Sommaire

Mis à jour le 27/10/22

L'activité scientifique de l'IRD en Indonésie s'appuie sur une présence relativement restreinte d'agents en affectation dans le pays, mais qui sont des relais essentiels pour permettre la venue régulière et soutenue de chercheurs (de l'IRD ou d'autres instituts de l'ESR français) en missions de courtes ou longues durées.

Projets en cours en Indonésie

card discover

© IRD - Nicolas Hubert

Illustration de la bibliothèque de référence en ADN barcoding pour les poissons d'eau douce de Java et Bali

  • Projet FRESHBIO (2018-2020)

    Il est urgent de mieux cerner l'état des biotes d'eau douce dans les points chauds insulaires en Asie du Sud-Est. Pour cela, des méthodes d'inventaire des espèces basées sur l'ADN sont nécessaires pour accélérer la connaissance de la biodiversité, et une cartographie précise de celle-ci est nécessaire pour accompagner les actions de conservation. Le projet FRESHBIO s'efforce de répondre à ces impératifs : il conduit des campagnes de barcoding ADN pour constituer des bibliothèques de référence. LE projet analyse les tendances historiques de la démographie des populations et de l'agrégation des espèces dans les communautés écologiques pour aborder l'état des biotes aquatiques (expansion versus contraction), et estimer l'impact de la conversion des terres sur les modèles de diversité. Le projet s'intéresse également à la dynamique d'adaptation et de résilience des populations humaines dépendantes de ces biotes qui sont exposés à d'importants changements environnementaux.

    Financement : Joint Funding Scheme de l'UE

    Coordination : Nicolas Hubert (UMR ISEM)

    UMRs IRD impliquées : BOREA, CEFE, ISEM

    Partenaires : LIPI RCB

    Site web du projet

card discover

© IRD - Dominique Guillaud

Plateforme rituelle de pierres sur le site de Selata au Timor Oriental

  • Projet POPEI COLL : Politiques culturelles, héritage local et approches collaboratives en Insulinde orientale (2019-2021)

    Le projet vise à repenser les politiques culturelles fondées sur le patrimoine, trop souvent “descendantes” et d'inspiration occidentale et dont les objectifs sont généralement éloignés des conceptions et des préoccupations des populations sources, alors que leurs cultures sont censées être à la base des initiatives patrimoniales portées par les gouvernements.

    Afin de proposer un nouveau dialogue entre politiques, science et patrimoine local, le projet POPEI COLL cherche à sonder les enjeux sociaux du patrimoine dans les sociétés non occidentales. En s'inspirant des catégories locales et de leurs modes d'appropriation et de gestion, il tente de proposer de nouvelles pratiques pour l'enrichissement vernaculaire des politiques culturelles. Deux terrains sont prévus pour mener à bien ce projet : l'île de Flores en Indonésie et l'île d'Atauro au Timor oriental.

    Financement : ANR

    Coordination : Dominique Guillaud (UMR PALOC)

    UMRs IRD impliquées : PALOC

    Partenaires : UMR Eco-anthropologie, UMR CASE, LIPI

    Site web du projet

card discover

© IRD - Christophe Maes

Déchets plastiques sur une plage touristique de Bali

  • Amélioration de la surveillance et de la modélisation des débris marins (2020-2021)

    En réponse à une demande du gouvernement indonésien, ce projet vise à améliorer la surveillance et la modélisation des débris marins au niveau national. Le projet permettra de fournir les équipements et recherches appropriés pour suivre la distribution et les mouvements des déchets marins à partir des rivières et à visualiser les sites d’accumulation plastiques en fonction des saisons, avec l’objectif de fournir des recommandations pour l’évitement et le traitement de cette pollution.

    Le montage FEXTE doit permettre la valorisation de l’expertise française en matière de recherche océanographique et des engagements de l’Etat français tels que le "Pacte national sur les emballages plastiques". Le projet contribuera également à la préservation de la biodiversité en suivant les déplacements d’espèces rares, telles les tortues marines, particulièrement touchées car pouvant ingérer ou s’entraver avec des débris plastiques. Le projet permettra de comparer la trajectoire des tortues de mer avec la dérive du plastique afin d’identifier les zones de risque et de vulnérabilité.

