Sommaire

Mis à jour le 26/02/24

Retrouvez l'organigramme, les instances et les comités de l'IRD.

 

Présidence

  • Présidente-directrice générale, Valérie Verdier

    Valérie VerdierPhysiopathologiste, Valérie Verdier est Docteur en sciences végétales de l’Université Paris-Sud (1988) et titulaire d’une Habilitation à diriger des recherches (HDR). Elle étudie les interactions entre les bactéries phytopathogènes et les plantes tropicales, dont la compréhension est un enjeu crucial pour la sécurité alimentaire. Co-auteure de plus de 100 publications scientifiques, elle est reconnue internationalement pour ses contributions fondamentales à la compréhension des mécanismes par lesquels les bactéries causent des maladies, notamment au manioc et au riz, et aux approches développées pour leur contrôle. Jusqu’à sa nomination, Valérie Verdier était directrice de l’Unité mixte de recherche Interaction Plantes Microorganismes Environnement (IMPE) et avait la responsabilité de l’un des cinq départements scientifiques de l’IRD : le département Ecologie, biodiversité et fonctionnement des écosystèmes continentaux (ECOBIO).

  • Directeur général délégué, Gilles Pecassou

    Gilles PecassouDiplômé de l'Institut d'études politiques de Toulouse et titulaire d’une maîtrise en science politique de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Gilles Pecassou est également lauréat de l’Executive Program du Harvard Negociation Stratégies Institute (NSI). Avec 20 ans d’expérience en diplomatie, Gilles Pecassou est spécialisé dans les questions stratégiques et de sécurité. Premier secrétaire à l’ambassade de France à Tel Aviv de 2004 à 2007, il a ensuite occupé les fonctions de chargé de mission auprès du directeur politique du ministère de l'Europe et des Affaires étrangères de 2007 à 2010. Affecté à la représentation permanente de la France auprès de l’ONU à New York de 2010 à 2013, il a été chargé des négociations relatives à l'Asie, l'Europe, l'Amérique latine et la lutte contre le terrorisme au Conseil de sécurité. En 2013, il devient conseiller diplomatique du secrétaire général de la Défense et la Sécurité nationale (SGDSN). Il retourne ensuite en Israël en tant que premier conseiller à l’ambassade de France à Tel Aviv de 2014 à 2017. Nommé ministre-conseiller à l’ambassade de France à Brasília (Brésil) de 2017 à 2021, Gilles Pecassou a dirigé l'ambassade à travers la crise du Covid, s'engageant dans la lutte contre la déforestation, la promotion de la biodiversité et du développement durable, en lien avec l'ensemble des opérateurs français présents. De retour à Paris, il prend la tête de l’équipe interministérielle de l’Envoyé spécial pour le Sahel pendant la période de ré-articulation de la présence de la France dans la région.

  • Directeur délégué à la Science, Philippe Charvis

    Philippe CharvisDirecteur de recherche, géophysicien, Philippe Charvis a notamment travaillé sur l’aléa sismique en Equateur, en Algérie et dans l’arc des Petites Antilles, ainsi que sur le magmatisme associé aux points chauds. Il a été directeur de l’Unité mixte de recherche Géoazur, vice-président du conseil scientifique de l’Observatoire de la Côte d’Azur et président de la section « Terre et planètes telluriques » du comité national de la recherche scientifique. En octobre 2015, il a été nommé directeur du département scientifique Dynamiques internes et de surface des continents (DISCO) de l’IRD, dont les thématiques prioritaires sont le changement climatique, les ressources en eau, les aléas et risques naturels, et les ressources minérales et leurs impacts sur l’environnement.

    Sa mission est de participer à l’élaboration de la stratégie scientifique de l’Institut, d’en assurer la coordination générale, et d’accompagner la présidente-directrice générale dans la coordination du pôle Science qui est au cœur de l’organisation de l’IRD.

