Sommaire

De par la proximité de l’estuaire de l’Amazone, de leurs bons états de préservation vis-à-vis des impacts des activités humaines et de leur non soumission à des évènements climatiques et océanographiques destructeurs comme les ouragans et les tsunamis, les côtes de Guyane et leurs vasières et mangroves constituent des objets de recherche d’intérêt international majeur.

 

L’équipe de tournage Les films en vrac est hébergée au centre IRD de Cayenne du 06 au 26 octobre 2022.

Prise de vue de la vasière littorale en Guyane

© Les films en vrac

Ainsi depuis 40 ans, les mangroves et vasières des côte de la Guyane sous les influences du transport des eaux et des vases de l’Amazone ont fait l’objet de suivis et d’observations régulières pour en comprendre le fonctionnement et les causes faisant de ces espaces des zones très attractives pour les poissons, les crevettes et les oiseaux, attirant pêcheurs, naturalistes et scientifiques. Cependant et assez paradoxalement, le nombre de visiteurs à la recherche de séjours intelligents et d’espace de nature proche de leur état originel n’est pas en phase avec le potentiel que constituent les littoraux guyanais. Dans ce constat nous pensons que le problème n’est pas que structurel ; si une demande écotouristique forte s’exprimait, l’offre suivrait. Ainsi pour nous, le véritable frein réside dans une méconnaissance par le grand public des spécificités remarquables du fonctionnement et des divers modes de vie, très originaux, que l’on observe au sein de ces écosystèmes littoraux guyanais.

Ainsi l’étude de cet immense laboratoire naturel que constitue les côtes guyanaises, piloté par l’instabilité des sédiments qui migrent et qui génèrent des alternances à l’échelle humaine de phases de dépôt temporaire de vase permettant leur colonisation biologique auxquelles succèdent des phases de déstabilisation, d’érosion et de transport sédimentaires a permis des avancées scientifiques majeures. La plus importante et fondamentale a été la démonstration que la richesse biologique des mangroves, qui fascine tout le monde, réside en fait plus dans les vasières qui leur sont associées et attenantes que dans la mangrove proprement dite. Des vases soumises au rythme des marées, dont la fertilité est néanmoins dépendante des palétuviers et plus globalement, de la productivité de la mangrove. Cette réalité, non intuitive, qui concerne en fait tous les autres écosystèmes de mangrove au monde ne pouvait être mise en évidence qu’en Guyane où vase, vasière et mangrove peuvent être soit en continuité, soit exister, et dans ce cas temporairement, l’une sans les autres. Si ces découvertes et connaissances ont effectivement permis la rédaction de nombreux articles scientifiques, il importe maintenant, que cette complexité et les caractéristiques remarquables des côtes de Guyane soient connues de tous et en premier lieu des guyanais, de souche ou d’adoption, qui doivent pleinement avoir conscience de la beauté, de la rareté et de la complexité de ces espaces qui peuvent et devraient être leur fierté.

C’est l’une des finalités premières de ce documentaire, changer radicalement l’image négative que l’on associe systématiquement à ces eaux boueuses mais fertiles et au fonctionnement unique alors que l’on rêve, en Guyane, à une utopique mer aux eaux bleu turquoise agrémentée de vastes étendues de sable blanc que l’on observe en fait un peu partout dans le monde.

En outre, le public visé par ce documentaire ne sera bien évidemment pas que local. Notre ambition est donc de présenter et de vulgariser, en mobilisant tout ce que permet maintenant la technique, tout un savoir scientifique qui concerne en réalité et sans qu’ils le sachent, tous les pays possédant à leurs interfaces entre océan et terre ferme, des mangroves.

Incroyable Guyane : La vase source de vie 

 

Une coproduction Les Films en Vrac, Ushuaïa TV, Guyane La 1ère, l’IDR, l’UICN et l’Office de l’Eau de Guyane. 

 

Réalisation : Luc Riolon 

Image : Gérard Sergent et Luc Riolon

Conseiller scientifique : Daniel Guiral

Le dossier La vase, source de vie (© Les Films en Vrac) est consultable ci-dessous :