Sommaire

Thème : Configurations électriques, inégalités d’accès et pratiques citadines à Ibadan (Nigéria) et à Cotonou (Bénin).

Réalisée sous la direction de Sylvy Jaglin et d’Armelle Choplin, au Laboratoire Techniques, Territoires et Sociétés et à l’école doctorale « Ville, transports et territoires » de Paris-Est Sup, le vendredi 24 septembre 2021 en ligne sur Zoom à la Cité Descartes, en salle A221 du Bâtiment Bienvenue.

Le jury est composé de :
•    Armelle Choplin, Professeure associée à l’Université de Genève (co-directrice)
•    Sylvy Jaglin, Professeure à l’Université Gustave Eiffel (directrice)
•    Franck Scherrer, Professeur à l’Université de Montréal (rapporteur)
•    Éric Verdeil, Professeur à Sciences Po Paris (examinateur)
•    Marie-Hélène Zérah, Directrice de recherche à l’IRD (rapporteure)
Invité au jury : Olivier Coutard, Directeur de Recherche CNRS au Latts (invité)

Mélanie Rateau et le jury

Résumé : Dans les villes d’Afrique subsaharienne, les réseaux électriques sont défaillants, insuffisants et parfois absents alors que la demande augmente. Pour satisfaire leurs besoins, les citadins mettent en pratique une pluralité technologique donnant lieu à divers assemblages sociotechniques. À l’échelle de chaque ville, il en résulte une configuration électrique urbaine. Comparant une sélection de quartiers reflétant la diversité urbaine à Ibadan (Nigéria) et à Cotonou (Bénin), la recherche démontre que les pratiques citadines d’accès à l’électricité alimentent des processus d’hybridation dans lesquels l’amélioration de la qualité et de la continuité du service dépend de logiques marchandes et sociales ambivalentes qui ne permettent pas de sortir les citadins les plus vulnérables des trappes de la pauvreté. Finalement, la transition électrique urbaine nécessite d’aller au-delà du référentiel du réseau conventionnel unique et uniforme, pour penser les contours d’un service urbain socio-techniquement hétérogène, articulé à la diversité des conditions de vie urbaine.
Mots clés : accès à l’électricité ; hétérogénéité urbaine et infrastructurelle ; inégalités intra- et interurbaines ; régimes d’accès ; Ibadan ; Cotonou ; Nigéria ; Bénin

Capture écran de la soutenance de thèse

Abstract: In the cities of sub-Saharan Africa, electricity networks are deficient, insufficient and sometimes absent, while demand is increasing. To meet their needs, city dwellers use a variety of technologies that give rise to different socio-technical assemblages. At the scale of each city, this results in an urban electrical configuration. Comparing a selection of neighbourhoods reflecting urban diversity in Ibadan (Nigeria) and Cotonou (Benin), the research shows that urban practices of access to electricity fuel processes of hybridization in which the improvement of the quality and continuity of the service depends on ambivalent market and social logics that do not allow the most vulnerable city dwellers to escape from the traps of poverty. Finally, the urban electricity transition requires going beyond the reference of the single, uniform conventional network to consider the contours of a socio-technically heterogeneous urban service, linked to the diversity of urban living conditions.

Keywords : access to electricity; urban and infrastructural heterogeneity; intra and inter urban inequalities; regimes of access; Ibadan; Cotonou; Nigeria; Benin