Quelles sont les plantes médicinales utilisées en Nouvelle-Calédonie, en Polynésie française et au Vanuatu pour soigner les enfants ? Une équipe de chercheurs de l'IRD mène actuellement une étude pour répondre à cette question. En allant à la rencontre des populations, les scientifiques espèrent en savoir plus sur la médecine traditionnelle infantile dans le Pacifique Sud.

Préparation ra'au, un remède pour le mal de gorge. En Polynésie française, l'usage de remèdes (ra'au) est très répandu et l'eau de coco est souvent utilisée comme excipient.

© IRD - François Chassagne

Que ce soit en Nouvelle-Calédonie, en Polynésie ou au Vanuatu, la médecine traditionnelle est largement utilisée, notamment dans la prise en charge du nourrisson et de l’enfant. Les feuilles de corossol sont notamment utilisées en bain contre la varicelle, et l’huile de tamanou aide à cicatriser les bobos du quotidien. Mais globalement, les plantes utilisées pour soigner les enfants dans ces trois régions du Pacifique demeurent mal connues. 

Dans ce contexte, une enquête a été lancée par l'IRD.

" Notre idée était de savoir un peu ce qui se fait. Quels sont les remèdes utilisés ? Pourquoi on les utilise ? Dans quel cadre ? ", explique François Chassagne, chargé de Recherche au sein de l'UMR PHARMA-DEV. " Cette médecine traditionnelle est très utilisée mais elle reste un peu à la marge du système du santé parce qu’on ne connaît pas bien les bénéfices, ni même les risques." 

Préparation d'un remède pour traiter le "ira", à base de fleur d'Hibiscus rosa-sinensis et feuilles de Gardenia tahitensis. Ce remède phare de Polynésie française est administré en bain et traite principalement la nervosité et l'agitation des enfants

© IRD - François Chassagne

Les chercheurs réaliseront des entretiens sur le terrain, au plus près des populations, dans le but de mieux comprendre la place de la médecine traditionnelle dans le traitement des maladies infantiles, et d’identifier les éventuelles pratiques connues pouvant provoquer des effets indésirables chez les enfants. Ils ont également élaboré, en amont, un questionnaire en ligne.

 

" Le but est de savoir, déjà, si les gens utilisent la médecine traditionnelle, ou pas. De voir son importance au sein des populations."

Si vous habitez sur l’un de ces territoires,

vous pouvez répondre à l'enquête en ligne par ici !

  • L’enquête concerne plus précisément les remèdes utilisées pour les enfants de 0 à 12 ans.
  • Le questionnaire en ligne est entièrement anonyme et accessible jusqu’en mars prochain.

Cette enquête en ligne sera donc suivie par des enquêtes de terrains auprès des tradipraticiens et utilisateurs de la médecine traditionnelle dans chacun des territoires concernés, afin d’obtenir plus de détails sur les remèdes utilisés.

Cette étude est financée par le Fonds Pacifique et est soutenue par plusieurs partenaires tels que l’Institut de Recherche pour le Développement, l’Université Paul Sabatier à Toulouse, l’Université de Nouvelle-Calédonie, l’Université Nationale du Vanuatu, la Maison des Sciences de l’Homme du Pacifique ainsi que le Jardin Botanique de New-York.

Contacts

  • Edouard Hnawia, chimiste ethnopharmacologue, UMR PHARMA-DEV - IRD / Université Paul Sabatier - Toulouse III
  • François Chassagne, ethnopharmacologue, UMR PHARMA-DEV - IRD / Université Paul Sabatier - Toulouse III