A Agropolis International ce mardi 15 septembre, des collégiens montpelliérains de l’Ecole internationale Antonia, affiliée club UNESCO, se sont frottés à la démarche scientifique et du développement durable avec comme fil directeur l’exposition « Les insectes au secours de la planète », réalisée par l’IRD.

E-n-t-o-m-o-l-o-g-i-s-t-e. Robin, Freia, Pao et les autres élèves de 4ème cherchent lettre par lettre le nom du spécialiste des insectes. Pour les familiariser avec ce vocabulaire scientifique souvent compliqué, Olivier Dangles, écologue à l’UMR CEFE et directeur délégué adjoint à la Science en charge de la science de la durabilité (SciDur) à l’IRD, leur propose un « jeu participatif » très interactif à mille lieues d’une conférence classique…. Pari gagné !

Conférence Olivier Dangles auprès de collégiens montpelliérains

© IRD - Julie Sansoulet

Reconsidérer les a priori sur les scientifiques

C’est une classe particulière qui a répondu à l’invitation d’Agropolis International et de l’IRD. Les 22 collégiens et les deux enseignantes venus de l’Ecole internationale Antonia de Montpellier s’expriment aussi bien en anglais qu’en français pendant tout l’après-midi. Et c’est aussi en jonglant avec les deux langues que le chercheur accroche son jeune public. Ayant déconstruit l’image de vieux savant fou en général associé au terme « scientifique », il les interpelle à partir de quatre photos intrigantes projetées au format cinéma. Punaise (stink bug), abeille, papillon, grillon et araignée fournissent ainsi l’occasion d’éveiller la curiosité des élèves, de susciter des questions, d’aiguiller vers les bonnes réponses sans donner la langue au chat ! En les mettant en position de détectives, le chercheur leur rend accessible la démarche scientifique sous une forme ludique : « Décrivez ce que vous voyez » (Observation). « A votre avis, que fait le bourdon si près de la tête de la tortue ? » (Hypothèse). « Comment pourrait-on vérifier si des centaines de punaises rassemblées sont plus ou moins attaquées que quelques punaises ? » (Expérimentation). « Finalement, pourquoi le thorax du papillon est beaucoup plus chaud que le reste du corps ? » (Conclusion). Cet aller-retour animé permet également aux élèves de comprendre les comportements des insectes, les liens avec leur environnement, les interactions positives ou négatives avec les humains. Toutes ces notions sont justement au cœur de l’exposition « Les insectes au secours de la planète » pour laquelle Olivier Dangles était coordinateur scientifique et qui a mobilisé 13 autres scientifiques de différentes disciplines : entomologie, écologie, taxonomie, géographie, biologie, génétique.

Conférence des élèves de 4eme sur les Tenebrios

© IRD - Julie Sansoulet

Une participation très active des jeunes

Le succès de cet événement de médiation scientifique reposait aussi sur sa co-construction avec les collégiens qui se sont livrés à l’exercice périlleux mais savant de nous donner leur vision de la gestion durable des Tenebrio molitor … Plus connu sous le nom de ténébrion meunier, c’est un coléoptère qui colonise volontiers nos réserves de farine. Juste retour des choses, leurs larves sont désormais élevées pour nourrir notre bétail ou les poissons d’aquaculture. Cet insecte cosmopolite n’a plus de secrets ou presque pour ces élèves de l’école Antonia qui en ont réalisé un élevage et présenté dans l’amphi le résultat de leurs investigations de presque six mois sous forme d’un poster assorti d’un powerpoint commenté par cinq d’entre eux, le tout in english.

Collégiens autour de l'exposition "Les insectes au secours de la planète"

© IRD - Julie Sansoulet

Après cet exercice réussi, les jeunes ont déambulé dans le hall Bananiers autour des 17 panneaux de l’exposition très colorée avant de restituer en dessins ou par l’écriture leurs impressions sur ce qu’ils ont vu, entendu et compris de cette vision globale des insectes sur notre planète. La meilleure production démontrant quels sont les services rendus par les insectes vaudra à son auteur de gagner le livre « Natura Maxima » feuilleté avec délices par élèves et encadrants. Le programme concocté sur mesure réservait encore une surprise pas forcément du goût de tout le monde. Au cours du goûter frais qui attendait les participant-e-s, la majorité d’entre eux a pourtant courageusement accepté de croquer du chocolat ou des crackers aux larves de ténébrions…

Contact science : Olivier Dangles Olivier.Dangles@ird.fr 
 

Contact communication : Fabienne Doumenge, Julie Sansoulet communication.occitanie@ird.fr