Départements : Département Sociétés et Mondialisation (SOC) et Dynamiques Internes et de Surface des Continents (DISCO)

Présentation

Le laboratoire AMIR (Activité Minière Responsable : Enjeux, défis et solutions au Maroc) propose de co-construire un laboratoire interdisciplinaire et transdisciplinaire de référence internationale dans le domaine de l’activité minière responsable.

Il associe 4 équipes fondatrices qui mèneront ensemble et en synergie des programmes de " recherche, développement, formation et innovation”.

Les deux équipes fondatrices du LMI au Maroc sont: 

  • L’équipe de Biotechnologie et Physiologie Végétales (BioPV) du Centre de Recherche en Biotechnologies Végétale et Microbienne, Biodiversité́ et Environnement de la Faculté des Sciences de l'Université Mohamed V de Rabat; 
  • L'équipe du Centre d’étude et de recherche en aménagement et urbanisme de l'Institut National d’Architecture et d’Urbanisme de Rabat.

en partenariat avec les équipes des UMR IRD 161 CEREGE et 215 PRODIG en France. 

 

La forte croissance continue de la demande mondiale en minerais a doublé depuis les années 90, en partie liée au développement technologique et à celui des infrastructures. La hausse des prix concomitante des matières premières favorise l’accroissement intensif des activités minières en particulier dans les pays méditerranéens et ceux de la ceinture tropicale. Or ces dynamiques d’exploitation s’inscrivent dans des processus économiques mondiaux, et l’extraction des ressources minières primaires comporte de nombreux risques écologiques, économiques et sociaux. Les risques incluent les impacts locaux (écosystèmes, biodiversité́, aquifères, économie de syndrome hollandais, perte d’identité́ culturelle et cohésion sociale, santé des populations, inégalités) et globaux (Gaz à effet de serre - GES). Elles participent également des questionnements fondamentaux qui interrogent la durabilité́ environnementale et sociale de la croissance, la réduction des inégalités et de la pauvreté́, et les reconfigurations de la citoyenneté́.

Désormais, les entreprises minières sont enjointes de participer directement au bien-être des sociétés du fait de la responsabilité sociale qui leur est aujourd'hui reconnue mais aussi du fait de nouvelles injonctions à prévenir et réduire les impacts négatifs liés à leurs activités (ODD, 2015). La diversité et la variabilité des enjeux et défis que doivent relever les projets miniers tout au long de leur mise en oeuvre rendent nécessaire de considérer les activités minières sur l'ensemble de leur cycle de vie. Les solutions  pour résoudre ces défis dépendent des contextes géologiques (nature des gisements et des processus d’exploitation et traitement) mais aussi environnementaux, économiques, politiques et culturels.Toutefois, contribuer à atteindre l’objectif global d’accompagner l’activité́ minière dans une perspective de responsabilité́ croissante, d’améliorer la gouvernance des projets, de réduire leurs impacts négatifs, de restaurer les environnements dégradés, mais également d'interroger les modèles de développement, d'informer les populations et de favoriser le dialogue entre les acteurs, demande une implication plus forte et plus interdisciplinaire de la science : l’approche holistique du LMI AMIR contribuera à produire les connaissances nécessaires, favorisera leur diffusion au plus grand nombre et contribuera ainsi au dialogue entre les acteurs  tout en proposant des solutions concrètes qui puissent être choisies et acceptées par la majorité́ des acteurs.

 

 

Objectifs de recherche

Contribuer à atteindre l’objectif global d’accompagner l’activité minière dans une perspective de responsabilité croissante et d'interrogation des modèles de développement, de réduire les impacts négatifs, et de restaurer les environnements dégradés et promouvoir l'information et le dialogue. Le LMI a aussi pour objectif une implication plus forte et plus interdisciplinaire de la science : l’approche holistique du LMI AMIR contribuera à produire les connaissances nécessaires,  et permettra de proposer des solutions concrètes et acceptées par la majorité des acteurs. 

