation des maisons par les vecteurs triatomines, et (2) VECTOBOL « Vecteurs de la Bolivie », dont l'objectif est de cartographier les vecteurs dans le pays et de gérer une collection de vecteurs de référence nationale. La formation d’étudiants est également une partie importante de mes activités de laboratoire dont plusieurs étudiants en thèse développent des sujets sur les moustiques, les triatomes et les phlébotomes (vecteurs de leishmania).

    Contact : frédéric.lardeux@ird.fr

  • Xavier Lazzaro

    Xavier Lazzaro (UMR BOREA) - Biologie des organismes et écosystèmes aquatiques - Responsable du programme de recherche Observatoire binational du lac Titicaca (OBLT)

    Mes recherches portent sur les processus d'eutrophisation des lacs tropicaux peu profonds. Je me suis intéressé à la façon dont les cascades trophiques pélagiques descendantes de poissons au zooplancton et au phytoplancton interagissent avec les effets ascendants des nutriments (azote et phosphore) apportés par le bassin et le recyclage de ces organismes afin de structurer (topologie) les réseaux trophiques. Ces interactions peuvent favoriser ou contrôler la prolifération (Bloom) de certaines espèces de phytoplancton parmi les algues vertes et les cyanobactéries.

    Dans le petit lac du Titicaca, l'eutrophisation -résultat des changements climatiques importants et d'une urbanisation accélérée- a augmenté dans les zones côtières peu profondes au cours des deux dernières décennies. Les responsables sont les apports en nutriments de l’agriculture et du bétail, mais surtout les eaux usées de la zone urbaine en expansion d’El Alto dans le bassin du Katari, combinées à l’action du mélange quotidien de la colonne d’eau (<3 m ) par les vents thermiques. En collaboration avec des équipes de chercheurs et d'étudiants des instituts d'écologie (IE) et de recherche géographique (IIGEO), nous analysons ces symptômes par le biais de campagnes de surveillance in situ des caractéristiques physiques, chimiques, photobiologiques et du plancton en relation avec les conditions météorologiques. Il existe deux projets pilotes PNUD / FEM 2019-2021 : «Observatoire permanent» (coordinateur X. Lazzaro, gestion IRD), comprenant le déploiement d'une bouée hydrométéorologique pour détecter les comportements et anticiper les événements extrêmes (Bloom), et 'Fitorremediación' (coordinateur D. Achá Cordero, management UMSA) pour évaluer l'efficacité de la rétention d'éléments nutritifs par la totora au moyen d'une île flottante expérimentale et d'une zone humide artificielle.

    Contact : xavier.lazzaro@ird.fr

  • Hubert Mazurek

    Hubert Mazurek ( UMR LPED) - Géographie humaine, économique et aménagement du territoire - Responsable du projet AC3; participe au projet " Vulnérabilité Titicaca"

    Mes recherches en Amérique latine ont commencé en 1995 avec le programme « ORRELLANA », dans le but de comprendre la dynamique démographique et territoriale des pays andins, par la publication des atlas en collaboration avec l’Institut national de statistiques. La collaboration avec le CIAT (Cali, Colombie) a abouti au développement du programme AIDER (approche intégrée du développement régional), dans l’hypothèse que la planification territoriale globale était un catalyseur du développement local. Plusieurs projets ont été développés en Colombie, au Pérou et en Bolivie (Calamarca, Potosí, Santa Cruz). J'ai participé à plusieurs programmes en Bolivie, tels que TOXBOL, sur la pollution à Oruro, l'étude de la contamination par des antibiotiques dans la ville d'El Alto et des études pour les villes de La Paz et d'El Alto. Le programme actuel comprend deux composantes: AC3 (Andean Cities and Climate Change) pour observer et échanger les expériences des politiques et projets en matière de villes et de quartiers durables; CIPPI « Conditions pour la mise en œuvre des politiques publiques internationales » (ONU-Habitat, ODD, CEPAL, Banque mondiale, etc.), en collaboration avec le bureau du maire de La Paz, le gouvernorat du département de La Paz, l'IIGEO et l'IDIS, de la Universidad Mayor de Andrés et ONU-Habitat L’objectif est de constituer des équipes interdisciplinaires et interinstitutionnelles pour évaluer ces conditions, analyser les expériences positives et négatives et proposer des actions.

