Sommaire

Le jeudi 28 octobre 2021, l’Ecole Nationale Supérieure des Biosciences et Biotechnologies Appliquées de Dassa-Zoumé abrite pour la première fois le Café de la Science sur le thème : Complémentarité entre Médecine moderne et Médecine traditionnelle : quelles réalités au Bénin ?

Le café de la science à l’ENSBBA a connu la présence de plus de 120 participants composé d’une douzaine de hautes personnalités exerçant dans le domaine de la médecine traditionnelle avec en tête le Président de leur association nationale, d’étudiants, et des Organisations de la société civile. Après le mot de bienvenu du secrétaire général représentant la Directrice empêchée, c’est le Directeur du partenariat et de la Promotion de la Recherche Scientifique et de l’Innovation de la DGRSI, Professeur Gandonou Christophe qui a lancé officiellement les travaux.

Le présidium du café de la science à l'ENSBBA à Dassa-Zoumè

Les enseignants-chercheurs ont présenté leurs thématiques et les résultats obtenus. Les tradi-praticiens ont aussi exposé leurs recherches et insister sur la complémentarité entre la médecine moderne et la médecine traditionnelle. Leur souhait est de partager leurs découvertes, leurs savoir-faire à la jeune génération d’étudiants.

Les panelistes répondent aux questions

Quatre sous-thèmes ont été développés :

La problématique de l’utilité de la médecine traditionnelle béninoise par Docteur ADJATIN Arlette,
Les réalités de la complémentarité entre Médecine moderne et Médecine traditionnelle dans le monde et en Afrique par le tradi-praticien de Médecine, AÏGBE Marcellin,
Les réalités du Bénin en matière de complémentarité entre Médecine moderne et Médecine traditionnelle par Dr. ASSONGBA
Les perspectives et défis pour une meilleure complémentarité entre Médecine moderne et Médecine traditionnelle au Bénin par M. AÏGBE Marcellin

Vue partielle des participants au Café de la science à l'ENSBBA de Dassa-Zoumè

Le café de la science est une activité scientifique organisée par l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) et la Direction Générale de la Recherche Scientifique et de l’Innovation (DGRSI).

Photo de famille