    Financement : AFD

    Coordination : Christophe Maes (UMR LOPS)

    UMRs IRD impliquées : LEGOS, LOPS, MIO

    Partenaires : BRSDM, CLS

    Site web du projet

    En savoir plus

card discover

© MEAE

Les fréquents séismes qui secouent l'Indonésie occasionnent d'importants dégâts matériels et humains

  • Etude de la sismicité générée par la série de tremblements de terre de Lombok en 2018 (2020-2021)

    Entre le 29 juillet et le 19 août 2018, l'île de Lombok a été frappée par une série de tremblements de terre (de 6,3 à 6,9 Mw) d'une puissance sans précédent dans l'histoire des enregistrements de la zone. L'épicentre situé près du complexe du volcan Rinjani au nord de l'île, a occasionné d'importants dégâts dans toute l'île et l'île de Bali voisine.  563 victimes ont été déplorées, auxquelles s'ajoute un millier de blessés et quelques 417 000 personnes déplacées.

    Le projet prévoit de mener une série d'études intégrées pour aider l'Agence indonésienne de météorologie, climatologie et géophysique (BMKG) à améliorer la surveillance sismique et l'atténuation des risques dans cette région. Les principaux axes du projet sont de fournir une surveillance sismique complète à Lombok, de mieux comprendre le mécanisme physique de la récente série de tremblements de terre, de modéliser l'impact possible du tremblement de terre sur le volcan Rinjani, et de soutenir une campagne d'éducation sur les risques sismiques pour les habitants.

    Financement : Projet Hubert Curien

    Coordination : Jean-Philippe Métaxian (UMR ISTerre)

    UMRs IRD impliquées : ISTerre

    Partenaires : IPGP, ITB, PVMBG, BMKG

card discover

© IRD - Philipson Bani

Mesures par caméra infrarouge et Multi-GAS en bordure de caldera du volcan Dukono

  • Caractérisation de la source magmatique du volcan Dukono (2020)

    Le volcan indonésien Dukono (en activité éruptive depuis 1933) est moins connu de la communauté scientifique que les autres volcans réputés pour leurs manifestations éruptives continues. Des investigations scientifiques doivent être encouragées pour comprendre son fonctionnement afin de mieux gérer les risques associés. En 2018 nous avons démontré que le volcan Dukono est la plus grande source de dégazage magmatique en Indonésie, libérant chaque année 5000 kt d’H2O, 290 kt de SO2, 88 kt de CO2, 5 kt H2S et 7 kt de H2. Ce travail a également mis en évidence un apport de CO2 exceptionnellement faible pour une zone de subduction. Ce projet permet d'étendre l'investigation sur la source. Il s'agit de comprendre l’origine des sources magmatiques du Dukono, en s’appuyant sur les analyses géochimiques et une caractérisation du volume du magma dans le réservoir en combinant les mesures de dégazage et la composition des inclusions vitreuses piégées dans les olivines.

    Financement : Science & Impact (soutien de l'Ambassade de France)

    Coordination : Philipson Bani (UMR LMV)

    UMRs IRD impliquées : LMV

    Partenaires : PVMBG

card discover

© BBPBL - Muawanah

Mousse en surface d'océan consécutive à un bloom de dinoflagellés

  • Impact des processus physiques sur la dynamique des blooms d'algues toxiques dans la baie de Lampung (2020)

    Des précédents travaux conduits par l'UMR MARBEC ont révélé l'apparition de blooms de dinoflagellés toxiques depuis 2012 dans la baie de Lampung, lesquelles déciment les populations de poissons des fermes aquacoles. Les facteurs déclenchants de ces blooms du point de vue de l'environnement physique et biogéochimiques restent cependant à identifier et quantifier. Le projet cherche à caractériser les conditions hydrologiques et les courants sur un site peu profond (12 m) où les blooms démarrent, en s'appuyant sur des capteurs de température haute fréquence, des capteurs CTD et un courantomètre très haute fréquence qui préciseront notamment les composantes turbulentes. En parallèle, un échantillonnage hebdomadaire de la colonne d'eau en termes de nutriments, matières en suspension et espèces planctoniques fournira un suivi de la dynamique planctonique et des flux de nutriments. Ces observations devraient permettre d'identifier les successions de conditions environnementales physique et biogéochimiques favorables à l'apparition d'un bloom.

