Au Cameroun et au Gabon, une étude vient de mettre en lumière la présence importante d'helminthes, des vers intestinaux, dans les fèces de plus de 300 gorilles, chimpanzés et petits singes. Les primates non humains pourraient constituer ainsi un réservoir de ces vers qui provoquent des helminthiases, des maladies chroniques touchant principalement les enfants et causant 135 000 décès par an dans le monde.

Pour en savoir plus : https://bit.ly/36Xslje