Mis à jour le 07/07/22

Le Moyen-Orient représente une zone prioritaire et une zonephare pour la compréhension des problèmes environnementaux qui permettront de mieux gérer le présent et de dégager des tendances pour l’avenir. Si les problèmes ne sont pas comparables entre les rives Nord, Sud et Est de la Méditerranée, les besoins en termes de gestion de la biodiversité et des ressources naturelles sont similaires même s’ils sont exprimés de façons différentes selon les pays.

Il y a donc urgence de « Travailler ensemble sur des problèmes communs focalisés sur les challenges environnementaux auxquels font face la méditerranée et ses populations ». La gestion durable de tels écosystèmes en milieu méditerranéen surtout, est nécessairement le résultat d’une interaction entre plusieurs disciplines. Cette pluridisciplinarité thématique concerne autant les sciences économiques, que les sciences sociales, l’ingénierie, l’anthropologie. Elle nécessite de surcroît un transfert de méthodes entre les disciplines vers une transdisciplinarité au confluent entre les méthodes expérimentales et les approches participatives des sciences humaines et sociales. La conjonction de transformations naturelles (Changement Climatique, géologie, hydrologie) et d’évolutions sociales (croissance démographique, urbanisation, densification, consommation massive, changement de pratiques) provoque une tension urbaine entre spéculation et vulnérabilité. O-LiFE est un observatoire de l’environnement Méditerranéen partagé entre le Liban et la France. Il a pour ambition de se positionner entre les sphères scientifiques et celles des décisions territoriales et politiques et notamment d’agir comme une plateforme de mise en œuvre des Objectifs du développement Durable ODD, notamment les ODD 6, 11,12, 13, 14, 15 et 17 portant sur les priorités de la préservation de l’environnement et des communautés humaines. Il nourrit le débat international sur la mise en œuvre des ODD en apportant, à partir d’évidences scientifiques, une vision critique et constructive sur la nécessaire prise en compte des interactions et/ou des compromis entre les différentes cibles des ODD. O-LiFE permet la mutualisation, le partage des outils de l’observation (instrumentations, données in-situ, données satellites), la mise à disposition de capacités accrues d'accès à l'information à un moment ou la recherche sur les changements globaux et leurs impacts locaux nécessite des approches multidisciplinaires. Son positionnement stratégique contribue à l’effort de mutualisation et au développement des synergies en faveur de la recherche pour le développement. 

  • Objectifs scientifiques

    O-LiFE ambitionne à moyen et long terme de structurer et animer un partenariat multiple et des groupements de recherches inter institutionnels entre le Liban et la France sur quatre thématiques prioritaires et stratégiques pour la recherche pour le développement durable : Gestion de la ressource en Eau, Gestion de la Biodiversité, Gestion du risque environnemental et espace maritime. Les axes stratégiques thématiques soutiennent une approche résolument interdisciplinaire visant à reconnecter le développement politique et économique du Liban et ses processus environnementaux. Les axes transversaux permettent de développer les méthodes et outils pour une gouvernance « adaptative » des socio-écosystèmes extrêmement vulnérables au Liban. Afin de :

    • Concevoir, réaliser, partager des bases de données et des outils d’analyses synthétiques
    • Consolider et coordonner des services et réseaux d’observation.
    • Communiquer sur les thématiques prioritaires et les mettre à disposition des scientifiques, décideurs, et public.
    • Former et orienter des jeunes scientifiques sur des thèmes de recherche d’excellence
  • Institutions partenaires Sud
    • Université Américaine de Beyrouth,
    • Université de Balamand,
    • Université Saint Joseph
    • Université Libanaise,
    • Université Arabe de Beyrouth,
    • Université de Saint Esprit Kaslik,
    • Université Libano-Américaine
    • Université Notre-Dame de Louaizé
    • Agence Universitaire de la Francophonie (antenne du Moyen-Orient)

  • Institutions Nord impliquées
    • Observatoire de Recherche Méditerranéen de l'Environnement (OREME), UMS-3282, CNRS/UM/IRD/IRSTEA ;
    • Laboratoire d'écologie fonctionnelle et environnement (ECOLAB), CNRS/UPS/INPT ;
    • Centre d'études spatiales de la biosphère (CESBIO), CNRS/UPS/IRD/CNES/INRA ;
    • Centre européen de recherche et d'enseignement de géosciences de l'environnement (CEREGE), CNRS/AMU/IRD/COLLÈGE DE FRANCE/INRA ;
    • Institut méditerranéen de biodiversité et d'écologie marine et continentale (IMBE), CNRS/AMU/UAPV/IRD ;
    • Centre d'Écologie Fonctionnelle et Évolutive (CEFE), CNRS/UM/UNIV-PAUL VALERY MONTPELLIER/EPHE/SUPAGRO MONTPELLIER/IRD/INRA ;
    • Laboratoire Géographie de l'environnement (GEODE), CNRS/Université Toulouse Jean Jaurès ;
    • Institut des Sciences de la Terre (ISTerre), CNRS/Université Savoie Mont Blanc/IRD/IFFSTAR/Université Grenoble Alpes ; IRD ;
    • Institut des Géosciences de l'Environnement (IGE), CNRS/IRD/Université Grenoble Alpes/Grenoble INP ;
    • Laboratoire Géoazur, UMR7329, CNRS/Université Nice Sophia Antipolis/Observatoire de la côte d’Azur/IRD
    • Laboratoire d'Informatique de Grenoble (LIG), CNRS, Institut polytechnique de Grenoble/ INRIA/Université Grenoble Alpes
    • Laboratoire de sciences sociales, PACTE CNRS/ Université Grenoble Alpes/Sciences Politiques Grenoble
    • Laboratoire d'Océanographie et du Climat : Expérimentations et Approches Numériques (LOCEAN), Université Pierre et Marie Curie/CNRS/IRD/Muséum National d’Histoire Naturelle.
    • Laboratoire Mécanique des Sols, Structures et Matériaux MSSMAT, CNRS/Centrale Supelec.
    • Centre d'Etudes et d'Expertise sur les Risques, l'Environnement, la Mobilité et l'Aménagement, CEREMA ;
    • Dynamique des Capacités Humaines et des Conduites de Santé (EPSYLON), EA 4556, dirigée par Mme Florence Cousson-Gélie, Université de Montpellier ;
    • Laboratoire Mécanique des Sols, Structures et Matériaux MSSMAT, UMR-8579 dirige par Hachmi BEN DHIA CNRS/CentraleSupélec.
  • Coordination scientifique
    • Carla Khater , chercheuse associée et directrice du programme O-LiFE au CNRS-Liban, 
    • Laurent Drapeau , ingénieur de recherche IRD, CESBIO, représentant de l’IRD au Liban
    • Jean-Luc Probst , ECOLAB, directeur de recherche CNRS, Ecolab, Toulouse
  • Disciplines

    Hydrologie, sismologie, biologie, informatique, modélisation, océanographie, télédétection, sciences de l’environnement, agro-écologie, sociologie, bio géochimie marine, transfert de technologie et valorisation.

  • Mots-clés

    Modélisation, observatoire, système d’information, Ingénierie écologique, changements socio-environnementaux.

Période 2018 - 2022