La COP15 Biodiversité se tient à Montréal au Canada, du 7 au 19 décembre. L’IRD, qui fait de la biodiversité un axe clé de sa recherche scientifique, est pleinement mobilisé pour cet événement.

Cette conférence réunit les gouvernements pour définir une série d'objectifs autour du « cadre mondial de la biodiversité pour l’après 2020 », afin d'enrayer l'érosion de la biodiversité et s'accorder sur un programme d'actions pour « vivre en harmonie avec la nature » d'ici 2050. Elle se penche principalement sur la Convention sur la diversité biologique (CDB) qui fixe parmi ses objectifs le juste partage des avantages découlant de l’utilisation des ressources génétiques. 

Sur place, des chercheurs de l'IRD et leurs partenaires montrent l'importance des résultats scientifiques pour alimenter les prises de décisions autour de la préservation et la conservation de la biodiversité.

Une recherche autrement : les solutions sont aussi au Sud

Le modèle unique de recherche de l’IRD, basé sur le partenariat équitable et les concepts de la science de la durabilité, est indispensable pour coconstruire des connaissances et des savoirs, à partir de la collaboration entre scientifiques de différentes disciplines et d’acteurs académiques et non académiques, pour lutter contre l'érosion de la biodiversité.  

Plaquette biodiversité IRD 2022

© IRD - Sabrina Toscano

La force de l’IRD réside dans la coconstruction d’une relation gagnant-gagnant avec ses partenaires, à travers :

  • une approche intégrée de la recherche et une vision transversale qui offrent des solutions ancrées dans la science,
  • une recherche basée sur l’ouverture vers l’autre et le partage grâce à ses partenariats de longue date dans les pays du Sud, un fort investissement dans les formations et le partage des savoirs.

>> Découvrez la plaquette IRD - Protéger la biodiversité

Table ronde de haut niveau | Prévention des pandémies

© .

Vendredi 16 décembre à 13 h 15 [UTC-5] - Intercontinental Hotel

HIGH-LEVEL ROUNDTABLE | Pandemic prevention: Protecting nature and safeguarding human health

Marie-Christine Cormier-Salem, directrice de recherche à l'IRD, directrice d'Agropolis Fondation et experte scientifique auprès de l'IPBES présentera l'Initiative PREZODE au cours de cette table ronde de haut niveau, en présence de Bérangère Couillard, secrétaire d'Etat chargée de l'Ecologie.

Autres intervenants :

  • Jochen Flasbarth, secrétaire d'Etat, ministère allemand pour la coopération économique et le développement (BMZ)
  • Kim Grützmacher, conseiller principal sur la santé unique, la biodiversité et la santé à la GIZ
  • Nicole Redvers, directrice du programme Indigenous Planetary Health à la Schulich School of Medicine & Dentistry de la Western University
  • Chadia Wannous, coordinateur mondial One Health, Organisation mondiale de la santé animale
  • Cristina Romanelli, chargée de programme, Biodiversité, changement climatique et santé, Organisation mondiale de la santé
  • Marco Lambertini, directeur général du WWF International
  • Nigel Sizer, directeur exécutif de la Preventing Pandemics at the Source Coalition

L'initiative PREZODE

Side event | Nagoya au centre du débat

L'IRD, en partenariat avec le Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN), organise un événement sur le protocole de Nagoya dans le cadre de la programmation officielle et en ouverture de la COP.

Mercredi 7 décembre à 13 h 15 [UTC-5] - salle 514C

SIDE EVENT | Sharing biodiversity revenues – The Nagoya protocol: state of play and perspectives

En français et en anglais

Ce side event traite la mise en œuvre du protocole de Nagoya et ses perspectives d'évolution. Il met en lumière l’application directe du droit international par l’IRD, le MNHN, et leurs partenaires des différents continents.

L'événement est co-animé par Catherine Aubertin, économiste de l’environnement à l'IRD et Jean-Louis Pham, référent scientifique Nagoya à l'IRD.

Suivez l'événement à distance

Intervenants :

  • Mary Kristerie Baleva, spécialiste des relations externes et des politiques à l'Asean Centre for Biodiversity, Philippines
  • Manuela Da Silva, coordonnatrice du collège des chercheurs du Conseil de gestion du patrimoine génétique (CGen) au Brésil
  • Cristiane Julião Pankararu, coordonnatrice des droits sur les connaissances traditionnelles du CGen au Brésil
  • Daogo Ouoba, point focal du protocole de Nagoya pour le Burkina Faso
  • Lolona Ramamonjisoa, point focal du protocole de Nagoya pour Madagascar
  • Jian-Sheng Sun, point focal Digital sequence information (DSI) pour le  MNHN
  • Babacar Youm, point focal du protocole de Nagoya pour le Sénégal

 

Le protocole de Nagoya de 2014 a été ratifié par de nombreux pays. Ses principaux objectifs sont de veiller à la conservation de la biodiversité et des connaissances locales, de garantir l’utilisation durable de resources tout en assurant un partage équitable. Pour y parvenir, le dispositif prévoit une transparence et une traçabilité accrue pour les fournisseurs et les utilisateurs de ressources génétiques ou connaissances associées.

Le respect du principe dit d’accès et de partage des avantages (APA), permet de guider l’action de l’IRD lorsque les réglementations laissent une marge d’interprétation et que des arbitrages sont dès lors nécessaires. Cet engagement éthique de l’Institut motive une démarche de partage des avantages même lorsque l’utilisation de ressources se fait en dehors du périmètre biologique (selon la définition de la ressource génétique) ou temporel (selon la date) d’application des réglementations.

L'IRD sur le pavillon France

© DR

Palais des congrès de Montréal - stand n° 315

L’IRD est présent sur le Pavillon France.
Ce lieu d'échanges et d'exposition met en avant la politique française en matière d’aires protégées, réunissant les partenaires et opérateurs français présents à la COP15 : l'IRD, le MNHN, l'office français de la biodiversité (OFB), la fondation pour la recherche sur la biodiversité (FRB), l'association Noé, les réserves naturelles de France (RNF) et l'agence française de développement (AFD).

Retrouvez toute la programmation de la COP

>> Consultez le communiqué de presse

En partenariat avec France médias monde

© DR

Dossier IRD le Mag'

A voir, à lire également...

Sur Youtube

ePOP

ePOP, Petites Ondes Participatives est un réseau citoyen d’information, de débat et de mobilisation sur les changements climatiques et environnementaux porté par l’IRD et RFI Planète Radio (groupe France médias monde).

Du Burkina Faso au Brésil, les jeunes du réseau ePOP ont recueilli les témoignages d'hommes et de femmes et nous alertent sur la disparition de précieux écosystèmes.

Certains en république démocratique du Congo ou au Ghana s'organisent en syndicat ou expérimentent des alternatives à cette érosion de la biodiversité.

Retrouvez les vidéos ePOP sur les enjeux de la biodiversité : 

>> Davantage de vidéos sur ce thème sur la plateforme ePOPNetwork.

L'Accès à la biodiversité et partage des avantages (APA) en détail