Mis à jour le 19/05/23

La Grande Muraille Verte (GMV), mise en place en 2007 par 11 pays du Sahara et du Sahel (de Dakar à Djibouti), est une initiative pionnière visant à durablement inverser les processus de dégradation des terres et améliorer les conditions de vie tout en préservant les systèmes de production des agrosystèmes de cette zone. L’évaluation de ce programme en 2020 fait ressortir des progrès significatifs, qui néanmoins sont très loin des objectifs de restauration de 100 millions d’ha de terres dégradées, de séquestration de 250 millions de tonnes de carbone et de création de 10 millions d’emplois verts d’ici à 2030. L’analyse des productions scientifiques révèle l’existence d’une expertise couvrant une grande diversité de domaines d’intérêt pour le développement durable de la zone GMV, mais seule une toute petite fraction de cette expertise a documenté les champs disciplinaires utiles à la prise de décision dans la mise en œuvre de la GMV. Il convient d’œuvrer pour faire de la communauté scientifique africaine un des acteurs de la nouvelle vision de l’initiative GMV et une partie prenante des coalitions territoriale, nationale et régionale en cours de mise en place pour accompagner le lancement de l’Accélérateur-GMV.

L’IRN RESET_GMV a pour objectif principal de structurer, renforcer et rendre visible une communauté de recherche interdisciplinaire, active et engagée avec les différentes coalitions nationales et régionales pour agir de façon coordonnée à l’atteinte des objectifs de la GMV.  Pour atteindre cet objectif nous déploierons plusieurs activités complémentaires (mise en réseau et animation scientifique, coordination et recherche de synergie avec les acteurs non-académiques, valorisation et partage des résultats et des données, de formation transversale et pluridisciplinaire). Ces activités seront insérées dans une démarche interdisciplinaire et transdisciplinaire qui s’inspire des bases de la science de la durabilité et met en avant des axes de recherche jusque-là très peu documentés dans le cadre de la GMV (séquestration du carbone, biodiversité, préservation et efficience d’utilisation de ressources, sécurité et stabilité des territoires, question foncière, reconfigurations des unités de production agricoles, dynamiques des économies familiales rurales, mobilité et transition entre espace rural et développement urbain et rétroactions entre GMV et climat).  Nous aurons atteint notre ambition après les 4 ans de vie du réseau, si la recherche des pays de la GMV  est représentée dans les coalitions des acteurs à l’échelle nationale et régionale et mobilisée dans l’émergence des projets et la production scientifique sur les thématiques d’intérêt globaux et les impacts locaux liés à la mise en œuvre de la GMV.

  • Institutions étrangères impliquées
    • Burkina Faso : (1) Institut de l'Environnement et de Recherches Agricoles (INERA), (2) Université Joseph Ki Zerbo (UJKZ)
    • Djibouti : Centre d’étude et de recherche de Djibouti (CERD)
    • Ethiopie : University of Addis Abeba (AAU)
    • Niger : (1) Structure Fédérative de Recherche résilience des agroécosystèmes face au climat et intensification écologique au Sahel (SFR RACINES), (2) Université Abdou Moumouni de Niamey (UAM), (3) Université André Salifou de Zinder, (4) Université Dan Dicko Dankoulodo de Maradi  (UDDM)
    • Sénégal : (1) Centre de suivi écologique (CSE), (2) Institut Sénégalais de Recherches Agricoles (ISRA), (3) Université Cheikh Anta Diop (UCAD), (4) Université Gaston Berger, Saint Louis (UGB)
    • Tchad : Institut Tchadien de Recherche Agronomique pour le développement (ITRAD)

     

  • Unités impliquées
    • CBGP, CEFE, DIADE, G-EAU, Eco&Sols, ESPACE-DEV, iEES-Paris, IGE, LPED, IMBE, PRODIG, SENS, URMIS, UMMISCO, UMR Art-Dev, UMR SELMET/ dP PPZS (Pôle Pastoralisme et Zones Sèches)
  • Coordination scientifique
    • Oumarou MALAM ISSA
  • Disciplines

    Sciences agronomiques et environnementales (Pédologie, Agronomie, Écologie terrestre animale et végétale, Physiologie végétale, Entomologie, Génétique), Sciences de la Terre et de l’Univers (Pédologie, Espace), Environnement et Sociétés (Géographie, Sociologie et Anthropologie), Sciences des données (Modélisation et Simulation)

  • Mots-clés

    Agrobiodiversité, Gestion durable des terres et ressources naturelles, Services écosystémiques, Systèmes de production, Migrations et Mobilités, foncier rural

Période : 2023-2026