Il existait une culture sophistiquée du palmier dattier dans l’ancienne Judée, c’est ce que nous révèlent les auteurs d’une publication récente dans Science Advances. Cette étude co-menée par l'UMR DIADE dévoile le patrimoine génétique de graines très anciennes retrouvées intactes dans les vestiges de la forteresse de Massada construite il y a 22 siècles sur les bords de la mer Morte.

Pour des biologistes, avoir accès à des graines aussi anciennes issues d’une région considérée comme le berceau de nombreuses civilisations, c’est une chance inespérée et une occasion rare d’accéder à ce patrimoine génétique.

Forteresse de Massada

© Pixabay

Une plante liée à l’histoire de la région

Le palmier dattier - Phœnix dactylifera de son nom latin - est l’un des plus anciens « arbres fruitiers?Les palmiers ne sont pas, botaniquement parlant, des arbres, mais des herbes géantes. » domestiqué par l’Homme ; il était déjà cultivé dans les oasis en Mésopotamie, (l’Irak et la Syrie actuels) il y a 6700 ans. Les dattes de Judée étaient renommées à tel point que Pline l’Ancien écrivait, au 1er siècle avant notre ère que « les dattes de Jéricho étaient connues pour leur succulence ». On leur attribuait même des vertus médicinales. Dans l’environnement hostile de ces régions désertiques, les dattes étaient et sont encore une ressource alimentaire essentielle. Les palmiers dattiers ont également joué un rôle économique et religieux central pendant des siècles et étaient considérés comme un symbole de fertilité. Dans leurs écrits, les romains décrivaient les immenses palmeraies de Judée. Mais l’histoire troublée de cette région fait que le palmier dattier avait pratiquement disparu au début du 19ème siècle.

Graines anciennes découvertes près des rives de la mer Morte.

© IRD - Frédérique Aberlenc

Surgies du passé, les graines reprennent vie

Des graines de palmier dattier ont été retrouvées dans plusieurs sites archéologiques dont la forteresse de Massada. Attribuée à Hérode (1er siècle avant notre ère) et érigée sur un plateau rocheux qui domine la mer Morte, elle est située non loin des grottes où ont été découverts les manuscrits de Qumran… La comparaison morphologique révèle que les graines anciennes sont plus larges et plus longues que les graines actuelles provenant de palmiers dattiers sauvages ou cultivés, ce qui indique que les graines de Judée sont issues de variétés de palmiers dattiers autrefois cultivées. Deux graines trouvées à Massada, dont la plus ancienne - nommée Mathusalem - datée du 1er au 4ème siècle avant notre ère, ainsi que cinq autres?Adam, Jonah, Uriel, Boaz, Judith, Hannah provenant de la même région se sont révélées capables de germer ! Ce serait, à ce jour, le record des graines les plus anciennes ayant conservé leur pouvoir germinatif.

Arbre des distances génétiques : relations entre variétés de palmiers dattiers actuelles et germinations de graines anciennes. Émirats Arabes (orange), Irak (rouge), Tunisie (bleu), Maroc (vert clair), Égypte (vert foncé), génotypes anciens (violet)

© IRD - Frédérique Aberlenc

Les signatures génétiques témoignent d’échanges anciens

Les jeunes feuilles issues de l’incroyable germination ont été mises à profit pour analyser ce génome très ancien. « Avoir accès à ce matériel génétique exceptionnel apporte un éclairage sur l’origine des palmiers dattier cultivés dans la région il y a 2000 ans », déclare Frédérique Aberlenc, biologiste de l’IRD à l’UMR DIADE. Dans son aire de distribution actuelle, le palmier dattier se répartit en deux groupes génétiques correspondant à des zones géographiques distinctes : la partie orientale, qui s’étend du Moyen Orient à l’Inde, et la partie occidentale couvrant l’Afrique du nord et l’Afrique sub-saharienne. « Nous avons montré que les graines retrouvées dans le désert de Judée se répartissent dans ces deux groupes génétiques, poursuit la biologiste. Les plus anciennes sont aussi celles qui sont les plus orientales. Les plus récentes présentent un fond génétique oriental mais également la signature d'introgressions?hybridation par introduction de caractéristiques héréditaires d'une variété (ou espèce) dans le génome d'une autre variété (ou espèce) occidentales ». Ceci suggère qu'il y a 2000 ans, il y avait déjà des échanges de matériel végétal entre ces régions.
Les scientifiques ont également déterminé le sexe des sept plants (2 femelles / 5 mâles). Il faut savoir que chez les palmiers dattiers, il y a des pieds mâles et des pieds femelles. Seuls ces derniers fournissent des fruits. L’analyse génétique des graines anciennes suggère que les cultivateurs de l’époque antique privilégiaient le pollen des palmiers dattiers mâles occidentaux pour polliniser les variétés femelles locales orientales.

Le palmier dattier fait figure de modèle à différents titres

Mais comment ces graines se sont-elles conservées durant des siècles ? « Probablement grâce au taux d’humidité très faible de la région ainsi qu’aux caractéristiques du palmier dattier » ajoute Frédérique Aberlenc, en effet, cette plante peut vivre plus de 100 ans dans un environnement désertique ». Le palmier dattier constitue donc un remarquable modèle pour étudier la survie des plantes en milieu hostile et la longévité des graines. La compréhension des mécanismes moléculaires sous-jacents a des implications importantes pour la maitrise de l'adaptation des plantes aux environnements arides et pour la conservation de la biodiversité via des banques de semences. Les plantes issues de la germination des graines ont maintenant entre 4 et 10 ans et certaines d’entre elles ont déjà fleuri. Les fruits provenant du croisement de ces palmiers dattiers venus du passé sont aujourd’hui analysés quant à leurs propriétés organoleptiques et leur composition biochimique.

Publication : Sallon S, Cherif E, Chabrillange N, Solowey E, Gros-Balthazard M, Ivorra S, Terral JF, Egli M, Aberlenc F. 2020. Origins and insights into the historic Judean date palm based on genetic analysis of germinated ancient seeds and morphometric studies. Science Advances. EAAX0384. doi:10.1126/sciadv.aax0384
 

Aller plus loin : Ouvrage Biotechnologies du palmier dattier

Contact science : Frédérique Aberlenc, IRD, UMR DIADE, frederique.aberlenc@ird.fr
 

Contacts communication : Fabienne Doumenge, Julie Sansoulet commuication.occitanie@ird.fr