Sommaire

Le rapport global sur le développement durable (GSDR) propose un changement de priorités pour le financement de la recherche, mettant plus l’accent sur la science de la durabilité et la coopération avec les pays du sud. C’est ce que plaident les experts du groupe indépendant en charge du GSDR dans un article que vient de publier la revue Nature Sustainability. 

Bloc de texte

Le Pr Jean-Paul Moatti, Président-directeur général de l'IRD, est l'un des 15 experts co-auteur du Rapport global sur le développement durable (GSDR), remis à António Guterres le 11 septembre, et présenté au Sommet des Nations Unies sur le développement durable, les 24 et 25 septembre 2019.

Dans un commentaire publié par la revue "Nature Sustainability" le 24 septembre, "Expansion of sustainability science needed for the SDGs", le groupe d'experts, suivant l’idée que la recherche dans son organisation actuelle ne suffit plus à opérer les transformations nécessaires pour respecter l’Agenda 2030 et les Objectifs de développement durable, appelle à un travail commun des chercheurs, décideurs, acteurs privés et société civile visant à co-créer une science de la durabilité accessible et bénéfique à tous, permettant de créer un équilibre durable entre santé planétaire et bien-être humain. 

Peter Messerli, Eun Mee Kim, Wolfgang Lutz, Jean-Paul Moatti, Katherine Richardson, Muhammad Saidam, David Smith, Parfait Eloundou-Enyegue, Ernest Foli, Amanda Glassman, Gonzalo Hernandez Licona, Endah Murniningtyas, Jurgis Kazimieras Staniškis, Jean-Pascal van Ypersele, Eeva Furman. Expansion of sustainability science needed for the SDGs. Nature Sustainability, 2019; DOI: 10.1038/s41893-019-0394-z 

>> Consulter l'article sur le site de Nature Sustainability 

>> Consulter le rapport GSDR

La rédaction du premier rapport quadriennal global sur le développement durable (GSDR) a été commanditée en juillet 2016 par les États membres des Nations Unies, dans la perspective du sommet 2019 sur les Objectifs de développement durable.