Sommaire

Mis à jour le 06/07/20

Renforcer les capacités est au cœur des missions de l’IRD. L’objectif : consolider le partenariat scientifique équitable avec les pays du Sud en formant les étudiants, les chercheurs et enseignants chercheurs, les techniciens et ingénieurs. Et ainsi, coproduire une science d’excellence au service du développement durable et rendre plus visibles les communautés scientifiques du Sud.

De la formation des étudiants à la co-création de laboratoires

Le renforcement des capacités est une condition pour l’atteinte des objectifs du développement durable (ODD) adoptés par les Nations Unies en 2015. L’objectif 17 sur le partenariat postule que les capacités différenciées des pays les moins développés constituent un obstacle pour atteindre les ODD. Cet objectif invite « gouvernements, société civile, milieux scientifiques et universitaires et secteur privé » à s’unir en faveur de la production des connaissances, à trouver des solutions pour un développement durable et la formation du capital humain adapté aux besoins locaux.

card discover

© IRD - Hardi - Thibaut Vergoz (www.indigo.ird.fr)

A l’IRD, de nombreux acteurs portent une mission de renforcement des capacités. Les chercheurs bien entendu, à travers l’encadrement d’étudiants et la formation à la recherche qu’ils assurent. A leurs côtés, une palette d’outils est développée. Ces actions sont portées en partenariat avec des acteurs de la coopération académique, des universités françaises?En particulier : Université de Montpellier, Université de Bretagne Occidentale, Sorbonne Université, Université Sorbonne Paris Cité, Université Grenoble Alpes, Université Aix Marseille, Université Côte d’Azur, Université Paul Sabatier de Toulouse et européennes et bien sûr les universités et centres de recherche du Sud.

Elle vise à renforcer les compétences :

  • Des individus : programme ARTS, mobilités Sud-Nord, ateliers de formation
  • Des collectifs scientifiques : « projets structurants de formation », JEAI, GDRI
  • Des institutions académiques et scientifiques : « projets structurants de formation », LMI, projets de formation en partenariat

Les bourses de thèses Sud

© IRD

Vous êtes étudiant d’un pays du Sud et vous souhaitez faire une thèse avec l’IRD ? Le programme ARTS (« allocations de recherche pour une thèse au Sud ») offre la possibilité de réaliser une thèse en alternance entre une équipe de recherche IRD et une équipe de recherche du Sud.

Vous bénéficierez d’un soutien financier sur une durée maximum de 36 mois, de 3 billets d’avion aller/retour entre les pays de réalisation de la thèse et d’une assurance santé.

© IRD - Nabil El Kente

Pour candidater, vous devez contacter un.e directeur.rice de recherche IRD au sein d’un des laboratoires IRD (lien liste UMR) et construire avec lui votre projet de recherche. Ces projets sont soumis une fois par an entre juin et septembre aux directeur.rices de laboratoire et font l’objet d’une sélection interne. Les réponses sont disponibles en décembre de chaque année. Pour toute question : arts@ird.fr

Pour en savoir plus sur le parcours des doctorants : #IRDTalents

  • 116

    doctorants soutenus actuellement dans 41 pays différents

  • 50

    bourses arbitrées en 2020

  • 49

    unités de l’IRD concernées

116

50

49

doctorants soutenus actuellement dans 41 pays différents

bourses arbitrées en 2020

unités de l’IRD concernées

Les « projets structurants de formation »

L’IRD soutient les porteurs de projet de formation au Sud. Les projets sélectionnés obtiennent un cofinancement de 10 000 €/ an pendant 3 ans et un accompagnement pour monter leur projet ou le pérenniser. Ce dispositif s’adresse aux équipes IRD et aux équipes scientifiques et institutions du Sud (co-portage des projets).

L'appel PSF-Sud 2020 est ouvert.

Pour en savoir plus: consultez la page de l'appel.

Liste des PSF sélectionnés :

Les ateliers de formation

Ils ont pour but de renforcer les compétences des étudiant.es, ingénieur.es, techniciens, chercheurs.es et enseignant.es chercheur.es, de l’écriture d’articles scientifiques à la valorisation des résultats de la recherche, en passant par la communication vers le grand public, ou encore la recherche de financements.

