Sommaire

Organisée, avec l’appui de l’IRD, dans le cadre de la présidence française du Conseil de l’Union européenne (PFUE), la conférence ministérielle pour une approche globale de l’enseignement supérieur, de la recherche, de l’innovation et de l’enseignement supérieur du 8 mars avait pour objectif de renforcer la dimension internationale des politiques européennes dans ces domaines sur la base de valeurs et de principes communs.

Des valeurs et principes communs pour une coopération renforcée

Organisée conjointement par le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, avec l’appui de l’Institut de recherche pour le développement (IRD) et de la Commission européenne, la conférence de Marseille s’inscrit dans la continuité, d’une part, des conclusions du Conseil sur "L’approche mondiale de la recherche et de l’innovation" adoptées le 28 septembre 2021 et, d’autre part, de la recommandation du Conseil sur un "Pacte pour la recherche et l’innovation en Europe" adoptée le 26 novembre 2021. Remaniée en raison du contexte international, la conférence de Marseille visait à réaffirmer les valeurs et les principes de la coopération internationale dans les domaines de la recherche, de l’innovation et de l’enseignement supérieur. À ce titre, elle poursuit un double objectif : premièrement, renforcer la coordination entre les États membres et, deuxièmement, mieux concerter les actions de l’UE vis-à-vis de ses partenaires.

Lors de la matinée, une table ronde des ministres ont abordé les valeurs et les principes de l’Union européenne pour la coopération internationale en matière de recherche, d’innovation et d’enseignement supérieur sur la base de la Déclaration de Marseille, préparée par la présidence, qui propose une liste de valeurs et de principes pour la coopération internationale dans le domaine de l’ESRI. Trois ateliers thématiques portant sur l’avenir de la coopération internationale dans ces domaines se sont tenus l’après-midi.

Un cadre commun pour une coopération à même de répondre aux grands défis mondiaux

La Déclaration de Marseille installe un cadre de travail en faveur d’une coopération mutuellement bénéfique au service du progrès scientifique et des objectifs de développement durable. Les valeurs et principes qu’elle propose feront par la suite l’objet de travaux au Conseil, qui sera invité à se prononcer sur leur contenu et leur adéquation à un dialogue multilatéral avec les principaux partenaires de l’Union européenne. L’intensification d’une coopération fondée sur un socle commun constitue un enjeu crucial, non seulement pour répondre aux grands défis du monde contemporain, mais aussi pour instaurer un climat de confiance indispensable à la mutualisation des efforts.


Valérie Verdier, PDG de l’IRD, était rapporteure d’une session consacrée à “La coopération avec l’Afrique en matière d’enseignement supérieur, de recherche et d’innovation” qui était présidée par  Samuel Engblom, secrétaire d’État auprès de la ministre de l’Éducation de Suède, et dont l’invité était  Mohamed Belhocine, commissaire de l’éducation, de la science, de la technologie et de l’innovation, au sein de Commission de l’Union africaine.

© MESRI