Une équipe de 16 scientifiques français et tunisiens embarquera à bord de l’ANTEA, navire hauturier de la Flotte Océanographique Française opérée par l’Ifremer, du 13 avril au 14 mai 2019.

Bloc de texte

Baptisée MERITE-HIPPOCAMPE, cette campagne transméditerranéenne de 30 jours vise à étudier l’état de santé des écosystèmes marins, en particulier des premiers maillons de la chaîne alimentaire pélagique (organismes planctoniques), dans des zones d’intérêt écologique du nord et du sud de la Méditerranée. Elle est organisée via le programme MISTRALS par le CNRS/INSU, l'IFREMER, l'IRD, le Ministère de l'Agriculture, des Ressources Hydrauliques et de la Pêche de Tunisie, et le Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique de Tunisie, et implique les laboratoires MIO (IRD/CNRS/AMU/Université de Toulon) et BE, LBCM, LERPAC (IFREMER), le LMI Cosysmed (IRD) et les laboratoires INSTM et FSB (Tunisie),  les laboratoires LRTA (IRSN) et LISA (CNRS/Universités Paris-Est Créteil, Paris Diderot ), et l'école IMT-Lille-Douai, avec le soutien de la Flotte Océanographique Française."

MERITE-HIPPOCAMPE a pour objectif majeur d’approfondir les connaissances sur l’accumulation et le transfert des éléments métalliques et organiques issus des activités humaines au sein des organismes planctoniques - des bactéries jusqu’au zooplancton - sous l’effet des forçages atmosphériques et continentaux. Les chercheurs s’interrogeront par exemple sur le rôle de la structure et de la taille des organismes planctoniques dans l'accumulation et le transfert de ces éléments, ou encore sur le rôle des dépôts atmosphériques dans la propagation des apports anthropiques pour les eaux marines.

Pour répondre à ces questions, les scientifiques, conduits par les chefs d’équipe Marc Tedetti (IRD, UMR MIO) et Jacek Tronczynski (Ifremer), collecteront, à bord de l’ANTEA, de l’eau, du plancton et des dépôts atmosphériques sur une zone de plus de 1500 km entre La Seyne-sur-Mer et Gabès. D’importants dispositifs analytiques et moyens d’échantillonnage seront déployés pour mesurer une très large variété de paramètres biologiques, physiques et chimiques dans l’eau, mais également au sein des organismes planctoniques. Un véritable challenge technique attend donc les équipes pour mener à bien ces travaux à bord du navire, puis dans les laboratoires français et tunisiens.

Au cours de sa mission, le navire ANTEA sera rejoint par le navire océanographique tunisien Hannibal affrété par l'Institut National des Sciences et Technologies de la Mer, afin de pratiquer des manipulations conjointes et compléter ainsi cette campagne scientifique.

Par ailleurs, outre le volet recherche, la formation fait partie intégrante des objectifs de la campagne. L’équipage comptera ainsi trois doctorants et un post-doctorant tunisiens.

Un consortium franco-tunisien, multi-instituts et interdisciplinaire

Océanographes, chimistes, écotoxicologues, biologistes composeront l’équipe scientifique. Le consortium franco-tunisien réuni dans cette campagne reflète l’aboutissement de plusieurs années de coopération scientifique réalisées dans le cadre de programmes internationaux comme le méta programme MISTRALS et ses projets associés que sont MERMex et ChArMEx,  ou encore avec le Laboratoire mixte international COSYS-Med qui associent des laboratoires tunisiens et français pour l’étude des écosystèmes sud-méditerranéens. Cette campagne océanographique permettra ainsi de compléter les travaux entrepris ces dernières années sur les rives sud et nord pour une meilleure compréhension du fonctionnement de l’environnement marin méditerranéen.

Sensibiliser le grand public aux changements globaux en mer Méditerranée

La vulnérabilité de l’environnement méditerranéen aux changements globaux n’est plus à démontrer. C’est donc pour sensibiliser le public à la fragilité de cet écosystème que les scientifiques accueilleront à bord du navire ANTEA des lycéens lors de l’escale prévue à Tunis fin avril. Par ailleurs, le grand public pourra suivre le déroulement de la campagne grâce à un carnet de bord mis en ligne et alimenté par l’équipage.

Cette campagne océanographique s’inscrit dans l’agenda des célébrations du 75e anniversaire de l’IRD en 2019, année au cours de laquelle l’Institut mettra plus que jamais en avant la richesse des partenariats et l’excellence scientifique face aux grands enjeux de développement dans les pays du Sud.