La présidente-directrice générale de l'IRD, Valérie Verdier, vient d'effectuer un déplacement à Madagascar, La Réunion et l’île Maurice pour échanger avec les équipes sur place et les partenaires locaux, autour des enjeux scientifiques spécifiques et des actions à mettre en place dans cette région qui est l'une des priorités géographiques de l’Institut. 

L'IRD a en effet engagé une réflexion globale sur son organisation dans la région indopacifique, afin d’optimiser ses dispositifs de recherche et de structurer sa stratégie scientifique sur les thématiques du territoire : océans, littoraux et ressources marines, changement climatique et risques environnementaux, et santé (Objectif 2.2. du Contrat d'objectifs, de moyens et de performance).

L’IRD copilote notamment le Programme de recherche France 2030 (PEPR) BRIDGES, lancé en juillet 2022 : accroître la résilience au changement climatique, à l’insécurité alimentaire et aux conflits émergents dans le Sud-Ouest de l’océan Indien.

Valérie Verdier, lors de son déplacement à Madagascar en avril 2023

© DR

A Madagascar, la cérémonie de lancement du projet AFRICAM, sur la détection précoce d’émergence de zoonoses comme la Fièvre de la Vallée du Rift ou la Rage, marque l’importance de la recherche en santé et de l’approche « One Health » dans la région. 

La signature de l’accord-cadre entre l’IRD et la Région Réunion vient renforcer la relation de partenariat, pour une recherche tournée vers les besoins des territoires et des populations locales et régionales en vue d’un développement durable de La Réunion.  L’accord-cadre « permettra à notre Institut de renforcer la coopération scientifique régionale et la recherche pour le développement durable raisonné et concerté » - Valérie Verdier

Au plus près du terrain
 

A Madagascar notamment, ce déplacement a permis de découvrir le travail de recherche mené par les équipes de l’UMR EspaceDev et les partenaires sur le suivi par télédétection des mangroves de la baie de Bombetoka, qui sont menacées par la déforestation et les attaques de chenilles.
 

Valérie Verdier s’est également rendue aux côtés de Elia Béatrice Assoumacou, ministre de l'Enseignement supérieur et des Recherches scientifiques à Madagascar, sur le site bioculturel d'Antrema. Aire protégée gérée par le Muséum national d'Histoire naturelle (MNHN), ce site qui accueille les recherches de scientifiques de l’IRD concilie la conservation de la biodiversité avec des enjeux de développement au bénéfice des populations locales.

 

© IRD

A l’île Maurice, la délégation IRD a échangé avec Commission de l'océan Indien (COI), un partenaire essentiel de l’Institut qui fédère des projets coopératifs et défend les spécificités locales dans des domaines comme la préservation des écosystèmes, gestion durable des ressources naturelles, sécurité maritime, entrepreneuriat, santé publique, énergies renouvelables.

Valérie Verdier a également assisté au lancement du dernier volume de la Flore des Mascareignes, paru chez IRD éditions.