Sommaire

La dépression circulaire de Vélingara, appelée également bassin de l’Anambé, dans l’est de la Casamance, d’un diamètre d’environ 35 km, est occupée au centre par un projet d’aménagement agricole pour la riziculture. 5000 ha sont déjà irriguée, et ce site produit l’un des meilleurs rendements du Sénégal (6t de riz / hectare) permettant de nourrir environ 100 000 personnes. En considérant la forme de ce bassin, identifiée sur l’imagerie satellite, des chercheurs ont proposé qu’un impact météoritique soit à l’origine de cette dépression. Cependant la quasi absence d’affleurement n’a pas permis d’en apporter la preuve jusqu’à présent.

Fin Mars 2022 une équipe de six géophysiciens et géologues des universités de Dakar, Abidjan et Aix-Marseille, ainsi que de l’IRD, a recueilli pendant huit jours des données géophysiques à même de révéler la densité et les propriétés magnétiques du sol, et de mieux comprendre la structure du sous-sol actuellement recouvert par des sédiments et sols récents. Ils ont pu également réaliser de nouvelles observations, à partir des rares fragments de roche présents en surface, ou des puits réalisés récemment dans les villages du bassin de l’Anambé.

Cette étude est effectuée en collaboration entre le CEREGE, l’Université Cheikh Anta Diop et le laboratoire Géosciences Environnement Toulouse est soutenue financièrement par le CNRS (projet AWA Astrophysics and Planetary Science in Africa, dispostif de soutien du CNRS aux collaborations avec l’Afrique Sub-Saharienne), l’IRD, dans le cadre de l’Initiative Africaine pour les Sciences des Planètes et de l’Espace. Le projet AWA vise plus particulièrement à développer dans les pays africains l’étude de cratères d’impact dont on sait que de nombreux restent à découvrir dans ce continent, particulièrement hors du Sahara et de l’Afrique australe : seulement deux cratères y sont connus, au Ghana et au Congo, alors que la surface considérée devrait en héberger quelques dizaines. Outre l’aspect recherche fondamentale à forte résonance médiatique, les compétences développées, en particulier la géophysique et la télédétection, sont directement transférables à des domaines d’intérêt économique et sociétal : ressources minérales et hydrocarbures, ressources en eau, agriculture, etc.

Champ irrigué du basin de l’Anambé (SODAGRI) dans la zone centrale de la dépression © David Baratoux
Champ irrigué du basin de l’Anambé (SODAGRI) dans la zone centrale de la dépression © David Baratoux