    Financement : Science & Impact (soutien de l'Ambassade de France)

    Coordination : Yannis Cuypers (UMR LOCEAN)

    UMRs IRD impliquées : ISTerre

    Partenaires : IPGP, ITB, PVMBG, BMKG

    Télécharger la fiche de présentation du projet HABs

card discover

© IRD

Banc de thons agrégés autour d'un DCP

  • Gestion des dispositifs de concentration des poissons pour la durabilité des pêcheries thonières en Indonésie et dans l'Océan Indien (2021-2023)

    Les thons tropicaux et plusieurs autres espèces de poissons pélagiques forment de vastes agrégations multispécifiques autour d'objets flottants. Ce comportement est exploité par les pêcheurs artisanaux et industriels, qui déploient dans le monde entier des objets flottants artificiels ancrés ou dérivants (appelés dispositifs de concentration de poissons ou DCP). Actuellement, environ 50 % des captures mondiales de thon tropical sont effectuées sur des DCP et de nombreux pays côtiers les exploitent pour soutenir leurs pêcheries locales. Malgré l'utilisation importante des DCP dans le monde, l'impact des DCP sur les populations de thon et, plus largement, sur l'écosystème pélagique, est encore mal connu. En particulier, il existe peu de connaissances sur les effets du nombre de DCP sur la physiologie des thons et leurs mouvements. En outre, étant donné que le thon forme des agrégations multi-spécifiques avec plusieurs autres espèces pélagiques, les pêcheries avec DCP impliquent un taux plus élevé de captures accidentelles par rapport aux pêcheries de thon qui ciblent les bancs de thon non associés. 

    L'objectif général de ce projet est le développement de la recherche fondamentale et appliquée pour soutenir la gestion des DCP et des pêcheries de thon en Indonésie et dans l'océan Indien. 

    Le projet vise également à renforcer la capacité de recherche par la formation des chercheurs et du personnel à la collecte de données sur le terrain, à l'analyse des données et à la modélisation, par des études de master et de doctorat, par des publications conjointes, ainsi que par des participations à des conférences et ateliers scientifiques internationaux.

    L'étude bénéficie d'un soutien financier de France Filière Pêche à travers l'opération MANFAD qui concerne les pêcheries de thoniers senneurs utilisant des DCP dérivants. L’opération consiste à étudier les variations de facteurs de condition de thons soumis à différents régimes alimentaires. Ces différentes régimes alimentaires sont supposés simuler ce que vivent les thons quand ils sont associés aux DCP ou en bancs libres, et devraient permettre de comprendre ce qu’il se passe quand les thons alternent des phases d’association aux DCP et de bancs libres.

    Financement

    Filière France Pêche

    Coordination

    Manuela Capello

    UMR IRD impliquée : MARBEC

    Partenaires

    CFR, IMRAFE, RITF

    Télécharger la fiche de présentation du projet 

  • La voie de la coviabilié, un nouveau cadre pour relier durablement l'homme et la biosphère (CovPath, 2021-2022)

    Les principaux objectifs du projet sont la constitution d'un consortium et l'identification d'une trajectoire de durabilité.

    En réponse à cet appel du Belmont Forum, le projet CovPath, présenté ici, se concentre sur deux objectifs :

    1. La consolidation d'un consortium regroupant des acteurs locaux, un réseau de chercheurs, de gestionnaires et d'institutions impliqués dans la gestion des sites du projet.
    2. L'identification d'une trajectoire de durabilité tridimensionnelle.

