Sommaire

Mis à jour le 08/07/20

Les Laboratoires Mixtes Internationaux (LMI) constituent l’un des principaux outils déployés par l’IRD dans sa mission d’appui au renforcement, à l’autonomisation et au rayonnement international des systèmes d’enseignement supérieur et de recherche des pays en développement (PED).

Co-construit et codirigé par des équipes d’une ou de plusieurs institutions de recherche et d’enseignement supérieur des PED, et d’une ou plusieurs unités mixtes de recherche affiliées à l’IRD, autour d’une thématique scientifique ciblée et, en règle générale, d’une plateforme commune (locaux, plateformes analytiques, équipements, dispositifs d’observation, moyens de calcul), un projet de LMI a pour vocation de devenir à terme (ou de s’intégrer dans) une structure opérationnelle de recherche durable sous la responsabilité du pays partenaire.

Suivant une approche différenciée au regard des spécificités de l’organisation et des besoins de l’enseignement supérieur et de la recherche des pays partenaires, l’objectif à moyen terme du LMI doit être la construction et la reconnaissance nationale et internationale d’un centre de recherche et de formation de référence sur les thématiques concernées, ou bien une forme de support à un projet de centre de référence déjà porté par le pays partenaire et impliquant plus largement le soutien d’autres partenaires français ou internationaux.

Les institutions partenaires du LMI ont la volonté de travailler ensemble à la constitution d’une masse critique de compétences complémentaires engagées sur des objectifs scientifiques convergents. Chacune d’elles doit pouvoir se prévaloir de moyens humains, matériels et financiers mobilisés dans la durée et dont le regroupement présente une plus-value claire au regard de ces moyens engagés.

  • Structure et organisation

    Les LMI sont caractérisés par :

    • le développement d’activités de recherche, de formation et d’innovation, à partir de projets conjoints utilisant une plateforme commune (locaux, plateformes analytiques, équipements, dispositifs d’observation, moyens de calcul),
    • une gouvernance partagée entre les partenaires (Nord-Sud),
    • une implantation dans les locaux du (des) partenaire(s) du Sud,
    • un partenariat qui s’inscrit dans la durée.

    Les chercheurs impliqués dans le LMI conservent leur rattachement structurel à leur unité d’affectation.

  • Création, formalisation et trajectoire

    La première étape est la co-construction d’un projet commun entre les équipes de recherche de l’IRD et leurs partenaires au Sud. Après accord de principe des institutions partenaires pour la participation de leurs équipes scientifiques dans ce projet sur la base d’un co-financement, un dossier peut être soumis aux appels à projets pour la création de LMI.

    Sur la base des recommandations d’un comité membres des instances scientifiques de l’IRD, le LMI est créé pour une durée-cible de cinq ans divisée en deux phases : une phase d’incubation d’une durée de deux ans permettant aux partenaires de tester la trajectoire du projet et sa plus-value au regard des objectifs à moyen terme du LMI, et, en fonction des conclusions d’un entretien de mi-parcours avec la direction du département scientifique de rattachement, une phase de consolidation de trois années supplémentaires.

    Le LMI est placé sous la responsabilité de deux co-directeurs ou coordinateurs (Nord et Sud). Il fait l’objet d’une convention organisant sa gouvernance opérationnelle et institutionnelle entre les institutions de recherche et d’enseignement supérieur qui mobilisent une masse critique de moyens humains et financiers dans la durée afin d’atteindre l’objectif général du projet.

    Le LMI est doté d’un comité de suivi scientifique propre, composé de représentants des laboratoires participants ainsi que de personnalités extérieures choisies conjointement. Ce comité formule des propositions relatives aux orientations et aux choix scientifiques du LMI, ainsi qu’à la cohérence entre ces derniers et ses actions de recherche, de formation ou de valorisation.

    A la fin de la cinquième année d’activité du LMI, une co-évaluation est organisée en concertation entre les partenaires pour renouvellement éventuel.

    Lorsque les acquis de la période écoulée et la trajectoire identifiée pour parachever la construction d’un LMI sont convaincants, le soutien de l’IRD sera prolongé jusqu’à cinq années supplémentaires, avec un nouveau point d’étape à mi-parcours à l’issue desquelles le LMI devra démontrer sa viabilité à se pérenniser, sur la base notamment des personnels et des moyens mobilisés par chaque partenaire, ainsi que de son projet de gouvernance, contractualisée entre tous les partenaires.

  • Objectifs spécifiques
    • Appuyer, à partir des unités de l’IRD et de leurs partenaires du nord et du sud,  la constitution d’une masse critique de compétences complémentaires sur des thématiques communes de recherche pour le développement.
    • Contribuer à la construction d’une structure reposant sur un renforcement du partenariat qui s’inscrive dans la durée (co-conception et co-direction des programmes scientifiques).
    • Renforcer l’articulation entre formation et recherche, au niveau des masters et des doctorats.
    • Accompagner le développement de centres de recherche de référence au niveau national, voire régional dans la thématique du projet.
  • Contact
  • Présentation du programme LMI 2020
card discover

© Jeff Schmaltz, MODIS Land Rapid Response Team, NASA GSFC

Le delta de l’Amazone, photographié ici depuis le satellite Terra de la NASA, déverse ses eaux douces dans l'Atlantique en formant un panache de 3000 km de long.