Mis à jour le 01/06/22

L'IRD est présent au Laos depuis 1995. La Représentation développe des projets de recherche dans le domaine des sciences de l’environnement et de l’agronomie, de la santé ainsi que dans les sciences humaines et sociales.

La représentation de l'IRD au Laos s’inscrit dans une démarche régionale visant à accompagner et consolider le développement et la structuration de la recherche scientifique. La spécificité de l’institution française est d’élaborer des partenariats scientifiques équitables entre l’IRD et les établissements locaux tels que les universités, les instituts de recherche et les hôpitaux. De nombreux programmes de recherche bilatéraux sont développés entre chercheurs laotiens et français.

Chercheurs permanents au Laos

  • DEHARO Éric

    Éric Deharo est l'actuel Représentant de l'IRD au Laos. Il est pharmacien (faculté de pharmacie de Bordeaux) et a obtenu un doctorat de 3ème cycle sur les maladies infectieuses en 1995 à l'université de Lille 2 en co-tutelle avec le MNHN. Il est ensuite entré à l'IRD où il s’est intéressé aux pharmacopées traditionnelles en Bolivie, en Guyane Française, au Pérou et au Laos où il a créé des laboratoires de pharmacologie expérimentale. Il a reçu le prix de la Fondation Altran et le prix IRD de l'innovation. Il a participé à la description d’un cancer du foie particulier au Pérou et ses recherches portent désormais sur les facteurs de risques responsables de l’émergence du cancer du foie (en particulier les hépatites virales). Il est porteur d’un projet Européen dans le cadre de l’appel Marie Sklodowska-Curie Actions (MSCA) – Research and Innovation Staff Exchange - (RISE) grant agreement N° 823935Il coordonne également le projet régional OHSEA.

    Il réalise des clips vidéos des projets auxquels il participe :

    Retrouvez ses publications ici : https://orcid.org/0000-0002-5664-9517

    Contact : Éric Deharo

  • HARTMANN Christian

    Christian Hartmann est pédologue, Chargé de recherche au sein de l’UMR iEES-Paris. Ses recherches portent sur les mécanismes de compaction des sols cultivés tropicaux et des techniques de réhabilitation par des moyens mécaniques et travers d’apport de compost afin de stimuler l’activité de bioturbation de la macrofaune du sol (vers de terre, termites). Il a également largement participé aux actions de formation et de transfert des compétences. Il a notamment co-dirigé une Jeune Équipe Associée à l’IRD (JEAI) pour soutenir la collaboration entre les facultés d’agriculture de la National University of Laos (NUOL) et de la Khon Kaen University, Thaïlande (KKU), co-dirigé un Projet Structurant de Formation (PSF) qui associe l’Université de Paris Est-Créteil (UPEC) à NUOL et à l’IRD, et dispenser des formations destinées aux chercheurs comme aux étudiants sur le contrôle de qualité au laboratoire, les statistiques pour les comparaisons inter-laboratoires, la physique des sols, etc..

    Il s’est également investi dans le Partenariat Mondial sur les Sols (Global Soil Partnership) de la FAO en participant à la mise en place du réseau mondial de laboratoire, le Global Soil Laboratory Network (GLOSOLAN) pour lequel il participe actuellement au Comité de pilotage.  En Asie du Sud-est, il va mettre en place un réseau de laboratoires de physique du sol dans le cadre du Groupe De Recherche International (GDRI) en vue de faire un état des lieux du niveau de compaction des sols cultivés et proposer des techniques de réhabilitation au travers d’une démarche participative qui associe des ONG et des organisations paysannes.

    Avec Norbert Silvera, il s’est investi dans la mise en route de stations d’acquisition à bas coût afin de collecter des données environnementales qui peuvent servir d’aide à la décision des agriculteurs (élevage de crickets, production de compost, mesure de la réserve utile en eau des sols) mais qui permettent aussi d’alimenter des banques de données indispensables pour mieux décrire et prévoir les évolutions dans un contexte de changement climatique.

    Ses publications peuvent être consultées sur https://orcid.org/0000-0003-1172-981X

    Contact : Christian Hartmann

  • LOCATELLI Sabrina

    Sabrina Locatelli est biologiste de formation. Ses recherches visent à comprendre la dynamique des populations et la diversité génétique des agents pathogènes afin d'identifier les mécanismes facilitant l'émergence et la propagation des maladies animales affectant les populations humaines vivant dans les régions tropicales d'Afrique et d'Asie.

    Elle est titulaire d’un MSc en immunologie de l'Université de Lausanne (CH) et d'un MSc en conservation des primates de l'Université d'Oxford Brookes (UK). Elle a obtenu son doctorat en santé publique et épidémiologie à l'Université de Bâle/Institut Tropical Suisse et une bourse postdoctorale en génétique des populations à l'Université d'Albany, New York (USA). Elle a une solide formation en biologie moléculaire et plusieurs années d’expérience sur le terrain au Cameroun, en RDC et en Côte d'Ivoire.