Depuis 2011, plus de 250 scientifiques partenaires ont participé à ces ateliers. 

Ces ateliers permettent à la fois un partage d’expertise mais aussi une forte interdisciplinarité qui vient renforcer les liens entre différents domaines scientifiques et les réseaux de recherche.

Les ateliers de formation

Les projets de formation en partenariat

Ces projets s’inscrivent dans la durée et sont co-portés avec des partenaires phares de la coopération académique et scientifique.

  • Ecole d’été des Objectifs du Développement Durable

    L’école d’été des ODD, co-portée avec Aix Marseille Université (AMU) et l’Agence Française de Développement (AFD) a pour objectif de faire se rencontrer des doctorant.es, des chercheur.es et des acteurs impliqués dans le développement durable pour une réflexion collective autour d’un ODD.

  • WANASEA

    WANASEA (« Strenghten the Production, Management and Outreach Capacities of Research in the Field of WAter and NAtural Resources in South-Est Asia ») est un projet cofinancé par le programme Erasmus + - Renforcement des capacités. Le consortium est composé de 9 partenaires du sud-est asiatiques (Cambodge, Vietnam, Thaïlande) et de 6 partenaires européens (France, Danemark, Espagne). Le projet propose des actions de formation et de mise en réseau autour de la thématique de l’eau et des ressources naturelles associées.

  • Ressources numériques - MOOC

    Parce qu’il réduit les distances et transforme les façons d’apprendre et d’enseigner, le numérique est devenu un outil incontournable pour la formation. Pour l’IRD, qui produit une science pluridisciplinaire en partenariat avec le Sud, c’est un outil puissant pour co-construire et partager les savoirs.

    L’IRD co-produit des ressources numériques avec ses partenaires. Il peut s’agir de ressources numériques libres (MOOC, grains et séquences pédagogiques partagés sur les bibliothèques des universités virtuelles) ou destinés à un public spécifique et restreint.

    Le MOOC ‘Objectifs de Développement Durable (ODD) – Ensemble, relevons le défi !’ fournit des clés pour aider à comprendre les 17 ODD et la façon dont ils interagissent les uns avec les autres, mais aussi des idées et suggestions pour agir concrètement. Il a été cofinancé par l’IRD, l’AUF, la fondation Veolia, le Ministère de la Transition écologique et solidaire/Commissariat général au développement durable, l’AFD et la CGE.

  • Ecole sols

    Cette formation proposée en partenariat avec l’Institut des hautes études du développement durable (IHEDD) porte sur la place des sols dans le cadre de la transition écologique dans les pays du Sud comme du Nord, en milieu rural ou urbain. Elle est destinée à des professionnels, des acteurs des ONG et de services techniques, des chercheurs ou des étudiants du Nord et du Sud ayant un rapport avec l’agriculture, le développement ou la gestion des espaces naturels et urbains.

  • PARFAO

    PARFAO (« promouvoir l’agroécologie par la recherche et la formation en Afrique de l’ouest »), est un projet co-porté avec l’Agence Universitaire de la Francophonie au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire et au Sénégal. Son objectif est d’accompagner la formation de 10 doctorants du Burkina Faso, de Côte d’Ivoire et du Sénégal et de développer des projets innovants autour de l’agroécologie.

  • ECOTROP

    ECOTROP est une formation de terrain à l’écologie tropicale qui s’appuie sur un consortium de 11 partenaires du Nord et du Sud. 3 écoles offrent aux étudiant.es une immersion totale sur le terrain face aux réalités et contraintes d’une campagne d’échantillonnage :

    • sur la thématique “forêts, savanes, fleuves et rivières” dans le Parc national de la Lopé au Gabon
    • sur la thématique “plages, mangroves et estuaires” dans le Parc national Arc d’Emeraude au Gabon
    • sur la thématique “agrosystèmes, lacs et tourbières” sur le site d’Oku au Cameroun