  • Secrétaire générale, Isabelle Benoist

    Isabelle Benoist

    De formation supérieure en droit et ayant débuté sa carrière à l’INRA, Isabelle Benoist est ingénieure de recherche. Elle a été responsable d’un pôle de la direction des affaires juridiques au CNRS avant de rejoindre l’IRD en 2011 en tant qu'adjointe au directeur général délégué aux Ressources, puis Secrétaire général adjointe. Elle occupe le poste de Secrétaire générale depuis 2016. 

    Secrétaire général adjoint par interim : Franck Carenzi

  • Directeur délégué adjoint à la Science, en charge de la science de la durabilité, Olivier Dangles

    Olivier Dangles

    Directeur de recherche, écologue, Olivier Dangles a démarré sa carrière comme maître de conférences à l’Institut de  recherche sur la biologie de l’insecte de l’université de Tours. En 2006, il est affecté à Quito en Équateur où il développe des recherches sur la dynamique spatiotemporelle d’insectes ravageurs invasifs, en partenariat avec l’Université pontificale catholique d’Équateur.

    De 2012 à 2014, il part comme chercheur associé au sein de Universidad Mayor San Andres de Bolivie.

    Intéressé par l'écologie fonctionnelle des communautés animales et végétales dans les écosystèmes naturels et cultivés touchés par les changements mondiaux; ses travaux ont notamment débouché sur la création d’un réseau international (couvrant l’Équateur, le Pérou et la Bolivie) de recherches pour l’innovation dans le contrôle des ravageurs de cultures.

     

    De 2012 à 2016, Olivier est élu membre du conseil scientifique de l'IRD.

    De 2014 à 2017 il occupe les fonctions de représentant en Équateur, avant d'effectuer un séjour en accueil (2017-2018) à Cornell University à Ithaca aux Etats-Unis.

    Depuis août 2018, il est basé au Centre d’écologie fonctionnelle et évolutive (CEFE)  à l'Université de Montpellier où il co-dirige un Laboratoire mixte international BioInca entre l’Équateur, la Colombie et la France.

    Entre 2018 et 2020, il est nommé directeur adjoint puis directeur par interim du département Ecobio.

    Depuis juin dernier, il est nommé directeur délégué à la science adjoint en charge de la Science de la durabilité.

    Olivier Dangles est l’auteur de nombreuses publications scientifiques sur la biodiversité et le fonctionnement des écosystèmes naturels et cultivés, mais également d'ouvrages de vulgarisation tel Natura Maxima ou Une autre Terre.

     

  • Conseillère scientifique Afrique, Dominique Dumet

    Docteure en sciences de la vie de l'université Paris VI, Dominique Dumet est spécialiste de la conservation ex situ des ressources génétiques végétales. Elle a débuté sa carrière en tant que chercheuse associée à l'université du Kwazulu Natal, en Afrique du Sud, où elle a travaillé pendant quatre ans au sein de l'équipe du professeur Berjak, spécialiste renommé de la conservation des semences récalcitrantes. Grâce à l'obtention d'une bourse Marie Curie, elle a ensuite approfondi ses recherches sur la physiologie des basses températures et la déshydratation des tissus végétaux, en partenariat avec l'université de Abertay Dundee, en Écosse, le British Antarctic Survey à Cambridge et l'United State Department of Agriculture (USDA).

    Ses travaux l'ont conduite à prendre la tête du centre de ressources génétiques de l'Institut international d'agriculture tropicale (IITA), au Nigeria. À ce titre, elle a été conservatrice des collections végétales internationales de l'Institut et a ainsi contribué à l'opérationnalisation du Traité international sur les ressources phytogénétiques pour l'alimentation et l'agriculture (TIRPAA).

    Dominique Dumet a rejoint l'IRD en 2011 en tant que responsable du service partenariat de la mission de géostratégie et partenariat. Ces six dernières années, elle a occupé le poste de représentante de l'IRD au Burkina Faso, puis en Afrique de l'Est.

    En tant que conseillère scientifique Afrique, Dominique Dumet accompagnera la gouvernance dans sa réflexion de régionalisation des activités scientifiques partenariales en Afrique. 

