À l’occasion de la journée mondiale de l’océan le 8 juin, sur le thème « Revitaliser les océans par l'action collective », lumière sur la mobilisation de l’IRD et de ses partenaires du Sud pour les sciences océaniques.

Lancée à l’occasion du Sommet de la Terre, qui s'est tenu à Rio de Janeiro au Brésil en 1992, cette journée mondiale rappelle à chacun que les océans jouent un rôle primordial dans notre subsistance. Véritables poumons de notre planète, ils fournissent, par exemple, la majeure partie de l'oxygène que nous respirons. 

Il est donc important de sensibiliser le public sur la place fondamentale qu'ils occupent, et sur les menaces auxquelles ils font face en raison des activités humaines. Cette journée veut notamment mobiliser et unir les populations du monde entier autour d'une gestion plus durable des océans.

© IRD / S. Andrefouet

Les océans au cœur de la recherche

L'IRD est un acteur majeur des sciences océaniques. Parmi ces grands axes de recherche : la biodiversité marine, la pollution des océans et la surveillance des coraux.

 

Les grands axes de recherche

>> Inventorier la biodiversité marine

Pour les scientifiques, recueillir des connaissances sur la biodiversité marine représente un défi d’une ampleur inédite. Les milieux évoluent très vite, avant même d’avoir été caractérisés, et il est difficile de trouver des approches pour gérer durablement et équitablement des ressources désormais soumises à un total bouleversement. 

Dans ce contexte, les scientifiques sont sur tous les fronts, explorant les milieux littoraux (lagunes, mangroves et estuaires), côtiers (sur le plateau continental), et hauturiers. Récemment, des chercheurs embarquaient pour la campagne RESILIENCE dans l'océan Indien sur la productivité biologique et la structuration des écosystèmes pélagiques. Une autre mission océanique, la campagne SOKOWASA, a été menée au sud des îles Fidji, apportant des données sur l’état de santé des écosystèmes marins dans des zones d’intérêt écologique. Une mission réalisée à Fernando de Noronha au Brésil a permis d’améliorer notre connaissance de la distribution spatiale des poissons dans l’archipel, donnant des outils pour engager un dialogue qui combine la préservation de la biodiversité et des activités économiques basées sur l’exploitation raisonnée et durable de l’océan.

© IRD - Patrice Brehmer

>> Affronter les pollutions

Le fonctionnement et la productivité des écosystèmes, et la santé humaine sont menacés par une pollution extrêmement importante entraînant la prolifération anormale d’éléments naturels (algues, méduses, étoiles de mer…).

Face à ce constat, les scientifiques ont développé des projets tels que VectoPlastic, qui, jusqu’en 2025, mettra en place des méthodes afin de répondre aux objectifs suivants :

  • Estimer l’abondance des principaux pathogènes et leurs gênes de virulence et de résistance aux antibiotiques sur les plastiques et les organismes
  • Démontrer le transfert de pathogènes associés aux plastiques vers deux modèles d’intérêts économiques (le poisson Siganus sutor et la crevette Penaeus monodon)
  • Une fois ingérés, évaluer la persistance des pathogènes associés aux plastiques dans les deux espèces jusqu’aux étalages de vente
  • Décrire les pratiques des pêcheurs, des producteurs, des vendeurs, des consommateurs et analyser la perception des différents acteurs aux risques sanitaires des plastiques
  • Evaluer un risque sanitaire intégré à la consommation des produits de la mer en associant les données biologiques et sociales
  • Faire des recommandations aux pouvoirs politiques pour limiter les risques sanitaires associés aux plastiques

Des recherches sont également menées sur la préservation d’écosystèmes aux enjeux socio-économiques importants. Des travaux de scientifiques français et béninois et français ont ainsi révélé les fortes variations naturelles que connait la salinité de la lagune Nokoué au Bénin. Le déséquilibre de ces mécanismes pourrait menacer la pérennité de ce vaste écosystème qui est le garde-manger des populations alentour.

>> Surveiller les coraux

20% des récifs coralliens, qui abritent le quart de la biodiversité marine mondiale, ont d’ores et déjà disparu. Les scientifiques de l’IRD sont très mobilisés pour comprendre les phénomènes à l’œuvre, découvrir les capacités des coraux à s’adapter aux nouvelles conditions naturelles et identifier d’éventuels moyens pour les y aider. Ils sont sur la brèche, menant leurs travaux dans les aquariums, dans les lagons, et même dans un site naturel préfigurant les conditions d’acidité attendues pour la fin du siècle.