    Contact : hubert.mazurek@ird.fr

  • Jesus Nuñez

    Jesus Nuñez – ( UMR BOREA) – Biología y fisiología de animales – Participa en el proyecto “ Evolución y domesticación de la ictiofauna  del Amazonas”, LMI EDIA

    Mes activités de recherche portent sur l'étude de la reproduction des poissons, tant sous l’aspect morphologiques que physiologique. Au cours de ma carrière, je me suis concentré sur les bases biologiques et physiologiques de la reproduction des espèces tropicales et en particulier de celles présentant un intérêt économique. Je me suis donc consacré plus particulièrement au contrôle et à l'induction de la reproduction, et à l'élevage larvaire de plusieurs espèces du poisson-chat africains et amazoniens ayant un intérêt pour la pisciculture.

    L'ensemble de mes travaux concerne le domaine de la domestication de nouvelles espèces pour la pisciculture tropicale. Les travaux sont notamment réalisés en station expérimentale et en laboratoire concernant différentes espèces tropicales d’intérêt économique.

    Mon travail consiste à étudier les caractéristiques de vie (reproduction et croissance) de 7 espèces de poissons du bassin de l'Amazonie bolivienne, choisies pour leur intérêt économique ou leurs caractéristiques biologiques. La principale originalité de ce travail a consisté à étudier simultanément les traits de vie et la caractérisation génétique des populations étudiées afin de tenter de faire la part entre plasticité phénotypique et adaptation génétique. Par ailleurs, en aquaculture, une valorisation de ces travaux a été faite, ainsi que de la gestion des populations naturelles. Ce travail est réalisé en collaboration avec l'Université autonome Gabriel René Moreno (UAGRM) de Santa Cruz - Bolivie et l'Institut de recherche de l'Amazonie péruvienne (IIAP), Iquitos - Pérou.

    Contact : jesus.nunez@ird.fr

  • Marc Pouilly

    Marc Pouilly (UMR BOREA) – Ecologie des poissons d’eau douce

    Mes recherches portent sur l'écologie des communautés de poissons d'eau douce d'Amérique du Sud (Andes et Amazonie en particulier). Je développe des études sur les facteurs explicatifs de la biodiversité et de la distribution des poissons et le lien avec les stratégies fonctionnelles des espèces. J'utilise des outils isotopiques pour déchiffrer le fonctionnement trophique des environnements aquatiques, étudier les pollutions par le mercure et établir des marqueurs biogéochimiques pour surveiller les migrations des poissons.

    Je suis en train de démarrer un projet sur le développement de méthodes pour la mise en œuvre de flux écologiques en Bolivie. Ce projet sera réalisé en collaboration avec l'UMSA (Institut d'écologie, Institut d'hydraulique et d'hydrologie) et l'EMI (École militaire d'ingénieurs de La Paz). Les flux écologiques sont définis comme le régime des flux d’eau en quantité, en temps et en qualité, nécessaires pour préserver le fonctionnement équilibré et les services écologiques fournis par les rivières et les zones humides artificielles. Cela deviendra un instrument d'aide à la gestion durable des ressources en eau et de leurs fonctions environnementales. Le gouvernement bolivien a demandé un appui scientifique et technique pour définir les lignes directrices de base pour la mise en œuvre des flux écologiques en Bolivie et pour élaborer une norme spécifique. Notre projet a pour objectifs :

    • de constituer une équipe transdisciplinaire d'experts scientifiques (hydrologie, hydraulique, écologie, biologie et social) formés aux méthodes d'évaluation des débits écologiques
    • de générer des connaissances scientifiques mobilisant des méthodes d'évaluation du flux écologique, en particulier des études de recherche liées à l'altération de la réponse du flux écologique dans différents écosystèmes aquatiques représentatifs de la Bolivie.

    Contact : marc.pouilly@ird.fr

  • Jean-François Renno

    Jean-François Renno ( UMR BOREA) – Genética de poblaciones – Codirector del proyecto del Laboratorio Mixto Internacional LMI EDIA

    Je suis généticien des populations. J’ai réalisé ma thèse en Guyane dans cadre de l’ISE-M (Institut des Sciences de l’Evolution de Montpellier) sur la phylogéographie et la génétique des populations des poissons Leporinus , puis ai travaillé sur la domestication du Mil au Niger en début de carrière à l’ORSTOM (maintenant IRD). Actuellement mes recherches concernent essentiellement les phénomènes et mécanismes expliquant la spéciation des poissons en Amazonie, avec des applications en aquaculture. Je suis Co-fondateur du  Réseau de Recherche sur l’Ichtyofaune Amazonienne (RIIA ) et directeur du LMI « Evolution et Domestication de l’Ichtyofaune Amazonienne » (LMI EDIA ) , directeur de recherche à l’IRD et professeur honoraire de l’Université Nationale de San Marcos de Lima (Pérou).

