Ce mardi 23 avril a débuté la Conférence Intensification Durable 2024 : « Résiliences et adaptations des agricultures. Transition agroécologique et souveraineté alimentaire. » au Centre international de recherche, de formation en génomique appliquée et de surveillance sanitaire (CIGASS) à Dakar, Sénégal.

Cette initiative de l'Institut de recherche pour le développement (IRD) a pour objectif de rassembler chercheurs, enseignants-chercheurs, étudiants, experts et professionnels pour présenter les derniers résultats scientifiques et échanger sur les défis et les opportunités pour une agriculture durable en Afrique sub-saharienne.

Les représentants du Comité d’Organisation (IRD, ISRA, CIRAD, IPAR, DyTAES, AGRISAN) ainsi que le nouveau ministre de l’environnement et de la transition agroécologique Daouda NGOM, ont ouvert l’événement par un discours portant sur ces 3 jours de dialogues et de débats afin d’établir de nouvelles opportunités. S’en est suivie une table ronde introductive avec une météorologue et un représentant des producteurs pour répondre aux questions : Quelle stratégie pour une durabilité ? Quelles sont les principales contraintes en agriculture en zone aride et semi-aride ?

Tout au long de ces 3 jours, chercheurs, enseignants-chercheurs, étudiants, experts et professionnels seront réunis pour réaliser des communications et présenter des posters sur différents sujets.

 

Au programme :

  • Mardi 23 avril
    • Session 1 : Des modes d’usage des terres renouvelés face aux enjeux de l’agenda 2030 du développement durable
      • Dynamiques d’occupation des terres et intensité d’adoption des pratiques agroécologiques dans les zones de production cotonnière et céréalière au Mali par Sidibé Moumouni ;
      • Contribution de la culture de l’arachide (Arachis hypogea L.) dans les sols salés du Bassin arachidier (Sénégal) par Fall Dioumacor ;
      • Réponse du Congo Grass (Bachiara ruziziensis L.Germain et Evard) à la fertilisation azotée sur un oxisol à l’Ouest Camroun par Edmond Vilmorin Ewane Kueptoudji ;
      • Suivi des échanges de dioxyde de carbone (CO2) entre le sol, les plantes et l’atmosphère à l’aide de chambres automatiques au sol dans un système agroforestier dominé par Faidherbia albida : modélisation des flux de la respiration et de la photosynthèse du système sol-arachide, variabilité saisonnière et bilan annuel par Ba Seydina ;
      • Stocks de carbone dans des sols sous agriculture familiale en Afrique Sub-Saharienne – les enseignements du projet SoCa par Lydie Chapuis Lardy ;
    • Session de posters et discussions
    • Table ronde : « L’intensification durable dans l’agenda de la prochaine Conférence des parties (COP16) de la convention des Nations Unies de lutte contre la désertification (CNULCD), quels messages portés à la COP16 ? CSFD, IESOL, CASSECS, IPAR, 4p1000
  • Mercredi 24 avril
    • Session 2 : Co-construire et co-évaluer les futures pratiques agricoles et les voies d’adaptations des agrosystèmes : quelles méthodologies ?
      • Analyse multicritères des initiatives paysannes de gestion de la fertilité des sols dans le contexte de changement climatique au Sénégal : cas des exploitations agricoles familiales du bassin cotonnier par Fall Modou Gueye ;
      • Réseaux de recherche pour et avec les producteurs pour le co-apprentissage afin de soutenir l’innovation et l’adoption des options d’intensification agroécologique au sud du Mali par Dissa Arouna ;
      • Accompagner la transition agroécologique par une démarche de co-conception : du diagnostic à la mise en œuvre des idéotypes en agriculture mixte pluviale au Sénégal par Mboh Mountaga ;
      • Co-création de systèmes agricoles climato-intelligents à travers une approche participative : Étude de cas dans la région sahélienne de Niakhar au Sénégal par Fall Abdoulaye Fofana ;
      • Co-designing legume-based agroecological practices with smallholders in Soudanian zone of Burkina Faso par Bagagnan Abdoul Rasmane ;
      • Quels rôles jouent les méthodes de gestion collective dans les systèmes semenciers des agriculteurs ? Premiers enseignements d’un processus de modélisation d’accompagnement par Badji Sadaga ;
    • Session de posters et discussions
    • Session 3 : La transition agroécologique pour plus de durabilité et de souveraineté alimentaire
      • Des produits résiduaires organiques et des microorganismes bénéfiques pour biofortifier en micronutriments les productions agricoles au Sénégal par Noumsi Foamouhoue Emmanuel ;
      • Transition agroécologique : vers une meilleure compréhension de l’impact des pratiques agricoles écologiques sur l’écotoxicologie microbienne des sols par Vermeire Marie-Liesse ;
      • Disparité de genre dans l’adoption de pratiques agroécologiques au Sénégal par Bayo Diakhaté Finda ;
      • Trade-offs between agroecological principles in sub-saharian Africa par Berre David ;
      • Abandon du bio au Sénégal : quels facteurs au-delà des motivations intrinsèques ? Par Bottazzi Patrick ;
      • Intégrer l’action locale dans la gouvernance inclusive des ressources naturelles : cas de l’appui à la lutte contre la salinisation des terres à Loul Sessène, Sénégal par Gueye Elisabeth ;
    • Session de posters et discussions
    • Table ronde : Quelle transition agroécologique pour une souveraineté alimentaire en Afrique de l’Ouest ? (DyTAES / IPAR)
  • Jeudi 25 avril
    • Session 4 : Intensification durable à l’ère du numérique, de l’intelligence artificielle et des nouvelles technologies ?
      • Application des images drone en RGB et de l’Intelligence Artificielle (IA) pour dénombrer les pieds de mils et estimer leur taux de couverture à l’échelle de parcelles dans un système agroforestier dominé par Faidherbia albida par Niang Al Housseynou ;
      • Deep learning approach for diagnosing and estimating the severity of mango diseases in developing countries : the case of Senegal par Faye Demba ;
      • Spatial Characterization of Agroforestry System Performance in FaidHerbia/ Pearl Millet Intercrops Using a Probabilistic Atlas of UAV Data par Diene Serigne Mansour ;
      • Massive Open Online Course (MOOC) sur l’Agroécologie adapté au contexte de l’Afrique de l’Ouest : outils numérique efficace pour appuyer sur la transition agroécologique par Sall Saïdou Nourou ;
      • Association cultural mil-niébé comme défit de l’intensification agroécologique au Sénégal : capacité du modèle STICS à simuler ces performances agronomiques par Senghor Yolande ;
    • Session de posters et discussions

La conférence se clôturera par un événement permettant de présenter le projet Connect AO. C 'est un projet vise à développer des collaborations entre la recherche, les entreprises et plus largement les acteurs socio-économiques, pour co-construire des solutions innovantes répondant aux enjeux agricoles, climatiques et environnementaux en Afrique de l’Ouest. En encourageant le partage de connaissances, d’expériences et d’idées, il vise à susciter un apprentissage collaboratif et une co-création dynamique, unissant ainsi recherche et entrepreneuriat pour promouvoir l’agroécologie. Connect AO est un initiative de l'IRD et du CIRAD, il sera mis en oeuvre au Sénégal et en Côte d'Ivoire. 

La Conférence Intensification Durable 2024 donnera l’occasion d’échanger sur les méthodes et les résultats scientifiques pour appuyer la réflexion et les décisions concernant les transformations agricoles face aux changements climatique et socio-économique , ainsi que sur la transition agroécologique et son insertion dans les politiques publiques.