Sommaire

Depuis la création du groupe « Pacto Global Equateur », qui lutte pour l’atteinte des ODD dans le pays, l’IRD Equateur a pris part au projet, afin d’aider au maximum dans cette cause qui constitue un des objectifs de l’Institut au niveau international. Ce jeudi 5 mars, nous avons assisté à la troisième rencontre thématique sur l’ODD 15 « vie terrestre ».

Pacto Global, qu’est-ce que c’est ?

En septembre 2015, l’Assemblée Générale des Nations Unies a adopté l’Agenda 2030 y ses 17 Objectifs de Développement Durable (ODD). Le Pacte Global des Nations Unies (UN Global Compact) est une initiative qui a été présenté par le Secrétaire Général des Nations Unies, Kofi Annan, à la réunion annuelle du Forum Economique Mondial de 1999, à Davos, et qui a pour objectif de donner « un visage humain au marché global ». 

Pacto Global Ecuador est la communauté impliquée sur le thème de la durabilité, la plus importante du pays. C’est un réseau de développement à l’échelle mondiale. Le groupe travaille conjointement avec les acteurs du secteur privé, des gouvernements (locaux et nationaux), des institutions éducatives, la société civile, etc. en articulant des réseaux de coopération.

IRD et Pacto Global

© IRD Equateur

Que s’est-il dit à cette réunion ? 

Pour cette troisième rencontre autour de l’ODD 15, dédié à l’environnement, Pacto Global Equateur a présenté son projet de « sembratón »  qui aura lieu le 25 avril. Cette initiative a pour but de planter le plus d’arbres possible à travers l’ensemble du pays, en impliquant un maximum d’acteurs différents. 

Cette action rentre dans les objectifs de l’ODD 15, qui sont, entre autres :

  • D’ici à 2030, promouvoir la gestion durable de tous les types de forêt, mettre un terme à la déforestation, restaurer les forêts dégradées et accroître considérablement le boisement et le reboisement au niveau mondial.
  • Mobiliser d’importantes ressources de toutes provenances et à tous les niveaux pour financer la gestion durable des forêts et inciter les pays en développement à privilégier ce type de gestion, notamment aux fins de la préservation des forêts et du reboisement. 

Pendant cette rencontre, s’est également signé un accord entre le Collège Johannes Kepler (qui accueillait l’évènement) et le FONAG. Cette collaboration ouvre la voie à une expérimentation éducative et environnementale. La convention mise en place inaugure un programme pilote de conversion des espaces du collège d’une forêt exotique à une forêt native (avec une parte de la forêt produisant des éléments comestibles).