Une équipe de chercheurs franco-japonaise a étudié l’impact de l’acidification des océans sur Peneroplis spp., une espèce de foraminifères benthiques tropicaux jouant un rôle d’architecte au sein des constructions carbonatées constituant les récifs coralliens. Leurs résultats, publiés dans la revue Scientific Report le 16 avril, montrent que si cette espèce est particulièrement sensible à l’acidification des océans, mise en situation extrême, elle fait preuve d’une certaine capacité à résister et à s’adapter à cet impact du changement climatique.

Yunne Shin, chercheuse IRD, décrit des modèles qui servent à représenter le fonctionnement des écosystèmes marins

La Communauté de savoirs "Littoral et Océan"

Afin de soutenir et renforcer les recherches inter- et transdisciplinaires, l'IRD a créé des Communautés de savoirs, il s'agit d'enceintes de dialogues et d’échanges qui réunissent des collaborateurs de l’Institut et des partenaires, autour de grands défis sociétaux.

Parmi ces communautés de savoirs, "Littoral et Océan", travaille à comprendre la complexité des interactions entre les écosystèmes océaniques et littoraux et les humains.

Sensibiliser et mobiliser à la protection des océans

À travers des ateliers, animations, spectacles et expositions, l’IRD et ses partenaires mobilisent le grand public, lui permettant de découvrir et mieux comprendre le potentiel des activités liées à la mer, et l'importance de préserver les espaces marins.

Dernièrement, au Brésil, l'IRD a mis en place le programme LAB Jovens, qui forme les jeunes à l'élaboration de projets sur le développement durable et la protection de l'environnement. À Marseille, l'Institut s'est joint à l'association Karwan pour présenter l'événement Bleue – La mer dans tous ses spectacles, une manifestation populaire et pluridisciplinaire qui célèbre la mer sous l’angle de l’environnement.

Deux événements à découvrir en ce moment

    >> L'exposition bioluminescente "Lumière de la mer"

    • du 8 au 11 juin à la plage des Catalans à Marseille 

    Dix globes hermétiques contenant des bactéries bioluminescentes présentes en Méditerranée, mises en évidence par l'Institut méditerranéen d'océanologie (MIO), seront suspendues en pleine mer. Une lumière féérique éclairera les sculptures du Musée subaquatique de Marseille. Une tente de découverte sera également présente pour sensibiliser et informer sur la perte de biodiversité et la pollution en Méditerranée. Les experts du MIO animeront des activités ludiques destinées aux plus jeunes.

    >> La fête de l'Océan

    • du 10 au 12 juin à l’Aquarium tropical du Palais de la Porte dorée à Paris

    Pendant trois jours, l'océan ouvre en grand ses portes au Palais de la Porte dorée : ateliers scientifiques, animations immersives et gustatives, activités créatives, spectacles, et Forum de l'océan des solutions. L'IRD présentera les travaux réalisés dans le cadre du projet Future Maore Reefs.

    Les reportages vidéo ePOP

    Le projet ePOP (Petites ondes participatives), développé par RFI Planète Radio et l’IRD est un réseau citoyen d’information, de débat et de mobilisation sur les changements climatiques et environnementaux. Avec de courtes vidéos réalisées par des jeunes sur smartphones, ce projet innovant donne la parole aux populations confrontées, au quotidien, aux changements globaux et instaure un dialogue avec les scientifiques, les experts et les décideurs.

    Plusieurs vidéos ont été réalisées en lien avec les problématiques océaniques :

    Notre océan est malade / Nouvelle-Calédonie


    Notre océan est malade from ePOP Network on Vimeo.


    Prochain rendez-vous

    L’IRD sera présent à la Conférence des Nations unies sur les océans qui aura lieu du 27 juin au 1 juillet à Lisbonne, au Portugal. Cette conférence permettra de mettre en œuvre des solutions innovantes fondées sur la science, pour ouvrir un nouveau chapitre de l’action mondiale en faveur des océans.

    En image

    A voir : toute la sélection de photo et de vidéo pour la journée mondiale de l'océan sur IRD Multimédia.