 

 

Unité de recherche de l’IRD

 

 

Porteurs du LMI

Maroc :

  • Aziz El Iraki , Institut National d’Architecture et d’Urbanisme de Rabat (INAU), Rabat
  • Abdelaziz Smouni , Faculté des Sciences, Université Mohammed V de Rabat, Rabat

 

France :

  • Raphaëlle Chevrillon-Guibert , Pôle de Recherche pour l'Organisation et la diffusion de l'Information Géographique, UMR IRD 215 PRODIG ( associant l'IRD, le CNRS, les Universités Paris I Panthéon-Sorbonne, Paris IV Sorbonne, Paris VII Diderot et l'AgroParisTech); 
  • Fabrice Colin , Centre Européen de Recherche et Enseignement en Géosciences en Environnement, UMR IRD 161 CEREGE (associant l'IRD, le CNRS, l'Université d'Aix Marseille, l'Europôle de l’Arbois,).

 

Equipes des porteurs

  • L’équipe de Biotechnologie et Physiologie Végétales (BioPV), Centre de Recherche en Biotechnologies Végétale et Microbienne, Biodiversité́ et Environnement, de la Faculté des Sciences de Rabat; 
  • L'équipe du Centre d’étude et de recherche en aménagement et urbanisme de Institut National d’Architecture et d’Urbanisme de Rabat
  • Les équipes des unités de recherche de l'IRD : UMR 161 - CEREGE et  UMR 215 - PRODIG

Partenaires associés aux équipes fondatrices

Maroc 

  • L'équipe du Laboratoire “de Chimie des Matériaux et de l’Environnement” de la faculté de sciences de l'Université Cadi Ayyad de Marrakech; 
  • L'équipe du Laboratoire de recherche sur les Différenciations Socio-anthropologiques et les Identités Sociales de la faculté des lettres et sciences humaines de l'Université Hassan II de Casablanca; 
  • L'équipe de recherche et les équipes locales de Jerada, Midelt et Youssoufia de l'ONG TARGA; 
  • L’équipe “Valorisation des Ressources, Environnement et Développement Durable” de l’Ecole Nationale Supérieure des mines de Rabat.

 

France

  • Groupe "ressources naturelles dans les pays du Sud" de la fédération de recherche GEMDEV; 
  • INP-ENSAT-INRA, Toulouse.

 

 

Mots-clés

Cycle de l’activité minière, écosystèmes (société, sols, plantes, eaux), impacts environnementaux, villes minières, pouvoirs locaux, mouvements sociaux, modèles de développement, économie circulaire et solidaire
Caractérisation des matériaux, transfert des métaux, bio/phytoremédiation, valorisation des résidus miniers, restauration et usage des sites dégradés, gestion des ressources, justice sociale, foncier, mobilités, structuration sociale et inégalités, changements environnementaux, santé

Publications : 

Aziz Iraki & C. de Miras, « Interroger les gouvernances urbaines : entre fragmentation et contrat territorial ». Karthala, 2017

Aziz Iraki, « La dimension territoriale du développement rural au Maroc » avec Tamim Mohamed, INAU/Editions Kalimate. 2013.

Aziz Iraki, « Mobilisations collectives et mouvement associatif dans les quartiers dhabitat insalubre. Quels changements avec lINDH ? » coordination, Edition de l’ONDH. 2012.

Raphaëlle Chevrillon-Guibert (2019), avec Géraud Magrin et Laurent Gagnol: « Les ruées vers lor au Sahara et au nord du Sahel. Ferment de crise ou stabilisateur? » dans le dossier « G opolitique du Sahel et du Sahara », Hérodote,2019/1, n°172

(2018), « Le gouvernement des mines au Soudan : entre opportunisme et autoritarisme », Egypte/Monde arabe,Troisième série, 18 | 2018, DOI : 10.4000/ema.4176

(2017) « Charity and Commercial Success as Vectors of Asymmetry and Inequality: The Unconceptualised Elements of Development in Islamist Sudan during the First Republic », in B. Hibou et I. Bono (eds.),Development as a Battlefield, (Leiden: Brill Nijhoff) / International Development Policy | Revue interna- tionale de politique de développement n°8

F. Colin ( 2020). New Caledonia, a specific full size research laboratory to investigate lateritic Mining resources exploitation development, governance, impacts over the last century and to promote a new model for responsible mining” (2020); the Earth and Space Science Open Archive (ESSOAr). DOI is 10.1002/essoar.10501850.1.