Sommaire

En dix ans, des centaines de mètres  de littoral ont disparu sur la Langue de Barbarie. Face à cette urgence environnementale et socioéconomique, les autorités sénégalaises se sont engagées, avec l’appui de la Banque mondiale , de l’Agence Française de Développement (AFD) et de l’IRD, dans une démarche de gestion intégrée des risques côtiers sur ce territoire avec  la mise en œuvre des mesures additionnelles de protection durable.

La digue de protection inaugurée le 14 juillet dernier par le Président Macky Sall à Saint Louis s'inscrit dans ce cadre.

L’objectif de cet ouvrage est de répondre aux enjeux de court terme et aussi préparer l’avenir notamment en y intégrant des travaux de recherche.

La digue est installée sur un linéaire de  2 150 mètres sur tout le long de la Langue de Barbarie , de Goxu Mbacc au quai de pêche de Guet-Ndar, en passant par Ndar-Toute.

Les résultats attendus sont donc à court terme, la protection des populations et  leurs biens du risque d’érosion côtière, en stoppant le trait de côte et, à long terme la gestion intégrée des risques côtiers pour une protection durable.

Un suivi scientifique multi-approche et innovant est prévu sur une durée de trois ans pour évaluer les impacts de l'ouvrage et de l'évolution sédimentaire de la zone.  Rafaël Almar , directeur de recherche à l'UMR LEGOS y contribuera.