    Mes thématiques de recherche sont développées en collaboration avec nos partenaires Boliviens (Universidad Mayor de San Simón, Cochabamba ; Universidad Mayor de San Andrés, La Paz ; Universidad Autónoma Gabriel René Moreno, Santa Cruz) et Péruviens (Instituto de Investigaciones de la Amazonia Peruana, Iquitos ; Universidad Nacional Mayor de San Marcos et Universidad Nacional Federico Villareal, Lima) en particuliers, mais aussi avec les partenaires amazoniens du réseau de recherche sur l’Ichtyofaune Amazonienne (RIIA) et du LMI-EDIA, en particulier les collègues Colombiens du SINCHI (Instituto Amazonica de Investigaciones Cientificas), brésiliens de l’INPA (Instituto Nacional de Pesquisas da Amazônia), Manaus et allemands de l’Université de Trier.

    Contact : jean-francois.renno@ird.fr

  • Gaëlle Uzu

    Gaëlle Uzu ( UMR IGE) - Biochimie de l'environnement - Coordinatrice du projet de recherche LaPaz@2020

    Mon domaine de recherche concerne la biogéochimie atmosphérique. Je m'intéresse à la pollution de l'air et à ses effets sur la santé en milieu urbain. Mon programme de recherche est centré sur le développement et le transfert au Sud de méthodologies biochimiques non-invasives, low-cost pour l’évaluation de l’impact sanitaire de la pollution atmosphérique dans le contexte des régions andines (Altiplano Bolivien, Equateur (ANR MONOIL 2014-2017)). En effet, le potentiel oxydant des aérosols, c'est à dire la capacité intrinsèque des particules à oxyder les poumons est une métrique prometteuse d’alerte des populations concernant les risques encourus lors des épisodes de pollution particulaire. Ces mesures innovantes, peu coûteuses seront être mises en place dans le cadre du programme international LaPaz@2020 qui surveille la qualité de l’air pendant 1 campagne d’un an sur l’agglomération. Ces mesures de chimie atmosphérique et le potentiel oxydant des aérosols seront confrontés aux statistiques d’entrée dans les hôpitaux concernant les affections respiratoires afin de mieux comprendre le lien entre la contamination atmosphérique en Bolivie et la santé des populations.

    Contact : gaelle.uzu@ird.fr

  • Darío Achá

    Darío Achá – Enseignant-chercheur de biologie de l'UMSA - Responsable du programme JEAI "Titicaca"

    Je suis professeur au département de biologie de l'Université Mayor de San Andrés. Mon domaine de recherche est la biogéochimie dans les écosystèmes aquatiques. Je porte un intérêt particulier à la biogéochimie du mercure, qui se concentre principalement sur les bactéries, les algues et la phytoremédiation.

    Je développe actuellement le programme "Tititicaca" du JEAI, qui concerne la pollution du lac Titicaca. Ce projet propose deux techniques innovantes visant à réduire la pollution de la rivière Katari et des rives de Huatajata dans le lac Titicaca par la bioremédiation des eaux,  présentant ainsi des avantages socio-économiques et culturels pour les communautés locales.

    Contact : darioacha@gmail.com

  • Marcos Andrade

    Marcos Andrade - Directeur du Laboratoire de physique de l’atmosphère (LFA) à l’UMSA, professeur associé du département des sciences atmosphériques et océaniques de l'Université du Maryland et coordinateur du projet de recherche JEAI «  CHARME », et participe au projet de l'IRD BC in Snow

    Mon domaine d’intérêt actuel est axé sur la composition atmosphérique dans les Andes tropicales et les zones adjacentes. Au sein du LFA, nous étudions son évolution temporelle, des changements dus à une activité anthropique ou naturelle, des processus liés à ces changements ainsi que les processus fondamentaux de l’atmosphère de la région. Je m'intéresse également aux questions météorologiques et climatologiques en Bolivie, ainsi qu'à la qualité des informations climatologiques, un défi de la région, et à l'étude des changements climatiques futurs. Aussi, compte tenu de la forte tradition du LFA sur les questions relatives à l’éducation sur le rayonnement ultraviolet et ses effets sur la santé humaine, je continue de soutenir mon laboratoire dans ce domaine.