    Financement : Belmont Forum

    Coordination : Olivier Barrière

    UMR IRD impliquée : Espace Dev

    Partenaires français : CNRS, MNHN, Université de Montpellier

    Partenaires indonésiens :  Université Gajah Mada, MAB Unesco Indonésie

    logo Belmont Forum

     

card discover

© IRD / HOH

Rencontre entre les étudiants internationaux et les membres des communautés locales sur le site du patrimoine mondial de Sangiran

  • Mission Quaternaire et Préhistoire en Indonésie

    La Mission Quaternaire et Préhistoire en Indonésie étudie les peuplements anciens de l'arc insulindien depuis 1,5 million d'années dans une optique interdisciplinaire dans le cadre d'une coopération de longue date entre le Centre National Archéologique Indonésien (PUSLIT ARKENAS) et le Muséum national d'histoire naturelle (avec le concours du MEAE et le support de l’IRD), coopération étendue aujourd’hui au Centre de conservation du site du patrimoine mondial de Sangiran et à des structures universitaires. 

    Ses activités incluent la réalisation d'écoles internationales de fouilles et de formation à la recherche, des projets de conservation et de valorisation du patrimoine auprès de tous les publics, incluant une dimension de sciences participatives et de formation académique. 

    Les travaux sont sous-tendus par plusieurs thèmes tels que la description de la culture matérielle des Homo erectus de Java, l'établissement d'une chronologie du Paléolithique indonésien, l'établissement de modèles paléo-environnementaux et paléoclimatiques, ou encore l'étude de la transition Homo erectus / Homo sapiens en Asie du sud-est.

    Financement : MEAE, Ambassade de France, projets européens et internationaux

    Coordination : François et Anne-Marie Sémah (jusqu’en 2022), Thomas Ingicco (UMR 7194)

    Partenaire indonésien : Pusat Penelitian Arkeologi Nasional (Centre National de la Recherche Archéologique)

Projets en cours au Timor Oriental

  • Projet ANR POPEI COLL : Politiques culturelles, héritage local et approches collaboratives en Insulinde orientale (2019-2021)

    Le projet vise à repenser les politiques culturelles fondées sur le patrimoine, trop souvent “descendantes” et d'inspiration occidentale et dont les objectifs sont généralement éloignés des conceptions et des préoccupations des populations sources, alors que leurs cultures sont censées être à la base des initiatives patrimoniales portées par les gouvernements.

    Afin de proposer un nouveau dialogue entre politiques, science et patrimoine local, le projet POPEI COLL cherche à sonder les enjeux sociaux du patrimoine dans les sociétés non occidentales. En s'inspirant des catégories locales et de leurs modes d'appropriation et de gestion, il tente de proposer de nouvelles pratiques pour l'enrichissement vernaculaire des politiques culturelles. Deux terrains sont prévus pour mener à bien ce projet : l'île de Flores en Indonésie et l'île d'Atauro au Timor oriental.

    Financement : ANR

    Coordination : Dominique Guillaud (UMR PALOC)

    UMRs IRD impliquées : PALOC

    Partenaires : UMR Eco-anthropologie, UMR CASE, SEAC, Timor Aid, UNTL

    Site web du projet

Unités de recherche intervenant en Indonésie et au Timor Oriental

  • Les unités de recherche implantées

    UMR CEFE - Centre d'Écologie Fonctionnelle et Évolutive

    UMR ISTerre - Institut des Sciences de la Terre

    UMR MARBEC - MARine Biodiversity, Exploitation and Conservation

  • Les unités de recherche travaillant sur projet

    UMR AMAP - Botanique et modélisation de l'architecture des plantes et des végétations

    UMR BOREA - Biologie des Organismes et Ecosystèmes Aquatiques

    UMR DIADE - Diversité - Adaptation - Développement des plantes

    UMR ENTROPIE - Ecologie Marine Tropicale des Océans Pacifique et Indien 

    UMR ESPACE-DEVObservation spatiale, modèles & science impliquée 

    UMR HNHP - Histoire naturelle de l'Homme Préhistorique  

    UMR HSM - Hydrosciences Montpellier

    UMR ISEM - Institut des Sciences de l'Evolution de Montpellier

    UMR LEGOS - Laboratoire d'Etudes en Géophysique et Océanographie Spatiales

    UMR LMV - Laboratoire Magmas et Volcans

    UMR LOCEAN - Laboratoire Océanographie, Climat, Océan, Mer, Environnement, Dynamique, Biogéochimie        

