Mis à jour le 08/07/22

Logo LMI MESOL’Amérique centrale regroupe certains des pays les moins avancés du continent américain et les plus précarisés dans leurs économies et leurs institutions (Honduras, Nicaragua, Guatemala). La mondialisation s’y exprime à travers l’intensification des processus de circulation et leur élargissement à de nouveaux facteurs, de nouvelles ressources. Ces processus de circulation concernent à la fois des biens et des produits (marchandises légales ou non), des individus (migrant.es et mobiles), mais aussi des idées, des savoirs, des pratiques symboliques, des règles et des normes.Le LMI MESO cherche à comprendre l’impact de ces circulations intenses sur les relations de pouvoir et les formes de gouvernance des espaces et des ressources, notamment en termes de production des politiques publiques et de leur mise en œuvre.

Le LMI propose un dispositif original, autour de trois lieux centraux (France, Mexique, Costa Rica), qui déploiera ses activités dans l’ensemble des pays les moins avancés de la région. Le LMI sera un espace de circulation pour la recherche, en même temps qu’un observatoire de la mobilité en Amérique centrale.

  • Objectifs scientifiques et projet de recherche

    La question centrale qui structure le projet de laboratoire International peut se formuler de la façon suivante :

    • En quoi les formes actuelles de circulation des personnes (migrations, déplacements, retours forcés, installation), des biens matériels (terres, eaux, mines, ressources naturelles) et immatériels (normes, savoirs, symboles, etc.) contribuent à la redéfinition des collectifs et des champs du pouvoir qui les sous-tendent, que ceux-ci soient institutionnalisés ou inscrits dans les rapports sociaux de la vie quotidienne ?
    • Comment se produisent de nouvelles formes de gouvernance –et de contestation de cette gouvernance -, à différents niveaux d’organisation politico-territoriale, corporative, réticulaire, etc. ?
    • Comment certaines d’entre elles  alimentent ou se constituent en mouvements sociaux ou en courants politiques innovants, qui souvent mêlent les préoccupations écologiques avec des propositions alternatives d’Etat-Nation par exemple (Equateur, Bolivie). Avec quels impacts sur le développement ?

    Le LMI MESO entretient des liens de proximité thématique et méthodologique avec d'autres composantes du dispositif de partenariat de recherche de l'IRD : avec le PPR REMS (Réseau sur la Mondialisation et les inégalités dans les Suds), sur les questions de gouvernance des ressources naturelles et de mobilité, notamment dans les contextes andins ; le LMI PATEO (Patrimoines et Territoires de l’eau), sur la des deltas transfrontaliers de la sous-région ouest-africaine ; et le LMI MEDITER (Terroirs Méditerranéens : patrimoine, mobilité, changement et innovation sociale), sur la valorisation économique, socioculturelle, territoriale ou politique des spécificités locales et des patrimoines ruraux dans les arrière-pays du Maghreb.

  • Unités de recherche de l’IRD
    • 205 - Migrations et société
    • 220 - Gouvernance, risques, environnement, développement
    • 245 - Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques
    • 135 - Structure et dynamique des langues
    • 208 - Patrimoines locaux, Environnement et Globalisation
  • Partenaires
    • Mexique : CIESAS (Centro de Investigaciones y Estudios Superiores en Antropología Social) et ses centres régionaux (Peninsular, Sur Este, Golfo, DF)
    • Costa Rica : FLACSO (Facultad Latinoamericana de Ciencias Sociales), Universidad de Costa Rica

     

  • Équipes/Partenaires associés du projet
    • Espagne: Universidad Complutense
    • Guatemala: USAC (Universidad San Carlos)
    • Belize: NICH (National Institute of Culture and History)
    • El Salvador: PRISMA (Programa Salvadoreño de Investigación sobre Desarrollo y Medio Ambiente)
    • Nicaragua : UCA (Universidad Centroamericana)

     

  • Porteurs du LMI

Année de création : 2014