Du 30/10 au 12/12/2021, des membres de l’unité TransVIHMI ont successivement réalisé une mission en République du Congo et au Cameroun, dans le cadre du projet MorLo (Morbidité liée à la Loase), porté par le Dr. Cédric Chesnais (médecin et épidémiologiste à l’IRD). Le projet MorLo, financé par le Conseil européen de la recherche (ERC), vise à évaluer l’impact de la filariose à Loa loa sur la santé humaine. Cette maladie parasitaire endémique des régions forestières d’Afrique Centrale est causée par un ver rond, nommé Loa loa. L’homme est contaminé par la piqûre d’un taôn (Chrysops), qui injecte les embryons du ver au cours d’un repas de sang.

Centre de Santé privé de Nkolenyeng, Bloc opératoire, District de Santé de Mvangan, Région Sud, Cameroun (décembre 2021)

© Tristan Lepage & Cédric Chesnais

Historiquement considérée comme bénigne, des travaux récents menés à l’Est du Cameroun ont mis en évidence l’existence d’une mortalité accrue associée à cette maladie ; et une étude similaire est en cours de réalisation en République du Congo. Dans cette continuité, l’étude MorLo s'appuiera sur la réalisation de consultations médicales, d’examens spécialisés comme des échographies du cœur, des reins et de la rate ; ainsi que des analyses sanguines et urinaires. L’ensemble de ces examens permettra d’établir un bilan de santé complet de la population, et d’étudier ainsi les liens entre la filariose à Loa loa et les problèmes de santé retrouvés.
La mission en République du Congo, en appui avec le Programme National de Lutte contre l’Onchocercose dirigé par le Dr. François Missamou, a permis d’identifier un bâtiment appartenant au Centre Hospitalier de Sibiti, Département de la Lékoumou, qui pourra être mis à disposition auprès de l’équipe de recherche après certains travaux de rénovations. Cela permettra la mise en place d’une cohorte en population générale qui sera suivi annuellement durant trois ans, et dont le lancement est prévu pour le premier semestre 2022. Cette mission aura aussi été l’occasion de renforcer les liens avec en perspective une collaboration de recherche avec la Fondation Congolaise pour la Recherche Médicale (Pr. Francine Ntoumi).
Par ailleurs, en amont du début du projet prévu pour l’année 2023 au Cameroun, l’équipe composé des Drs. Cédric Chesnais et Tristan Lepage, du chauffeur Alain Feuze, et du Doctorant Narcisse Nzune Toche du Centre de Recherche sur les Filarioses et autres Maladies Tropicales (CRFilMT), a mené au cours de son séjour une mission exploratoire visant à rencontrer les autorités et personnels de santé des différentes régions du Cameroun afin de les informer du projet et de solliciter leur soutien. Elle a également permis de cartographier plusieurs territoires afin d’identifier des sites d’intérêt où l’étude pourra être réalisée. Les informations collectées ont notamment permis de renseigner l’accessibilité des centres de santé et l’état des pistes, ainsi que le raccordement à l’électricité ou la présence de réfrigérateurs, éléments indispensables à la réalisation du projet. Enfin, cette courte mission a permis le lancement d’une sous-étude du projet MorLo (projet HECOLO) en collaboration avec le CRFilMT et le laboratoire d’hématologie du CHU de Yaoundé (Pr. Claude Tayou) ; étude visant à évaluer l’influence de la microfilarémie à Loa loa sur le système inflammatoire et hémostatique.
D’une manière plus générale, l’objectif est d’aboutir à une reconnaissance de la filariose à Loa loa en tant que Maladie Tropicale Négligée par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). En plus d’accélérer le développement de nouveaux traitements, cela permettra aussi l’élaboration de programmes de lutte contre cette maladie qui touche 15 à 20 millions de personnes en Afrique centrale, et qui ne bénéficient encore aujourd’hui d’aucun traitement totalement efficace et sans risque pour les patients.