  • Conseiller scientifique Outre-mer, Frédéric Ménard

    Frédéric Ménard est directeur de recherche IRD au sein de l’Institut méditerranéen d’océanographie à Marseille (UMR MIO). Il mène des actions de recherche sur le fonctionnement des écosystèmes marins tropicaux dans le contexte du changement global : réseaux trophiques, pêche et biodiversité ; grands poissons prédateurs pélagiques et vulnérabilité des écosystèmes côtiers.
    Il est membre de plusieurs conseils et comités scientifiques.
    Frédéric Ménard a été directeur du département OCEANS de l’IRD de 2015 à 2020.

    En tant que conseiller scientifique auprès de la gouvernance, il contribue à la stratégie scientifique de l’Institut sur l’outre-mer, en lien notamment avec la Trajectoire outre-mer 5.0 du Gouvernement.

  • Conseillers scientifiques
    • Geo-ressources et durabilité, Laurence Maurice
    • Villes durables, Stéphanie Dos Santos
    • Littoral et mer, Marine Herrmann
    • Une seule santé, Benjamin Roche
    • Biodiversité, Sébastien Barot
    • Sols et terres, Alain Brauman
    • Systèmes alimentaires, Eric Verger
    • Changement climatique, Benjamin Sultan
    • Migrations, Sophie Bava

    https://www.ird.fr/neuf-conseillers-scientifiques-nommes-aupres-de-valerie-verdier

  • Direction de la communication et du partage de l’information (DCPI)

    La Direction de la communication et du partage de l’information a pour missions de rendre lisible et faire comprendre l’activité de l’IRD, faciliter l’échange et la constitution de communautés internes et externes, et favoriser la reconnaissance et la notoriété de l’Institut.

    Directrice : Anaïs Rieu

    Courriel : dcpi@ird.fr

    Organigramme de la DCPI

  • Mission de déontologie

    Référent intégrité scientifique (RIS)

    Olivier Bonato  Olivier Bonato est écologue à l’UMR PHIM, Plant Health Institute of Montpellier,  il est spécialisé dans la modélisation du fonctionnement des agrosystèmes et la maîtrise des risques phytosanitaires, ses agrosystèmes modèle sont le manioc, le maïs et la tomate. 

    Ses missions

    Le référent intégrité scientifique assiste le la PDG pour toute question relative à l’intégrité scientifique et à la gestion des situations de conflits d’intérêts dans le domaine de la recherche et de la valorisation :
    Il propose à la gouvernance une politique générale d’intégrité scientifique de l’Institut et s’assure de sa mise en œuvre.
    ► Exerce une veille sur la mise en œuvre d’une politique de l’intégrité scientifique par l’établissement.
    Met en place des dispositifs et procédures de prévention et de traitement des manquements à l’intégrité scientifique.
    ► Assure des actions de sensibilisation auprès des publics prioritaires, notamment au sein des unités de recherche.
    ► Apporte une réponse aux acteurs de la recherche sur le thématique de l’intégrité scientifique et recueille toutes les allégations de manquement présumé à l’intégrité.
    ► Met en place une médiation pour les situations de conflits liés aux activités de recherche qui lui sont signalées.
    Intervient au besoin devant les instances de l’IRD, en particulier le Conseil scientifique, le Comité consultatif éthique pour la recherche en partenariat (CCERP).
    Il est membre du Réseau national des référents intégrité scientifique (RESINT), animé par l’Office Français de l’intégrité scientifique (OFIS).

    Le code européen pour l’intégrité en recherche (ALLEA) ainsi que le Vade-mecum intégrité scientifique (HCERES) dressent une liste non exhaustive des méconduites ou manquements à l’intégrité scientifique que l’on peut séparer en deux types :

    • La fraude scientifique générique (FFP) constituée par la Fabrication de données, la Falsification de données, le Plagiat.
    • Les pratiques de recherche contestables, Questionable Reseach Pratices (QRP), caractérisées par des pratiques douteuses ou inappropriées sur les données, choix méthodologiques, la reproductibilité des résultats, les stratégies de publication éthiquement discutables, conflits d’intérêts non déclarés…