    Elle est entrée à l’IRD en 2011 au sein de l’unité TransVIHMI où elle a continué à étudier les rétrovirus (SIV, PTLV), les maladies opportunistes (Cryptosporidies et Microsporidies) et les maladies tropicales négligées (filaires et géohelminthes) à l'interface homme/primates non-humains.

    Au sein de MIVEGEC depuis juillet 2020 et au Laos depuis août 2021, elle est impliquée dans plusieurs projets One-Health. Elle coordonne, sur le terrain, le suivi de la progression du COVID-19, de manière rétrospective et prospective, chez tous les acteurs potentiels de la circulation du SARS-CoV-2, y compris les humains, les animaux domestiques et la faune sauvage (projets ANRS COV20-LACOVISS et ANR-20-COV1-0002-0068-DISCOVER). Elle participe aussi à la construction du CIREN (Centre International de Recherche Environnementale de Nakaï). Ensemble avec Eric Deharo, elle est co-porteur d’un projet intégré de conservation et de développement avec comme objectif la mise en place d’une activité durable d'élevage de grillons par et pour les femmes défavorisées de la province de Vientiane. Depuis début 2022, Sabrina Locatelli et Nicole Ngo-Giang-Huong coordonnent ensemble avec Whoottichai Kamduang le LMI PRESTO (PRotect-dEtect-STOp) « Comprendre et atténuer les spillovers zoonotiques dans les hot-spot de biodiversité en déclin en Asie du Sud-Est ». Le LMI PRESTO est une collaboration multidisciplinaire réunissant des experts et chercheurs de France, du Laos et de Thaïlande partageant l'objectif commun de prévenir et de combattre les maladies infectieuses émergentes dans la région du Grand Mékong. 

    En Janvier 2022, Sabrina Locatelli a aussi obtenu le financement pour deux projets (ONENAKAI et ELAOS) soumis dans le cadre de l’appel OHSEA (One Health in South East Asia) sponsorisés par le Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères, le programme Fonds de Solidarité pour les Projets Innovants (FSPI), l’IRD, et le CNRS. Il s’agit de projets collaboratifs dont l’objectif est de comprendre les mécanismes des maladies émergentes ou réémergentes, afin de les prévenir.

    Pour plus d'informations sur ses dernières publications: ID ORCID : 0000-0002-1133-0561

     

    Contact : Sabrina Locatelli

  • PANDO Anne

    Ingénieur de recherche dans l’UMR iEES Paris (Institut d’Ecologie et des Sciences de l’Environnement de Paris), Anne Pando participe au réseau M-TROPICS (Multiscale Tropical Catchments), sur les problèmes de contaminations microbiennes des sols et de l’eau par Escherichia coli, contaminant fécal des cours d’eau, et Burkholeria pseudomallei, agent de la mélioïdose, maladie endémique en Asie du Sud-Est mortelle dans 50 à 60 % des cas.

    Recrutée à l’IRD en 1990 en phytopathologie, elle s’intéresse ensuite aux interactions sol-plante-vers de terre. Elle travaille aujourd’hui plus particulièrement en microbiologie de sols.

    Affectée au Laos depuis 2018, elle s’intéresse à la caractérisation des déterminants environnementaux de bactéries pathogènes dans les sols et l'eau. En collaboration avec le LOMWRU (Lao-Oxford-Mahosot Wellcome Research Unit), basée au Mahosot hospital de Vientiane, elle travaille sur la mise au point méthodologique d’analyses de bactériologie moléculaire de Burkholderia pseudomalleï dans les sols.

    Publications récentes :

    Pongmala, K., Pierret A., Pando A., Silvera N.,Oliva P., Boithias, L., Xayyathip K., Macouin M., Rochelle-Newall E., Vongvixay A., Rattanavong S., Luangraj M., Ribolzi O. 2019. Occurrence of Burkholderia pseudomalleï along a 3 m soil profile in a paddy field of central Laos. 9th World Melioidosis Congress. 15 to 18 October 2019. Hanoi-Vietnam. (Oral)

    Nakhle P., et al. 2021. "Effects of hydrological regime and land use on in-stream Escherichia coli concentration in the Mekong basin, Lao PDR. ScientificReports,11:3460. https://doi.org/10.1038/s41590-021-82891-0

    Boithias L., et al.  2021. Dataset from the Multiscale TROPIcal CatchmentS critical zone observatory M-TROPICS II: land use, hydrology and sediment production monitoring in Houay Pano, northern Lao PDR. Hydrological Processes- https://doi.org/10.1002/hyp.14126

    Nakhle  P., et al. 2021- Decay rate of Escherichia coli in a mountainous tropical headwater wetland. Water,13, 2068. https://doi.org/10.3390/w13152068

    Contact : Anne Pando

  • PEYRONNIE Karine

    Karine Peyronnie est géographe, chargée de recherche à l’IRD depuis 2000 et membre de l’unité mixte de recherche PRODIG - Pôle de Recherche pour l'Organisation et la Diffusion de l'Information Géographique.