    UMR LOPS - Laboratoire d'océanographie physique et spatiale

    UMR MIO - Institut Méditerranéen d'Océanographie

    UMR NUTRIPASS - Nutrition et Alimentation des Populations aux Suds  

    UMR PALOC - Patrimoines locaux, environnement et globalisation

    UMR PHARMA-DEV - Pharmacochimie et biologie pour le développement

    UMR URMIS - Migrations et Société 

  • Les unités de recherche présentes au Timor Oriental (sur projet)

    UMR PALOC - Patrimoines locaux, environnement et globalisation

Principaux instruments de partenariat

card discover

© IRD - François Beauducel

Déploiement de panneaux solaires au niveau d'un relais de transmission de données sur l'activité du volcan Merapi

  • Site instrumenté VELI (Observatoire à long terme)

    Labellisé site instrumenté en 2009, VELI (Volcans Explosifs Laboratoire Indonésien) a pour mission l’observation de volcans indonésiens explosifs fréquemment actifs, considérés comme des volcans analogues des volcans français des Antilles, peu actifs en comparaison. Les volcans indonésiens permettent d’aborder certains aspects typiques de l’activité catastrophique de ces volcans à dômes (gaz de haute température, déclenchement et mise en place des coulées pyroclastiques ou lahars, déformations actives, dynamique des dômes, de même que le développement et la validation d’instrumentation et de méthodes de surveillance.

    Coordination : Jean-Philippe Métaxian (UMR ISTerre)

    UMRs IRD impliquées : LMV, ISTerre

    Partenaires : IPGP, ITB, PVMBG, BMKG, BPPTKG

    Site web du projet

card discover

© IRD Lengguru

Etude des récifs coralliens

  • Laboratoire Sentinelle de la biodiversité marine indonésienne (Laboratoire Mixte International SELAMAT, 2021-2025)

    SELAMAT a pour but d'étudier les interactions entre la biodiversité marine, les changements environnementaux et les sociétés humaines par le biais de sentinelles écologiques. Les sentinelles écologiques sont des espèces qui indiquent un changement qualitatif ou quantitatif dans les propriétés des écosystèmes dont elles font partie. Les espèces sentinelles et les écosystèmes sentinelles ont été choisis en fonction des connaissances déjà disponibles et de la possibilité d'effectuer des observations soutenues pour servir d'alerte précoce de l'impact des pressions locales et mondiales.

    Partenaires indonésiens : 

    • Indonesian Institute of Science (LIPI) : RCO-LIPI, RCDS-LIPI, RCB-LIPI
    • Sorong Polytechnic of Marine and Fisheries, University of Papua (UNIPA)

    Partenaires français :

    • CNRS
    • IFREMER
    • Université Montpellier

    Site web: https://selamat.science

    Télécharger la fiche de présentation du LMI SELAMAT 

     

card discover

© IRD - Saurin Hem

Nourrissage de poissons d'élevage avec des larves de mouches soldats noires

  • Laboratoire Subductions Indonésiennes et Risques associés (Laboratoire Mixte International SIR, 2022-2026)

    Le projet SIR se propose de mener des recherches en géosciences sur les aléas associés (tsunamis, lahars, éboulements, liquéfaction...) aux séismes et éruptions volcaniques des zones de subduction au travers de l’exemple de l’Indonésie. Il se propose également de faire un lien entre ces processus et la société indonésienne qui pourra en tirer aussi bien des bénéfices que des contraintes. Pour cela, il associe des collègues de SHS, de biologie et des agences publiques de gestion des risques. Les activités sont organisées en différents workpackages dont certains alimentent les travaux des autres et un workpackage transversal dédié à la formation à la recherche.

