Département : Département Sociétés et Mondialisation (SOC)

Présentation

Le projet MOVIDA se structure autour d’une question centrale : dans quelle mesure les formes de mobilités contemporaines (migrations économiques, politiques, voyages initiatiques, touristiques ou d’affaires, navettes, circulations transfrontalières, exils, nomadismes, transits, retours volontaires ou forcés, pèlerinages…) participent à la redéfinition des appartenances et hiérarchies sociales, à la recomposition des territoires et à la transformation des gouvernances politiques ? Et réciproquement à quelles conditions ces configurations sociales, spatiales et politiques façonnent-elles les mobilités et migrations en Afrique ?

Objectifs scientifiques et projet de recherche

Combinés à un axe transversal méthodologique portant sur l’agencement des formes migratoires et la production de catégories de la mobilité, trois axes thématiques structurent la réflexion :

  • Redéfinition des appartenances et des hiérarchies sociales : recompositions générationnelles, familiales, religieuses, identitaires ;
  • Recompositions territoriales : centralités, rural/urbain, conflits fonciers et miniers, environnement, transport et inégalités d’accès ;
  • Transformation des gouvernances politiques : Politiques migratoires et citoyennetés, construction du droit, cosmopolitisme.

Les actions de formation sont de deux ordres :

  • D'une part, la consolidation par une action collective du Master interdisciplinaire "Migrations Internationales et Relations Interculturelles" (MIRI), (IPDSR/Université CAD de Dakar).
  • D'autre part, sur la base d'expériences passées, l'objectif est de mettre en place des Ecoles d’Eté tournantes (Burkina, Maroc, Niger, Sénégal) en concevant des modules d’enseignement-recherche de deux semaines par an. Parallèlement, la construction d'un MOOC permettra de pérenniser ces actions.

Impacts sociétaux visés

En termes de valorisation des travaux, outre la diffusion classique par le biais de colloques, ateliers scientifiques ou publications collectives, une revue scientifique sera créée au Maroc.
Un Institut de la Migration sera mis en place, avec le soutien du CODESRIA, sur le modèle des instituts déjà existants, créés par cette même institution.
Enfin, un effort important portera sur la restitution des résultats auprès des associations de migrants et responsables politiques, des journalistes, des lycéens (programme de culture scientifique) et du grand public (expositions photos et webdoc).

Porteurs/Partenaires principaux du LMI

Co-direction collégiale Sud (transitoire) : Mamadou Dime (UGB), Mehdi Alioua (UIR) et Harouna Mounkaila (UAM)

Sylvie BREDELOUP , IRD, UMR 151 - LPED

  • IPAR, Sénégal
  • Université Gaston Berger de Saint-Louis du Sénégal -  UGB, GERM
  • Université Internationale de Rabat -  LEPOSHS
  • Université de Ouagadougou -  LSME

IRD :

  • UMR 151 - LPED -Laboratoire population-environnement-développement
  • UMR 215 - PRODIG - Pôle de recherche pour l’organisation et la diffusion de l’information géographique
  • UMR 205 - URMIS - Migrations et société

Autres équipes/Partenaires associés

  • CODESRIA, ENDA, GERMES, UAM, UCAD,
  • UMR LAMES, UMR LISST

Mots-clés

Migrations Sud-Sud, circulations et mobilités, dynamiques sociales et spatiales, figures de migrants, imaginaires de la mobilité, politiques migratoires

Discipline(s)

Anthropologie, démographie, droit, géographie, histoire, sciences politiques, sociologie

 

 

card discover

© IRD - Boyer Florence

Affiche de prévention des risques de l’immigration clandestine