Marseille accueille, du 22 au 26 octobre 2018, la 23e conférence annuelle du programme PIRATA, observatoire dédié à l’étude des interactions océan-atmosphère dans l'Atlantique tropical, soutenu par la France, le Brésil et les Etats-Unis depuis 1997.

Bloc de texte

Cette conférence, soutenue par l'IRD et Météo-France, à laquelle participent de nombreux chercheurs de l’IRD et leurs partenaires internationaux, sera l’occasion de présenter les résultats récents d’études climatiques et environnementales en Atlantique tropical, un an après la conférence spéciale organisée à Fortaleza pour célébrer le 20ème anniversaire de PIRATA (Prediction and Research Moored Array in the Tropical Atlantic ).

Il s’agira également de réfléchir à la définition d’un futur réseau optimal de mesures météo-océaniques en Atlantique tropical, étendues aux paramètres biogéochimiques essentiels pour les études liées au climat et à l’environnement océanique. 

Enfin, un comité de chercheurs procédera à l’évaluation internationale du système d’observations en Atlantique tropical (Tropical Atlantic Observing System, TAOS), dont PIRATA constitue une composante majeure, avec la contribution de plusieurs personnalités et organismes internationaux de recherche impliqués. L’objectif : faire des propositions afin d’améliorer et poursuivre les efforts d’observation sur le long terme dans l’Atlantique tropical. Ces recommandations viendront enrichir la stratégie du programme européen AtlantOS, dans la perspective de la conférence OceanObs’19, organisée en septembre 2019 à Hawaï.

PIRATA : 20 ans au milieu de l'Atlantique tropical

Le réseau d'observation PIRATA ausculte l'Atlantique tropical depuis plus de deux décennies. Ses 18 bouées fournissent des données irremplaçables pour alimenter les modèles de prévision météorologique et pour étudier l’océan et le climat. Il contribue aussi à comprendre l’absorption du CO2 par l’océan.

Ancrées au fond de l’océan, les bouées PIRATA sont bardées de capteurs. Elles mesurent et télétransmettent en temps réel de nombreux paramètres marins et atmosphériques, comme la température et la salinité de l’eau à différentes profondeurs, la force et la direction des vents, les précipitations, l’ensoleillement ou la pression atmosphérique. "Les données transmises sont directement exploitées pour alimenter les modèles météorologiques et océaniques", indique Bernard Bourlès, océanographe à l’IRD, organisateur de la 23e conférence PIRATA.

PIRATA lie depuis 1997 des organismes de recherche des USA, du Brésil et de France. Ceux-ci veillent respectivement à la maintenance de 4, 8 et 6 bouées, mouillées entre les côtes américaines et africaines. Ces opérations ont lieu annuellement, au cours de campagnes océanographiques menées par chacun des pays partenaires et pendant lesquelles de nombreuses opérations de mesure sont également effectuées.