    Porteurs du projet :

    • Devy Kamil Syahbana, Sismologue, volcanologue. Center for Volcanology and Geological Hazard Mitigation Geological Agency Ministry of Energy and Mineral Resources, Jl. Diponegoro No.57 Bandung 40122, Indonesia
    • Jean-Philippe Métaxian, Sismologue, volcanologue. Institut de Physique du Globe de Paris, Equipe Géophysique des volcans / ISTerre, Le Bourget du lac cedex, France
       

    Partenaires indonésiens : 

    • Center of Volcanological and Geological Hazard Mitigation (CVGHM)
    • Institut Technologique Bandung (ITB)
    • Université Gadjah Mada, Yogyakarta (UGM)
    • Indonesian Institute of Science (LIPI)
    • Institut Pertanian Bogor (IPB)
    • National Center for Earthquake Studies (PUSGEN)
    • Meteorological, Climatological, and Geophysical Agency (BMKG)
    • National Agency for Disaster Management (BNPB)
    • Universitas Padjadjaran (UNPAD)

    Partenaires français : 

    • Institut des sciences de la Terre (ISTerre, UR 219 UMR 5275), Université Grenoble Alpes (UGA)
    • Laboratoire Magma et volcans (LMV,UMR 6524), Université Clermont Auvergne (UCA)
    • Géosciences Environnement Toulouse (GET, UMR 5563), Université Paul Sabatier
    • Institut des Sciences de l'Evolution (ISEM, UMR 5554), Université de Montpellier
    • Géosciences Azur (UMR 7329, UR 082), Université Côte d’Azur
card discover

© IRD / LMI SIR

Representation of a subduction system (adapted from the S4DZ initiative, from McGuire, J.J., T. Plank, et al. 2017). The dynamics of slab descent along the plate interface create earthquakes, topography in the upper plate and magma generation above the si

  • Groupe de Recherche International-Sud ASACHA (2021-2024)

    L’agro-écologie pour la durabilité de l’aquaculture dans un contexte de changements globaux (Asie : Cambodge, Indonésie, Vietnam ; AOC : Guinée, Zambie, Côte d’Ivoire ; AEI : Madagascar)

    ASACHA a pour ambition de faciliter la transition agro-écologique des aquacultures du Sud en plaçant la pluridisciplinarité scientifique au service de la durabilité de l’aquaculture dans un contexte de changements globaux. L’objectif est de mieux intégrer les connaissances et les compétences acquises par les chercheurs et les acteurs de l’aquaculture tropicale, afin de faire émerger une approche générique pour le développement de l’intensification écologique et favoriser une meilleure insertion écosystémique de l’aquaculture dans les différents contextes socio-écologiques.

    Partenaires indonésiens : 

    • Centre de Recherche sur les Pêches et Direction Générale de l'Aquaculture (relevant tous deux du Ministère des affaires marines et des pêches).
  • Groupe de Recherche International-Sud Sentinel VIPs (2021-2024)

    Sentinel Vulnerable Indigenous Peoples: Attuning academic and indigenous knowledge to assess impact of global change on ecosystems and resources throughout the Indo-Pacific region (Madagascar, Thaïlande, Vietnam, Cambodge, Laos, Indonésie, Timor Oriental, Philippines, Nouvelle-Calédonie, Vanuatu, Fiji, Salomon, Polynésie française, Wallis et Futuna)

    Sentinel VIPs souhaite explorer de nouvelles façons de s'engager dans la science de la durabilité en associant la science académique et les sciences des peuples indigènes par la co-construction de la recherche. Le principe fondamental de Sentinel VIPs est de considérer les détenteurs de connaissances indigènes comme des partenaires de recherche.

    Partenaires indonésiens : 

    • Universitas Indonesia (UI), Research Centre for Social and Political Sciences
    • Indonesian Institute of Science (LIPI) : RCO-LIPI, RCB-LIPI, Ethnobotanical Laboratorium
    • Regional Research and Development Agency of West Papua
    • Department of Forestry and Environment of West Papua

    Voir le site web

    Télécharger la fiche de présentation du GDRI-Sud Sentinel VIPs

    Sentinel VIPs logo