    Pour signaler un manquement, vous pouvez suivre les étapes suivantes :

    1 - Signalement au RIS
    2 - Examen de recevabilité
    3 - Saisine du RIS
    4 - Recueil des données, des remarques
    5 - Constitution d’un dossier
    6 - Conclusion et recommandations

    Pour toute question ou signalement relatifs aux manquements du respect des exigences de l’intégrité scientifique : ris@ird.fr

     

    Médiateur

    René Boutin René Boutin est membre de l’Institut Terre Environnement de Strasbourg. Il est titulaire d'un diplôme de Gestion des conflits, négociation et médiation » obtenu à l’Université de Paris V-René Descartes, il s’est impliqué dans la solution de conflits auprès de la médiatrice du CNRS et a mené une activité de médiation essentiellement dans le monde associatif. Il a été chargé de mission auprès de la médiatrice par le président du CNRS.

    Contact : mediateur@ird.fr

    Ses missions

    Le médiateur agit en cas de signalement ou de saisine d’une situation entrainant un différend ou des difficultés. Il peut être sollicité dans le cas :
    ► d’un différend, si après les démarches auprès des services et instances concernées, aucune réponse ou solution jugée satisfaisante par le requérant n’a été trouvée,
    ► de l’existence de difficultés relationnelles entre deux (ou plus) personnes au sein d’une structure.
    Il propose des modes de résolution, favorise par des entretiens confidentiels les liens, la prévention, le règlement de conflits. Il instruit les signalements et les saisines afin de favoriser le règlement des différends ou des difficultés.
    Il doit répondre aux exigences d’indépendance, de neutralité, d’impartialité, de loyauté et de confidentialité.

     

    Référent déontologie-lanceur d'alerte-laïcité

    Référente déontologue  Géraldine Bardy est diplômée de l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence. Elle a ensuite été admise au concours d’administrateur des services de l’Assemblée nationale, fonction qu’elle a exercée pendant près de vingt ans. Elle a par la suite occupé différents postes au sein des services législatifs de l’Assemblée, notamment au service de la séance, à la commission des affaires européennes et à la commission des lois.

    Ses missions de référente déontologie

    Le code général de la fonction publique prévoit que tout agent public a le droit de consulter un référent déontologue pour obtenir des conseils sur le respect de ses obligations et des principes déontologiques de la fonction publique (notamment dignité, impartialité, intégrité, probité, neutralité, prévention et gestion des conflits d’intérêts). Le référent déontologue est soumis au secret et à la discrétion professionnels. Ses échanges avec les agents sont donc totalement confidentiels.

    Le référent déontologue peut également être consulté par l’administration, par exemple sur les questions de cumul d’activités.

    Ses missions de référente lanceur d'alerte

    Le référent lanceur d’alerte est chargé de recevoir et de traiter les signalements des lanceurs d’alerte au sens de la loi du 9 décembre 2016 relative à la transparence (dite loi « Sapin II »). Il peut s’agir d’informations sur un crime, un délit, une menace ou un préjudice pour l’intérêt général, une violation des lois ou règlements. Dans ce cas également, des règles strictes de confidentialité s’imposent au référent.

    Ses missions de référente laïcité

    Le référent laïcité est en charge d’apporter des conseils sur la mise en œuvre  du principe de laïcité aux agents de l’IRD et à l’administration. Leurs demandes peuvent porter sur des situations individuelles ou bien être d’ordre général. Le référent a également une mission de sensibilisation et de diffusion de l’information relative au principe de laïcité.

    Contact : referent-deontologue@ird.fr

maladies infectieuses au Vietnam

© IRD / François Carlet-Soulages

Pôle Science

Le Pôle Science est animé par le directeur délégué à la Science. Les structures le composant soutiennent et mettent en œuvre la politique scientifique de l’Institut.

