Sommaire

Itaipu Binacional a accueilli dans son amphithéâtre, du 21 au 25 novembre, des experts, des étudiants, des techniciens, des universitaires et des chercheurs de divers pays. L’objectif était de discuter des avancées scientifiques récentes et des perspectives sur l’utilisaton des observations satellites afin de mesurer et d’étudier les ressources hydriques de la planète, et plus particulièrement en Amérique du Sud.

La troisième édition de la conférence "South America Water from Space" s’est tenue à quelques semaines du lancement du satellite « Surface Water and Ocean Topography » (SWOT), prévu le 15 décembre.

 

© Léa Servais

Lors de cet événement, organisé sur 5 jours et en 3 langues (anglais, espagnol et portugais), étaient invités les chercheurs qui ont directement travaillé sur le projet.  Ils ont souligné l'importance de la science et de l’utilisation des observations spatiales afin de mieux maîtriser les ressources en eau et de prévenir les risques associés. Ils ont également pu échanger, avec des personnes venant de pays différents en Amérique du Sud, sur les connaissances scientifiques actuelles et partager les avancées récentes et les perspectives offertes par le déploiement de satellites dédiés à l’hydrologie.

Le mercredi 23 novembre, les participants ont eu l'occasion de prendre part à des ateliers pour se former sur l'altimétrie spatiale, les futures données SWOT ou encore sur les applications disponibles pour étudier les ressources en eau.

© JPL NASA

Mission SWOT

Cette mission vise à réaliser le premier relevé mondial du niveau des eaux de surface de la Terre et de mesurer l'évolution au fil du temps.

Elle est considérée comme un espoir pour la collecte de données pouvant contribuer aux études des bassins hydrographiques dans plusieurs pays. Ces mesures doivent permettre de mieux comprendre le cycle de l'eau.

 

Le projet est né d'une coopération entre les agences spatiales des Etats-Unis (NASA), de la France (CNES), du Canada (CSA) et du Royaume-Uni (UKSA).

Itaipu Binacional, leader mondial de la production d’énergie propre et renouvelable

L'utilisation des données satellitaires d'observation en hydrologie est une avancée scientifique récente et Itaipu est à l'avant-garde sur le continent, évaluant et utilisant les données de l'espace dans sa routine opérationnelle.

© Léa Servais

Avec 20 unités de production et 14000 MW de puissance installée, Itaipu Binacional est le leader mondial dans la production d’énergie propre et renouvelable, ayant produit depuis 1984 2,8 milliards MWh.

En 2021, l’hydroélectricité produite par Itaipu représentait 8,4% de toute l’énergie consommée par le Brésil et de 85,5% par le Paraguay.

© Léa Servais

Après les nombreuses sessions, présentations et ateliers, le séminaire s’est terminé par la visite du barrage d’Itaipu et du refuge Bela Vista.

Cette semaine fut une expérience très enrichissante pour les chercheurs et les étudiants, permettant à divrses communautés de se réunir et d’échanger des informations sur la télédétection en hydrologie.

L’organisation de « South America Water from Space III" a été possible grâce à la collaboration de :

  • L'Institut de Recherche pour le Développement (IRD - France)
  • Le Serviço Geológico do Brasil (SGB, anciennement Companhia de Pesquisa de Recursos Minerais - CPRM)
  • Le Centre National d'Études Spatiales (CNES - France)
  • La Associação Brasileira de Recursos Hídricos (ABRHidro)
  • L'Instituto de Pesquisas Hidráulicas da Universidade Federal do Rio Grande do Sul (IPH/UFRGS).

Itaipu a parrainé l’événement, qui bénéficie également du soutien de la Fondation Parc Technologique d’Itaipu (PTI), de la mission Surface Water and Ocean Topography (SWOT) et du Laboratoire en Géophysique et Océanographie Spatiales (LEGOS - France).

 

Maintenant il ne reste plus qu'à attendre le lancement du satellite !

Conférence "South America Water from Space"