Le LMI MOVIDA "Mobilités, voyages, innovations et dynamiques dans les Afriques méditerranéenne et subsaharienne" a officiellement lancé sa deuxième phase à Niamey, le 9 décembre dernier, en présence de l'ensemble de ses partenaires. Cinq ans après sa création, ce laboratoire mixte international entend poursuivre sa contribution au changement de regard sur les migrations africaines et les migrants africains en continuant de s'appuyer sur les collaborations multi-partenariales engagées depuis près de vingt ans.

En présence de Sophie Bava co-responsable LMI MOVIDA,chercheuse IRD-LPED-AMU; Professeur Harouna Mounkaila : co-reponsable du LMI MOVIDA, Directeur de l'Ecole Normale Supérieure ; Professeur Saïdou Mamadou, Recteur de l'Université de Niamey ; Dr Agaria Moussa, Secrétaire Général du Ministère de l'Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l'Innovation du Niger ; Sosthene Papa Konaté, Directeur pays Oxfam Niger ; Guillaume Favreau, Représentant de l'IRD au Niger ; Sylvain CLOUPET, Attaché de Coopération Scientifique et Universitaire, Représentant de l'Ambassade de France au Niger ; Corinne Brunon-Meunier, Directrice générale déléguée de l’IRD.

Le LMI MOVIDA repose sur une expérience de collaborations interindividuelles et/ou institutionnelles anciennes construites depuis près de vingt ans entre des chercheurs burkinabè, français, marocains, nigériens et sénégalais à la faveur de leur participation à des programmes de recherches (ACI ; PRIPODE ; FSP ; JEAI DIASPO; ANR MIGRELI, ECOMIG), la co-publication d’articles ou d’ouvrages, la co-organisation de colloques et d’ateliers de formation, la création de la revue "Afrique(s) en Mouvement" et d'une collection chez l'Harmattan "mobilités Africaines".

Lors de la première phase du LMI, ces collaborations ont été renforcées et se sont traduites par la participation à des recherches communes (terrains partagés et croisés), des réponses à des appels à projet, des co-encadrements de thèse et de mémoires de master et l'organisation d’ateliers de formation (ateliers d’écriture scientifique, écoles d’été) mais aussi de nombreuses actions de valorisation en direction de la société civile.

"Depuis 5 ans c’est un vrai travail de fond que nous menons dans le temps fait de beaucoup d’échanges, de confiance et de rencontres, de terrains, d’ateliers, de débats".
Sophie Bava et Harouna Mounkaïla, co-porteurs du LMI

 

Vers un pôle scientifique de référence dans l'étude des mobilités dans les Afriques méditerranéenne et subsaharienne.

Le renouvellement du LMI s’inscrit dans la continuité des approches originales qui ont été développées par les membres de MOVIDA ces dernières années. Il attache une importance particulière au renforcement du partenariat en recherche et en formation, et vise encore davantage à favoriser les interactions entre ses membres pour consolider la réflexion au sein et entre les axes thématiques du laboratoire.

Pour les 5 prochaines années, une vision des actions

  • Terrains partagés : exploration de nouveaux terrains pour des recherches interdisciplinaires, comparatives, innovantes ;
  • Formation par la recherche : accent mis sur le renforcement des liens entre étudiants, doctorants et chercheurs (enseignements, encadrement de mémoires et de thèses, organisation d’écoles d’été thématiques et d’ateliers d’écriture) et appui au plus près des besoins des jeunes chercheurs ;
  • Valorisation scientifique : professionnaliser la revue « Afriques en Mouvement », mieux diffuser la collection « Mobilités africaines » en développant à terme un pôle rédaction à l’UIR ;
  • Movid’action : développement d’outils pédagogiques en vue de faciliter le lien et le dialogue « science-société » (réalisation de cartes postales visuelles et sonores, de policy briefs, d’un jeu pédagogique initiant aux facettes et enjeux des mobilités africaines) ;
  • Diffusion et communication : développement du blog MOVIDA, des outils de valorisation scientifique et mise en place d’un séminaire mensuel virtuel afin de garder le lien entre les membres.

>> Suivez toutes les actualités sur le blog MOVIDA

Renforcer les partenariats Nord-Sud et Sud-Sud, former par la recherche, diffuser les savoirs scientifiques, favoriser le dialogue science-société-décideurs...pour continuer de déconstruire les idées reçues sur les migrations africaines.

Aujourd’hui MOVIDA c'est :

- Deux co-porteurs : Sophie Bava et Harouna Mounkaila
- Une direction collégiale avec : Florence Boyer, Mehdi Alioua, Delphine Perrin, Cheikh Oumar Ba, Marie-Laurence Flahaux, Mamadou Dimé, Stéphanie Lima, Yann Philippe Tastevin, Nora Mareï

 

> Trois UMR de l'IRD :  LPED, URMIS, PRODIG
 

> Trois équipes de recherche au Sud : Le GERMES - Université Abdou Moumouni de Niamey, L’Observatoire des Urgences, des Innovations et des mécanismes du changement social (URIC) - Université Gaston Berger, Saint-Louis du Sénégal, le CGS (Center For Global Studies) - Université Internationale de Rabat
 

> Un think thank : L’Initiative Prospective Agricole et Rurale (IPAR), APHM, et le Laboratoire Sociétés Mobilité Environnement (LSME) - Université Joseph Ki-Zerbo, Ouagadougou
 

> Des organisations de la société civile et Think tank avec lesquels MOVIDA travaille depuis plusieurs années : Alternative Espaces-Citoyens au Niger, le Timbuktu Institute African Centre for Peace Studies au Sénégal, Mali, Mauritanie et Niger, le Groupe antiraciste d’Accompagnement et de Défense des Étrangers et Migrants (GADEM), le Loujna-Tounkaranké - Réseau d’associations de défense des droits des migrants Maroc-Algérie-Tunisie-Niger-Mali-Sénégal- Côte d’Ivoire-Mauritanie-France.