Sommaire

Le système de recherche sur la problématique agraire en Équateur (SIPAE), est un effort coopératif entre divers centres universitaires, ONG et organisations sociales pour promouvoir la recherche et l’élaboration de propositions pour le monde rural et le secteur agricole équatoriens. Depuis sa création, l’IRD est une des structures impliquées. Nous vous présentons aujourd’hui le travail de cet organisme… 

Logo SIPAE

© SIPAE

Qu’est-ce-que le SIPAE ?

Le SIPAE a été constitué en 2002, avec la signature d’une convention institutionnelle mais fut enregistré légalement seulement en 2005. Les principales activités du SIPAE sont la recherche, la formation et le conseil sur les thématiques agraires en Equateur, depuis 18 ans maintenant. Les structures impliquées actuellement sont la Centrale Equatorienne des Services Agraires (CESA), Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières (AVSF), le Consortium de Formation pour la Gestion des Ressources Naturelles Renouvelables (CAMAREN), l’Université Centrale de l´Équateur (UCE), l’Institut d’Écologie et Développement des Communautés Andines (IEDECA),  l’Université de Cuenca, le Centre de Recherche et d’études Sociales (CINDES) et enfin l’IRD. 

Les objectifs stratégiques du SIPAE sont : 

  • Contribuer à ce que les différents efforts de recherche dans le champ rural et agraire s’articulent et soient complémentaires. 
  • Produire de nouvelles connaissances en adéquation avec la réalité rurale et agraire. 
  • Faire le pont entre la recherche scientifique, le monde universitaire, celui professionnel et les mouvements sociaux en lien avec la problématique rurale et agraire, dans le but de permettre à des alternatives d’émerger avec l’appui du champ scientifique et théorique. 
  • Dans une volonté de pluralité, repositionner, nourrir et mettre en valeur un courant de pensée critique. 

Dans les grandes thématiques traitées par le SIPAE, on retrouve l’axe de la terre, de l’eau et les marchés paysans, mais aussi l’agro-industrie, et comme axe central, l’agriculture paysanne. Toutes ces thématiques furent abordées dans plus de 200 écrits, que ce soit des livres, des articles dans des revues scientifiques ou d’autres productions. 

La collaboration avec l’IRD 

L’IRD et le SIPAE, au fil des années, ont travaillé sur diverses thématiques, dont, entre autres : 

 

- La cartographie de paysages dans le but de développer l’espace rural pour l’agriculture et l’élevage (ces documents sont toujours utilisés par diverses institutions équatoriennes).

 

- L’utilisation de l’eau pour l'irrigation ainsi que le droit d’accès à cette dernière par les communautés face à la privatisation du secteur et les questions de justice hydriques. 

 

- Des études de pédologie (sciences des sols) pour maintenir la qualité des sols, la récupération de sols endurcis, riches en matériaux volcaniques (que l’on appelle “Cangahuas” dans la valle inter-andine).

 

- L’usage de plantes appropriées comme l’agave, pour la récupération de terrains dégradés.

 

- Le travail sur le traitement de l’excès de métaux lourds, comme le cadmium, dans les graines de cacao, etc.