Départements scientifiques

Missions du pôle

  • Mission pour la science ouverte

    La Mission pour la Science Ouverte a pour rôle de coordonner la mise en oeuvre de la politique de science ouverte au sein de l’institut pour en assurer une approche pluridisciplinaire et transversale aux départements scientifiques et aux trois pôles de l’IRD. Sa mise en oeuvre s’appuie sur 3 axes :

    Axe 1 : Accès, capitalisation et diffusion des connaissances pour une science ouverte, durable et équitable. Il porte en premier lieu sur la définition de la feuille de route de l’IRD pour la science ouverte, son plan d’action et la promotion de la science ouverte en interne et vers nos partenaires. Cet axe sera coordonné et réalisé en s’appuyant sur l’IST de la MCST.

    Axe 2 : Construire l’écosystème numérique de demain qui vise à Importer et favoriser l'appropriation de nouvelles approches numériques pour la science. De manière concrète et afin de dialoguer et façonner ce nouvel écosystème, la mission travaille à la définition et au prototypage de l'écosystème numérique de demain. Elle démontrerera son intérêt sur la base d’un ou deux pilotes issus des besoins d’un projet émanant des PSIP.  Les travaux menés dans cet axe se feront en lien étroit avec le pôle Science, et la D-DUNI pour la mise en œuvre au sein de l’infrastructure numérique de l’IRD.

    Axe 3 : indicateurs de suivi et de pilotage pour éclairer les stratégies de l’institut. Cet axe contribue à la définition et à la conception des indicateurs qualitatifs et quantitatifs sur les objets numériques: bases de données, logiciels, algorithmes, dispositif d’acquisition, de diffusion et d’analyse issus de notre recherche. Il permet d’alimenter le volet numérique pour la science du tableau de bord de la gouvernance de l’institut. Les travaux menés dans cet axe seront menés avec les services et les directions des pôles Appui et Science, dont plus particulièrement la MAPS et la MEPR. Leurs résultats s’inscrivent dans un chantier institutionnel plus large qui vise à doter l’institut de tableaux d’indicateurs.

      Directeur : Jean-Christophe Desconnets

      Directeur adjoint : François Sabot

      Organigramme de la mission

    • Mission d’évaluation et de programmation de la recherche (MEPR)

      La mission d’évaluation et de programmation de la recherche (MEPR) a pour rôle d’une part d’organiser l’ensemble des processus d’évaluation scientifique au sein de l’Institut, et d’autre part de porter plusieurs dossiers stratégiques pour la gouvernance.

      Dans le cadre de l’évaluation, la mission assure la coordination des cinq commissions scientifiques spécialisées et de la commission de gestion de la recherche et de ses applications, instances essentielles pour l’évaluation, l’avancement et le recrutement des chercheurs de l’établissement. La mission contribue également à l’organisation de l’évaluation des unités de recherche et de service par le haut conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (Hcéres) ou coordonne directement celle des unités propres. Elle organise l’évaluation des laboratoires mixtes internationaux et des jeunes équipes associées.

      La mission porte ou contribue à des dossiers stratégiques de la gouvernance tels que l’éthique de la recherche, l’engagement international de l’Institut dans des partenariats équitables, l’égalité professionnelle, le label européen HR4SR, l’impact des recherches de l’Institut sur la société, les indicateurs d’activités de recherche.

      La mission assure également l’accompagnement d’instances comme le conseil scientifique, Ethique en commun, le comité d’éthique INRAE-Cirad-Ifremer-IRD, et le Comité d’éthique pour la recherche en partenariat de l’IRD.

      Directeur : Muriel Mambrini-Doudet

      Courriel : mepr@ird.fr

      Organigramme de la MEPR

    • Mission culture scientifique et technologique (MCST)

      Conformément à son Plan d’orientation stratégique (2016/2030), l’IRD se doit de renforcer les valeurs sociétale, économique et culturelle de la recherche pour le développement. Pour répondre à cet objectif, la Mission culture scientifique et technologique met en œuvre une politique de diffusion de l’information scientifique et du partage des savoirs avec la société tant en France que dans les pays partenaires du Sud.

