Sommaire

Mis à jour le 08/06/20

Le Contrat de désendettement et de développement (C2D)

La Côte d'Ivoire a signé avec la France un Contrat de Désendettement et de Développement (C2D) qui en est actuellement à sa deuxième phase de mise en œuvre. Ce pays est l’un des rares à inclure spécifiquement dans son contrat avec la France un volet "Enseignement supérieur et recherche scientifique" intitulé "Appui à la Modernisation et à la Réforme des Universités et Grandes Ecoles de Côte d’Ivoire" (AMRUGE-CI). La composante recherche de ce volet a été confiée en grande partie à l'IRD pour un montant total, sur les deux phases, de 4 600 000 €.

La première phase, qui a débuté en 2014, s'est achevée en 2019.

La deuxième phase, qui s’inscrit en continuité de la première, est en cours d'exécution. Comme le précédent, elle a pour objectif de créer des conditions propices au développement du système d’enseignement supérieur et de recherche. 

L'IRD est chargé de l’animation et la gestion scientifique et administrative de quatre domaines d’activités intitulés :

  1. Partenariat rénové pour la Recherche au Service du Développement de la Côte d’Ivoire" (Presed-CI 2),
  2. "Expertise collégiale et valorisation"
  3. Appui à la création d’un observatoire de recherche 
  4. Appui au réseau ivoirien de télécommunication pour l'enseignement et la recherche (Riter).

Le projet Presed-CI, dans sa deuxième phase, vise à renforcer pendant trois ans les capacités de recherche des scientifiques ivoiriens, dans des domaines scientifiques prioritaires pour la Côte d’Ivoire et non abordés dans la première phase du C2D. Ce renforcement s’est concrétisé par le financement de 13 projets de recherche coordonnés par des scientifiques ivoiriens au sein de laboratoires nationaux, en relation avec des équipes de recherche françaises et de la région CAMES. Ces laboratoires ont bénéficié d’équipements scientifiques et bénéficié de 23 bourses de doctorat (1 à 3 étudiants par laboratoire).

Le deuxième domaine d’activités s’est traduit, suite à une demande du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, par le lancement d’une expertise collective sur le potentiel industriel et culturel des substances naturelles en Côte d’Ivoire. Des activités de valorisation ont également été poursuivies, en continuité de celles réalisées au cours de la première phase, au travers notamment de l’incubation de 16 projets de création d’entreprises innovantes dans un incubateur ivoirien, en collaboration avec l’incubateur Bond’innov en France.

L’observatoire de recherche qui a été retenu dans le cadre de ce projet est celui de Nambékaha, près de Korhogo. En fin de projet, le site de Nambékaha deviendra, pour les universités et instituts de recherche, une station de recherche de référence sur le climat, l’hydrologie, la biodiversité et l’agriculture en zone de savane sèche. Il renforcera ainsi le dispositif d’observation et de recherche de Côte d’Ivoire et de la sous-région, indispensable pour la valorisation et le développement durable des zones de savanes soudanaises.

Le dernier domaine part du principe que l'utilisation des outils dédiés à la recherche par les scientifiques et doctorants ivoiriens ne peut être effective sans la mise à disposition d'un réseau internet de haut débit. A cet effet, un Réseau ivoirien de télécommunication pour l'enseignement et la recherche (RITER) a été mis en place par la Côte d’Ivoire. Une expertise internationale a été demandée à l’IRD et au Cirad afin que ce réseau soit totalement fonctionnel d’ici 2022 et qu’il puisse être connecté aux autres réseaux régionaux et internationaux.

Le Projet PartNER

Dans le cadre du projet régional ACE Impact, ciblant 12 pays d’Afrique de l’Ouest, centrale et pays du Sahel (Burkina Faso, Gambie, Guinée, Cameroun, Nigeria, Niger, Sénégal, Côte d’Ivoire, Togo, Bénin, Ghana, Djibouti), la Banque Mondiale et l’AFD financent 44 centres d’excellence (CEA) sélectionnés de manière compétitive au terme d’une évaluation indépendante.

    L’objectif du projet PartNER est le renforcement de collaborations en formation et en recherche entre les Centres d’Excellences (CEA) sur des thématiques communes et de construire des réseaux pérennes à partir d’un noyau de CEA en l’ouvrant progressivement à des acteurs périphériques (centres émergents, facultés d’universités de la région, organismes de recherche, secteur privé, ONG, etc.).

Le CEA Mines et environnement minier (MEM) a été désigné par le projet PartNER coordinateur du réseau Mines durables composé du CEA Mines et environnement de Côte d’Ivoire à l’INP-HB, CEA émergent de l’Ecole des Mines, industrie et géologie (EMIG) du Niger, CEA émergent de l’Institut supérieur des Mines de la Géologie de Boké (ISMGB) en Guinée. 

Programme PARFAO : Promouvoir l’Agroécologie par la Recherche et la Formation en Afrique de l’Ouest

Le programme PARFAO qui vise à promouvoir l’agroécologie par la recherche et la formation en Afrique de l’Ouest, est un projet co-porté par l’Institut de recherche pour le développement (IRD) et l’Agence universitaire de la francophonie (AUF). Le projet se décline en deux axes et concerne trois pays de la sous-région : le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire et le Sénégal.

Le premier axe « formation » a permis le recrutement d’une cohorte de 10 doctorants issus de ces trois pays, travaillant sur des problématique d’agroécologie locales et regroupés au sein d'un Collège doctoral. Le Collège doctoral est un espace de perfectionnement qui apporte aux doctorants un encadrement scientifique de haut niveau. Il y est dispensé une formation à la fois disciplinaire et transversale, complémentaire aux programmes de leur établissement d’origine (école ou formation doctorale). Ils bénéficient également d’un accompagnement via des bourses de mobilité.

L'axe « interface science-société » vise à interconnecter le monde de la recherche, le monde universitaire avec le monde socio-économique via une série d'événements. En Côte d'Ivoire, un week-end des solutions sera monté au 1er semestre 2020 afin de faire émerger des solutions innovantes basées sur les thématiques des doctorants composant le Collège doctoral de PARFAO. 

CoLAB

CoLAB, le 1er laboratoire de collaboration multi-acteurs pour l’innovation responsable, initiative conjointe de l’institut de Recherche pour le Développement (IRD), MakeSense et Bond’innov, avec l’appui du Ministère de l’Europe et des Affaires Etrangères. Ce laboratoire permet d’expérimenter de nouvelles méthodes de co-construction de projets et de favoriser le partage de connaissances et de savoir-faire au sein d’une communauté d’acteurs engagés afin de faire émerger collectivement des solutions innovantes dans le domaine de la sécurité alimentaire au Sénégal, Burkina Faso et en Côte d’Ivoire

CoLAB en 2020

  • Clôture du CoLAB 2 qui a accompagné J’UCAO et Yiri Droto en Côte d’Ivoire 
  • Lancement de l’appel à projet pour CoLAB 3 puis accompagnement des projets

Universités et Établissements de recherche partenaires

© Université F Houphouët-Boigny