La 14e Conférence des Parties à la convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification se tient à New Delhi (Inde) du 2 au 13 septembre sur le thème « Restore Land, Sustain Future ». Les chercheurs de l’IRD et leurs partenaires organisent et participent à plusieurs événements parallèles aux négociations, afin d’apporter leur expertise scientifique sur la dégradation des terres.

Bloc de texte

La désertification correspond à la dégrada­tion des terres des zones climatiques arides, semi-arides et sub-humides sèches. Elle ne se résume pas à l’avancée des déserts. Ce phénomène résulte de processus multiples, dont les principaux responsables sont les acti­vités humaines et le changement climatique qui amplifie les impacts négatifs sur les sols et la végétation. La désertification touche désormais presque la moitié de la superficie de la planète et près de deux milliards d’habitants.

Quatre ans après le Sommet de la Terre de Rio de Janeiro (1992), la désertification a fait l’objet d’une convention internationale (adoptée en décembre 1996), au même titre que le climat et la biodiversité. L’inclusion du concept de la neutralité en matière de dégradation des terres dans les Objectifs de développement durable (ODD, cible 15.3) fait de la lutte contre la désertification un véritable enjeu de développement durable.

COP14 : temps forts de la participation de l’IRD

La lutte contre la désertification est une priorité scientifique de l’IRD et de ses partenaires. Présents à New Delhi, les chercheurs de l’Institut interviennent ou organisent des événements parallèles aux négociations.

  • "Our Planet Urgently Needs Action: From Science to Policy Response" (5 septembre 9h - 17h, Pavillon de la convention de Rio)

Cette journée est organisée par l’Interface science politique (SPI) de l’UNCCD, avec le soutien du secrétariat de la convention.  Elle sera l’occasion de discuter de la planification et de la mise en œuvre de la neutralité en matière de dégradation des terres dans les pays concernés. Parmi les participants, des membres du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) et de la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES). Ils fourniront des indications sur la manière dont les mesures visant à éviter, réduire et inverser la dégradation des sols peuvent également mettre fin à la perte de biodiversité et soutenir l'adaptation au changement climatique.  

  • "Gender issues in Drylands: women as important actors in restoring ecosystems" - (6 septembre 13h - 15h, Room MET-10)

La désertification, la dégradation des sols et la sécheresse ont de multiples conséquences : insécurité alimentaire, perte de biodiversité, migration, mais aussi accroissement des inégalités entre les groupes socio-économiques et entre les hommes et les femmes.

Cet événement parallèle sera l’occasion de souligner le rôle déterminant des femmes dans la lutte contre la désertification, à travers leur contribution à la préservation de la biodiversité et aux activités de restauration des terres, via l’agroécologie. A partir de présentations de chercheurs et de membres de la société civile indienne, sur la situation en Afrique et en Inde notamment, cet évènement permettra de questionner les politiques de genre et les conditions de leur mise en œuvre efficace.

  • "Adaptation of agricultural systems to climate change: Scientific approaches for decision making at local scale" - (7 septembre 11h30 - 13h30, Room MET-10)

Dans un contexte de variabilité croissante du climat et de dégradation des ressources en sol et en eau, la production alimentaire est déjà affectée et va encore diminuer à l'avenir. Ainsi, satisfaire les besoins alimentaires d'une population en croissance nécessite une adaptation profonde des systèmes agricoles actuels.

Cet événement parallèle présente les approches scientifiques pluridisciplinaires utiles pour favoriser cette adaptation, et les conditions nécessaires pour leur application concrète par les agriculteurs à l'échelle locale. Plusieurs thématiques ponctueront les échanges : contribution des données satellitaires et de la télédétection au suivi de la sécheresse et à la caractérisation des sols ; évaluation participative des systèmes agricoles actuels et alternatifs à l’aide de modèles intégrés…

Affiche de l’exposition désertification

© IRD

Affiche de l’exposition désertification

Bloc de texte

Sensibiliser le grand public

L’exposition « La désertification, un défi pour la recherche » sera présentée à la COP du 4 au 10 septembre. Réalisée par l’IRD en partenariat avec le Comité scientifique français de la désertification (CSFD), cette exposition richement illustrée permet au grand public de mieux comprendre le phénomène de désertification, ses causes et son ampleur dans le monde. Les liens complexes entre désertification et climat, les modes de gestion de l’eau dans les zones arides et les pratiques agricoles durables sont également abordées. 

L’exposition illustre aussi les recherches conduites par les scientifiques qui, associées aux savoirs traditionnels des agriculteurs et de la société civile, permettent d’élaborer des solutions pour mettre un frein à la dégradation des terres, restaurer les sols dégradés et proposer des stratégies d’adaptation aux populations.

 

Bloc de texte

Contact Jean-Luc Chotte, directeur de recherche à l’IRD et membre de l’interface science-politique (SPI) de l’UNCCD : jean-luc.chotte@ird.fr

À lire : Rapport « Realising the Carbon Benefits of Sustainable Land Management Practices Guidelines for estimation of soil organic carbon in the context of land degradation neutrality planning and monitoring » publié en août 2019 par l’interface science politique (SPI) de l’UNCCD.

Télécharger le communiqué de presse