      Directrice : Marie-Lise Sabrié

      Courriel : mcst@ird.fr

      Organigramme de la MCST

    • Mission Expertise

      La Mission Expertise vise à promouvoir la qualité et la diversité de l’expertise à l’IRD. Elle en coordonne le développement en relation avec les départements et services des Pôles Science, Développement et Appui.

      Directeur : Stéphane Raud

      Courriel : expertise@ird.fr

      Organigramme de la mission

    Ensablement de Sabria, Tunisie

    © IRD - IRA - Christian Lamontagne

    Ensablement de Sabria, Tunisie

    Pôle Développement, enjeux globaux et partenariats

    Le Pôle Développement, enjeux globaux et partenariats est animé par le directeur général délégué.

    Banc de vivaneaux, Faune sous-marine de la Réunion

    © IRD - Thomas Changeux

    Banc de vivaneaux, Faune sous-marine de la Réunion

    Pôle Appui à la recherche et au rayonnement scientifique international

    Le Pôle Appui à la recherche et au rayonnement scientifique international est animé par la secrétaire générale. Les structures le composant appuient la stratégie et la réalisation de missions de l’Institut, et supervisent les délégations régionales

    • Direction des Ressources Humaines (DRH)

      La Direction des Ressources Humaines a pour missions de proposer, élaborer et mettre en œuvre la politique de l’emploi conduite par l’IRD, le développement des compétences des agents, ainsi que la politique sociale de l’Institut.

      Directrice : Sabine Desclides

      Directrice adjointe : Nathalie Parisotto

      Courriel : drh@ird.fr

      Organigramme de la DRH

    • Direction des Finances (DF)

      La Direction des Finances contribue à la définition de la politique financière de l’Institut et en assure la mise en œuvre.

      Directeur : Léo Manivannane

      Directeur adjoint : Vincent Bousquet

      Courriel : df@ird.fr

      Organigramme de la DF

    • Direction des affaires juridiques (DAJ)

      La Direction des affaires juridiques assure pour l’ensemble de l’Institut une mission de conseil, d’expertise, de veille juridique ainsi que de défense de ses intérêts devant les juridictions.

      Directrice : Julie Margaillan

      Courriel : daj@ird.fr

      Organigramme de la DAJ

    • Direction pour le développement des usages numériques innovants (DDUNI)

      La Direction du Développement des Usages Numériques Innovants (DDUNI) est en charge de construire et de mettre en œuvre la stratégie numérique de l’IRD en collaboration avec les directions métiers de l’IRD. Elle s’assure de la mise en œuvre de la gouvernance du Schéma Directeur du Numérique et de ses projets. La DDUNI est en charge du bon fonctionnement du système d’information de l’institut. Elle assure la fourniture et la promotion de l’offre de services numériques de l’IRD auprès de ses usagers internes et externes. Enfin, la DDUNI collabore avec les partenaires de l’IRD (partenaires institutionnels Sud et Nord, bailleurs) pour le développement des outils numériques des pays du Sud.

      Directeur : Michel Labadie

      Directeur adjoint par intérim : Loïc Valognes

      Courriel : dduni@ird.fr

      Organigramme de la DDUNI

    • Mission qualité, santé, sécurité, environnement (MQSSE)

      La mission Qualité, santé, sécurité, environnement (MQSSE) définit et pilote la politique QSSE de l’établissement. Elle conçoit et met en œuvre des actions en faveur de la santé et de la sécurité des agents, de la Qualité au sein des unités de recherche et de la protection de l’Environnement. Elle anime et coordonne les réseaux d’acteurs concernés au sein de l’Institut.

      Responsable : François Trémège

      Organigramme de la MQSSE

    • Mission accompagnement au changement (MAC)

      La Mission accompagnement au changement a pour rôle d’accompagner les structures de l’IRD dans leurs évolutions (processus, gouvernance, outils et impacts humains). Différents chantiers lui sont confiés : nouvelles orientations stratégiques, réorganisation, déconcentration, évolution des réseaux des représentations et des régisseurs, modernisation et innovation des fonctions d’appui.