    Elle est spécialiste des études urbaines sur le Laos (gouvernance, métropolisation). Ses recherches actuelles sont principalement consacrées à la conception des interventions urbaines.  Accueillie à la faculté d’architecture de l’Université Nationale du Laos, elle s’intéresse aux effets des principes de la « ville verte » sur la production urbaine dans les principales villes laotiennes (septembre 2021 - août 2024).

    Retrouvez ses publications ici : https://orcid.org/0000-0001-9754-161X

    Contact : Karine Peyronnie

  • PIERRET Alain

    Alain Pierret est Chargé de recherche au sein de l’UMR iEES-Paris. Il cumule une expérience interdisciplinaire de plus de 25 ans à la croisée des sciences du sol, de l’hydrologie, de la microbiologie et de l'archéologie. Après avoir travaillé en Australie pour le CSIRO, Soil & Water, de 1997 à 2003, il a rejoint l'IRD en 2004.

    Il travaille au Laos depuis 2005, dans le cadre de plusieurs affectations durant lesquelles il a coordonné localement plusieurs projets de recherche (ANR, CNRS/INSU notamment) ainsi qu’un observatoire de la Zone Critique (M-TROPICS). De 2017 à 2021, Alain a coordonné, en partenariat avec le Dr Nivong Sipaseuth, Directeur General du DALaM (Laos) le Laboratoire Mixte International « Impacts of rapid Land Use Changes on Soil Ecosystem Services » – LUSES.

    Alain a publié plus de 90 articles scientifiques et chapitres d’ouvrages, a supervisé plus de 25 étudiants dont plusieurs doctorants et assuré des responsabilités éditoriales auprès des journaux Plant and Soil et Geoderma. Ses recherches concernent principalement les interactions entre usage des terres et les cycles biogéochimiques au sein de la Zone Critique et leur impact sur les services écosystémiques du sol associés à la durabilité des agroécosystèmes et à la santé humaine.

    Retrouvez ses publications ici : https://orcid.org/0000-0002-3447-3434

    Contact : Alain Pierret

  • SILVERA Norbert

    Norbert Silvera est Ingénieur électronicien avec 39 ans d'expérience à l’IRD. Il développe, en collaboration avec des agronomes, des hydrologues et des pédologues, des dispositifs de suivi hydro-sédimentaire de bassins versants de petite taille. Il forme également les collègues, les partenaires et les étudiants locaux à la conception, aux tests et à la maintenance en électronique dédiée aux mesures environnementales.

    Norbert participe à la publication d'articles spécialisés sur les impacts des changements d'utilisation des terres, sur l'érosion des sols et l'hydrologie. Il a notamment déposé des brevets internationaux concernant plusieurs systèmes originaux de mesure de niveau d'eau, de vitesse et de débit des ruisseaux de moyenne montagne.

    Contact : Norbert Silvera

  • WIERINGA Franck

    Franck T. Wieringa, médecin et nutritionniste, est Chargé de recherche à l’IRD depuis 2007 et Directeur d’unité adjoint d’UMR QualiSud.

    Depuis plus de 25 ans, il travaille sur tous les aspects de la malnutrition, surtout en Asie Sud-Est, où il était basé en Indonésie de 1996 à 2007, au Vietnam (2008-2012) et au Cambodge (2012-2016). Il est porteur d’un projet Européen (INSIDER, 2019-2022) dans le cadre 2FAS, pour améliorer l’intégration des stratégies pour améliorer le statut en micronutriments dans 4 pays d’Afrique de l’Ouest, et co-PI de 2 projets en Indonésie sur le traitement de la malnutrition (2019-2023).

    Ses recherches actuelles portent sur 3 volets :

    • les solutions locales pour le traitement et prévention de la malnutrition aiguë sévère (MAS)
    • les carences en micronutriments
    • les déterminants du retard de la croissance.

    Basé au Laos depuis septembre 2021, un de ses projets est le développement d’un aliment prêt à l’emploi local pour le traitement de la malnutrition aiguë sévère (MAS).

    Il a publié plus de 120 papiers dans les journaux internationaux, et supervisé plus de quinze doctorants.

    Retrouvez ses dernières publications ici : ID ORCHID: 0000-0002-6010-355X

    Contact : Frank T. Wieringa

Contacts

 

Représentant : Eric Deharo
Tel. (856 20) 77 17 45 28
eric.deharo@ird.fr
 

Assistante : Chansamone Sengsouly

Régisseuse : Palamy Saymongkhoune

Opérateur en maintenance : Khonechay Kanyaphan et Phonechay Kanyaphan

 

Coordonnées

IRD LAOS

Ban Naxai, Saysettha District
P.O. Box 5992, Vientiane, Lao PDR

Téléphone : (856 21) 45 27 07
Fax : (856-21) 41 46 92

laos@ird.fr