Sommaire

Mis à jour le 27/10/22

Les régions arides du Maghreb comptent de nombreuses zones humides (57 ont été recensées au Maroc) qui connaissent une dégradation générale, liée en particulier à une anthropisation croissante et aux changements climatiques.

Le projet BIZHU (Biodiversité des Zones Humides) a pour ambition l’étude du fonctionnement d’une de ces zones humides d’intérêt au Maroc : la sebkha d’Imlili, classée depuis février 2018 comme site RAMSAR n°2323

C’est une dépression d’un peu moins de 1800 ha, située dans l'extrême Sud du Maroc dans laquelle sont présents plus de cent soixante trous permanents d'eau salée qui abritent une faune composée de poissons, crustacés et mollusques marins. La sebkha est également le refuge d’un certain nombre de végétaux halophiles adaptés à la sécheresse. Elle est aussi importante pour la faune environnante (oiseaux, mammifères) pour qui elle constitue un abri, ou pour les migrateurs pour qui elle représente une halte indispensable sur la voie est-atlantique menant de l’Afrique subsaharienne à l’Europe.

Cette sebkha est aujourd’hui menacée par l’augmentation très importante du tourisme dans la région. Des mesures de protection active sont devenues aujourd’hui essentielles à sa pérennité. Elles nécessitent en premier lieu d’appréhender son fonctionnement dans son ensemble, pour ce faire nous proposons d’adopter une stratégie multidisciplinaire.

Une attention particulière sera portée aux transferts des résultats vers la société civile, grâce au partenariat établi depuis plusieurs années avec une ONG locale et la mise en place, dès le début du projet, d’une communication via les réseaux sociaux ou celle plus classique et ciblée en direction des décideurs locaux.

Ce projet scientifique s’inscrit dans l’ODD 17 de la Convention pour la Biodiversité : Préserver et restaurer les écosystèmes terrestres, en veillant à les exploiter de façon durable. Il concourt à la réalisation du plan Stratégique de l’IRD en contribuant à renforcer les valeurs sociétale, économique et culturelle de la recherche pour le développement :

  • en contribuant à la production de solutions nouvelles en faveur du développement durable,
  • en contribuant à la formation de chercheurs, qui au-delà de leur reconnaissance académique internationale, accompagneront la production de solutions adaptées aux défis de leurs pays,
  • en contribuant à élever les capacités des citoyens de ces pays, notamment à travers la diffusion de la culture scientifique et technologique, à faire des choix personnels et professionnels éclairés et à être des acteurs du changement.

Ce projet a été scindé en 4 axes et 8 tâches :

Axe 1 évaluation de la biodiversité spécifique
- Tâche 1: Composition faunistique, floristique, phénologie
- Tâche 2: Collection de référence, barcoding

Axe 2 Interactions entre espèces
- Tâche 3: Interactions trophiques
- Tâche 4 : Interactions parasitaires

Axe 3 Patrimonialisation et gestion de la sebkha
- Tâche 5: La Sebkha dans l’organisation de l’espace, fonctions et utilisations
- Tâche 6 : Sebkha et projet de territoire

Axe 4 Formation transferts
- Tâche 7 : Formation et renforcement des capacités
- Tâche 8 : Communication scientifique, transfert de savoirs

Période de soutien 2020-2023