      Courriel : mac@ird.fr

      Organigramme de la MAC

    • Mission d’appui au partenariat et à la science (MAPS)

      La Mission d’appui au partenariat et à la science (MAPS) a pour objectif de créer les conditions d’un pilotage et d’une coordination des processus de décision et de suivi des moyens dédiés à la recherche. Positionnée au sein du Pôle Appui à la recherche et au rayonnement scientifique international, elle collabore, de manière étroite, avec les cinq départements scientifiques (DISCO, ECOBIO, OCEANS, SAS, SOC). Elle s’appuie sur une équipe aux compétences complémentaires permettant aux départements de bénéficier de l’accompagnement nécessaire à la prise de décision, à la mise en œuvre de leur politique scientifique, à la communication et à l’animation de leur collectif des directeurs.trices d’unités, ainsi qu’aux arbitrages des moyens humains et financiers.

      Au travers de chantiers transversaux, la MAPS coordonne, instruit et sécurise le fonctionnement des principaux dispositifs institutionnels de recherche en partenariat (programmes structurants interdisciplinaires et partenariaux - CoSav, Communautés de savoirs - LMI, groupements de recherche internationaux Sud - GDRI-Sud, jeunes équipes associées à l’IRD - JEAI) et participe à l’élaboration et le suivi des accords-cadres conclus avec les établissements de recherche de l’ESR français.

      Directeur : Franck Carenzi

      Courriel : maps@ird.fr

      Organigramme de la mission

    • Agence comptable principale (ACP)

      L’Agence comptable principale est chargée d’exécuter la liquidation, la prise en charge et le paiement des dépenses, ainsi que la prise en charge et le recouvrement des recettes de l’établissement, après avoir effectué les contrôles prévus par la réglementation de la comptabilité publique.

      Agent comptable principal : Philippe Pedro

      Adjointe : Muriel Sassi

      Courriel : agence-comptable@ird.fr

      Organigramme de l'agence comptable

    Périurbanisation à Koné

    © IRD

    Depuis les années 1990, la création d'un pôle urbain au nord a provoqué une forte augmentation de la population de Koné, en Nouvelle-Calédonie

    Représentations dans le monde

    Présent en France, auprès des organisations internationales et européennes à Bruxelles et surtout et avant tout, dans les régions intertropicales et l’espace méditerranéen, l'IRD s’appuie sur son réseau de représentations à l’étranger et en Outre-mer pour organiser ses collaborations : 

    Délégations régionales

    Chaque délégation mutualise, dans un ensemble de services, les moyens d’accompagnement de la recherche à destination des unités et structures de son périmètre.

    Kumawa, zone d'investigation des botanistes pour explorer les canopées et récolter des plantes

    © Jean-Marc Porte, Lengguru 2014

    Kumawa, zone d'investigation des botanistes pour explorer les canopées et récolter des plantes, Indonésie

    Structures et fonctions rattachées à la présidence

    • Mission générale de conseil et d’audit

      La Mission générale de conseil et d’audit exerce une activité de vérification, de contrôle et de conseil afin d’améliorer le fonctionnement et la performance de l’Institut.

       

    • Le fonctionnaire de sécurité de défense (FSD)

      Le fonctionnaire de sécurité de défense de l’IRD a une fonction de protection des intérêts fondamentaux pour la Nation, dans le périmètre d’activités de l’Institut. Dans ce cadre, il a la charge de protéger le patrimoine scientifique et technique de l’IRD, à savoir les connaissances et résultats de la recherche scientifique, ainsi que les technologies sensibles. Ce patrimoine est considéré comme un bien exclusif de la communauté nationale, dont l’opportunité de transfert à l’étranger doit être appréciée au regard des intérêts fondamentaux de la nation.

