La cérémonie officielle de validation de l’élimination de la Trypanosomiase Humaine Africaine (THA) en tant que problème de santé publique en Côte d’Ivoire s’est tenue le 25 mars 2021 à l'Hôtel Azalaï Abidjan, sous la présidence du Ministre de la Santé et de l'Hygiène Publique et en présence de l'Ambassadeur de France en Côte d'Ivoire. 

La Côte d’Ivoire a été pendant le 20ème siècle un pays particulièrement touché par la THA, ou maladie du sommeil. Cette affection est due à un parasite (Trypanosoma brucei gambiense) transmis à l’homme par la piqûre de la glossine (ou mouche tsétsé). Les efforts de lutte médicale et anti-vectorielle déployés depuis les années 1930 jusqu’au début des années 2000 ont permis de circonscrire les épidémies, principalement liées au développement des cultures de rente, notamment de cacao et de café. 

Le Programme National d’Elimination de la THA (PNETHA) et tous les partenaires nationaux et internationaux impliqués dans la recherche et la lutte contre la THA ont alors décidé d’unir leurs forces pour éliminer la maladie. Cet engagement s’est traduit par des résultats spectaculaires. En effet, depuis 2015, seulement neuf cas de THA ont été dépistés dans les deux derniers foyers endémiques du pays (Bonon et Sinfra) et tous les districts sanitaires ont reporté moins d’un cas pour 10 000 habitants par an sur la période 2015-2019. Ces résultats ont permis à l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) de valider l’élimination de la THA comme problème de santé publique en Côte d’Ivoire. 

Cette étape essentielle a pu être atteinte grâce à un soutien important de la recherche pour adapter les outils et les stratégies de lutte tout au long du processus d’élimination. Ces activités de recherche ont notamment été menées dans le cadre du partenariat historique entre l’Institut Pierre Richet de Bouaké (IPR-INSP) et l’IRD (UMR IRD-CIRAD INTERTRYP), plus récemment rejoint par l’Université Jean Lorougnon Guédé de Daloa (UJLoG).

"Je consacre ce moment important à des décennies de travail acharné et à la contribution individuelle de chaque travailleur de la santé qui a bravé certains des défis les plus difficiles pour atteindre les populations, souvent dans des zones rurales éloignées. Notre défi consiste maintenant à maintenir le niveau de surveillance requis et, avec l'aide de tous, à parvenir à l'interruption de la transmission de la maladie", a déclaré Dr Aka Aouélé, Ministre de la Santé et de l'Hygiène Publique de Côte d'Ivoire. Il a également remercié l’IRD pour son implication durable dans la lutte contre cette maladie, avec les partenaires ivoiriens.

Ces efforts de recherche doivent se poursuivre pour maintenant atteindre l’interruption de la transmission en 2025. L’IRD et INTERTRYP se sont engagés à relever ce nouveau défi auprès des partenaires ivoiriens. "Je suis fier que des chercheurs de l’IRD œuvrent depuis les années 80 aux côtés de leurs collègues ivoiriens dans une logique pluridisciplinaire pour perfectionner des innovations médicales au service des populations, comme par exemple la moustiquaire imprégnée, ou le piège à glossine" a souligné Jean-Christophe Belliard, l’Ambassadeur de France en Côte d’Ivoire. "Nous serons à vos côtés, avec l’IRD et le CIRAD, pour poursuivre les efforts engagés aux côtés du Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique, des chercheurs et de l’OMS dans un objectif de durabilité. En effet, l’élimination de cette maladie associée à la pauvreté constitue une nouvelle étape de la trajectoire d’émergence de la Côte d’Ivoire".

Cérémonie d'annonce de l'élimination de la maladie du sommeil en Côte d'Ivoire.

© IRD - Edoukou Ehui

L’objectif général de la cérémonie du 25 mars était donc d’annoncer officiellement la validation de l’élimination de la THA comme problème de santé publique en Côte d’Ivoire, mais aussi de remercier les différents acteurs pour leur implication dans la recherche et la lutte contre la THA, et de faire un plaidoyer pour atteindre l’objectif de l’arrêt de la transmission de la THA en 2025, auprès des partenaires techniques et financiers. Le film Vaincre la maladie du sommeil, un défi pour la recherche réalisé par l’IRD et diffusé en avant-première pendant la cérémonie, a contribué à atteindre tous ces objectifs.

Diaporama sonore