Le 3 juillet, l’Institut de recherche pour le développement (IRD) a réuni ses directeurs d’unité, ses représentants en outre-mer et à l’étranger et ses délégués régionaux, au total plus de 180 participants et près de 600 connexions, via un dispositif de vidéo en direct et de tchat, pour échanger autour des ambitions et des priorités de l’IRD pour les quatre prochaines années. 

© IRD

Le ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a ouvert cette rencontre par une séquence vidéo. Il a souligné le rôle de tout premier plan que joue l’IRD dans la stratégie française de riposte solidaire face à la crise pandémique, grâce aux liens qu’il a su tisser avec ses partenaires sur tous les continents. 

© ira

Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation a également souligné dans son intervention le rôle de l’IRD dans la mobilisation scientifique internationale. 

© ird

La gouvernance de l’Institut – Valerie Verdier, présidente-directrice générale, Corinne Brunon-Meunier, directrice générale déléguée, Isabelle Benoist, secrétaire générale et Philippe Charvis, directeur délégué à la science – ont présenté six grands objectifs qui doivent permettre d'accroître plus encore la force et l’impact du modèle original de partenariat scientifique équitable de l’Institut, un modèle unique dans l’écosystème mondial de la recherche :

  • Être à l’avant-garde de la science de la durabilité, en développant un mode différent de penser et de faire la science pour apporter des réponses aux questions des citoyens, au Nord et au Sud. 

 

  • Renforcer le modèle de partenariat scientifique équitable au Sud et en Outre-mer.

En valorisant, les dispositifs de l’Institut comme les LMI, JEAI, GDRI-Sud qui sont de véritables outils de la diplomatie scientifique et qui doivent conduire autant que possible à l’émergence de centres d’excellence dans les pays et auprès des partenaires avec lesquels l’IRD travaille.

 

  • Renforcer les liens avec les acteurs et bailleurs du développement, notamment l’Agence française de développement (AFD), avec laquelle l’IRD a construit de grands projets, comme ARIACOV durant la crise. Europe, philanthropes… L’objectif est de renforcer les échanges avec de nombreux autres bailleurs du développement dans les prochains mois.

 

  • Moderniser, simplifier le fonctionnement, investir et renforcer l'attractivité des emplois, en tenant compte des spécificités de l’Institut et en favorisant la synergie avec les autres opérateurs de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

 

  • Valoriser, innover et porter une science ouverte pour le développement durable. Les ponts créés entre science et innovation, entre recherche et application sont fondamentaux. Ils donnent tout leur sens au modèle porté par l’Institut. L’IRD continuera également à œuvrer pour renforcer le rôle de coordination de la science ouverte vers les pays du Sud.

 

  • Impulser une politique forte en matière de parité, en faveur des jeunes et en faveur de l’environnement.

 

Ces priorités s’inscrivent dans la continuité d’une trajectoire positive et ambitieuse, au service de la recherche et du renforcement des capacités pour le Sud.