    Contact : marcos.andrade@ird.fr

  • Javier Nuñez Villalba

    Javier Nuñez Villalba – Enseignant-chercheur, directeur de l'Institut des recherches géographiques de l'UMSA - Créateur et responsable de GeoVisor, il participe également à l'observatoire binational du lac Titicaca (OBLT)

    Mon domaine de recherche concerne les villes andines, notamment la ville de La Paz dans le cadre du Programme andin de formation et de recherche sur la vulnérabilité et les risques en milieu urbain ( PACIVUR ) de l'IRD et de l'IFEA.

    Mes compétences techniques se centrent sur la gestion de l'information géographique à l'aide d'outils géomatiques (SIG et télédétection). En ce sens, le GeoVisor UMSA , une infrastructure de données spatiales (IDE), a été créé à l'Institut de recherche géographique ( IIGEO ) de l'Université Mayor de San Andrés. Le GeoVisor UMSA fonctionne comme un service d’information géographique pour les projets de recherche académique liés à l’Universidad Mayor de San Andrés. Le projet faisait partie de l'unité informatique SPIRALES de l'IRD.

    Les outils développés, tels que le portail géographique GeoVisor UMSA, m'ont permis d'étendre mon travail à la région des lacs du lac Titicaca. Actuellement, l'influence de grandes villes comme El Alto, Puno et Juliaca, qui modifient l'écosystème du lac, est surveillée. De même, des campagnes de terrain sont menées dans le Petit lac du Lac Titicaca dans le cadre de l'observatoire binational du lac Titicaca - OBLT de l'IRD. Les sorties de terrain sont synchronisées avec le passage des satellites et supportées par des instruments tels que des spectroradiomètres, des caméras infrarouges montées sur des drones, des paramètres multiples, etc.

    En résumé, mon domaine de travail est la surveillance spatiale à l'aide d'images satellitaires via le système GeoVisor UMSA dans des travaux liés à la vulnérabilité territoriale et au changement climatique.

    Contact : Javier Núñez Villalba

  • Alvaro Soruco

    Alvaro Soruco - Chercheur à l’IGEMA - Membre de LMI Great Ice et associé aux projets Vulnérabilité Titicaca et BC in Snow

    Mes recherches portent sur le suivi et l'impact du retrait des glaciers en termes des ressources en eau pour les villes de La Paz et El Alto. Ces thèmes de recherche sont mis en œuvre à l'Institut des recherches géologiques et de l’environnement (IGEMA) de l'Université Mayor de San Andrés. La fluctuation des glaciers est l'un des indicateurs les plus importants choisis par le Groupe intergouvernemental sur l'évolution du climat (IPCC, pour son acronyme en anglais), afin d'observer la variabilité et les tendances climatiques au cours du dernier siècle. Ainsi, les glaciers sont un indicateur climatique essentiel pour le passé comme pour l’avenir.

    Je suis le correspondant national du World Glacier Monitoring Service pour la Bolivie, parrainé par l'UNESCO. Responsable du site d'observation du glacier de Zongo du Service d'observation GLACIOCLIM , placé sous les auspices des institutions françaises : OSUG, IGE, IPEV, CNRS, IRD et l'Université Grenoble Alpes. Je suis également membre permanent du Laboratoire Mixte international GREATICE de l'IRD.

    Contact : alvaro.soruco@ird.fr

Contacts et coordonnées de la représentation

Contacts

Sébastien Hardy, représentant de l'IRD en Bolivie bolivie@ird.fr
 

Rossio Ríos, assistant du représentant bolivie@ird.fr
 

Nagette Hamdaoui, régisseuse nagette.hamdaoui
 

Liliam Salvatierra, missions, congés et réservation billets d’avion  liliam.salvatierra@ird.fr

 


Coordonnées


Adresse des bureaux

Avenida Montenegro n°1660 entre calle 23 y 22
Calacoto, La Paz - Bolivie

Téléphone : (591-2) 2 78 29 69 / 
 

 Fax : (591-2) 2 78 29 44
 

Courrier électronique

bolivie@ird.fr