      Secrétaire générale : Bruno Sicard

      Courriel : fsd@ird.fr

    Instances et comités

     
    • Conseil d'administration

      Le conseil d'administration délibère sur :

      1. Les orientations, les programmes généraux de recherche et les mesures générales relatives à l'organisation et au fonctionnement de l'institut 
      2. Le budget et ses modifications, le compte financier 
      3. Le rapport annuel d'activité 
      4. Les emprunts 
      5. Les acquisitions, aliénations, échanges, locations, baux, constructions et grosses réparations d'immeubles 
      6. Les contrats et marchés 
      7. Les redevances et rémunérations de toute nature perçues par L'institut 
      8. Les dons et legs 
      9. La création de filiales, les prises, cessions ou extension de participations financières 
      10. La participation à des organismes dotés de la personnalité morale 
      11. La politique d'action sociale de l'institut 
      12. Les actions en justice, les transactions, ainsi que les recours à l'arbitrage.

      Le conseil d'administration se prononce en outre sur les questions qui lui sont soumises par sa présidente, la ministre chargée de la recherche et le ministre chargé de la coopération et du développement.

      En ce qui concerne les matières énumérées aux 5, 6, 7, 10 et 12, le conseil peut déléguer une partie de ses pouvoirs à sa présidente-directrice générale. Celle-ci rend compte au CA des décisions prises en vertu de cette délégation. 

       

      Composition du conseil d'administration

      Présidente
      • Valérie VERDIER
      Représentants des ministères 
      Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche
      • Yvan LAGADEUC  (titulaire) 
      • Camille GALAP (suppléant)
      • Anne PUECH (titulaire) - Cheffe du département de SSRI A1 - Secteur environnement, agronomie, écologie, sciences du système terre et de l'univers 
      • Pascale GARCIA (suppléante)
          Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères
          • Matthieu PEYRAUD (titulaire) - Directeur de la culture, de l’enseignement, de la recherche et du réseau –  DCERR/MEAE
          • Laurent TOULOUSE (suppléant) - Sous-directeur de l’enseignement supérieur et de la recherche – DCERR/ESR/MEAE
          • Clélia CHEVRIER KOLACKO (titulaire) - Directrice adjointe à la direction du développement - MEAE
          • Sophie VILLETTE (suppléante) - Sous-directrice à la direction du développement - MEAE
          Ministère de l'action et des comptes publics 
          • Agathe ROLLAND (titulaire) - Administratrice de l’État, cheffe du bureau de la recherche et de l’enseignement supérieur à la direction du budget
          • Caroline REUILLON (Suppléante) - Adjointe à la cheffe du bureau de la recherche et de l'enseignement supérieur à la direction du budget 
          Ministère des Outre-mer
          • Clément MEDEE (titulaire) - Adjoint à la chef du bureau de l’écologie, du logement, du développement et de l’aménagement durables à la direction générale des outre-mer
          • Marianna MONNEAU (suppléante) - Chargée de mission biodiversité (DGOM)
          Personnes qualifiées extérieures à l'IRD
          • Stéphane BLANC - Directeur de l’Institut d’écologie et environnement (INEE) – CNRS
          • Élisabeth CLAVERIE de SAINT MARTIN - Présidente directrice générale du CIRAD
          • Mohamed JALLUDIN - Directeur général du Centre d'étude et de recherche de Djibouti (CERD)
          • Thomas MELONIO - Directeur exécutif de l’Innovation, de la Recherche et des Savoirs à l’AFD
          • Jean-Marc OGIER - Président de l'Université de La Rochelle et coprésident du comité transition écologique et énergétique de la CPU
          • Patricia RICARD - Présidente de l'Institut océanographique Paul Ricard
          • Catherine RIS - Présidente de l’Université de Nouvelle-Calédonie
          • Anne-Lucie WACK - Directrice générale de l'institut Agro
          Représentants des personnels de l'Institut
          • Gil MAHE - SNCS-FSU, représentant le personnel chercheur
          • Raphaëlle CHEVRILLON-GUIBERT - SNCS-FSU, représentant le personnel chercheur
          • Fabienne CARTIEAUX - STREM-CFDT, représentant le personnel chercheur
          • Cécile BRENGUES - STREM-CFDT, représentant le personnel ingénieur-technicien
          • Chafika HEMRI SEFFANI - SNTRS-CGT, représentant le personnel ingénieur-technicien
          • Pedro VERGE DEPRE - FO-ESR, représentant le personnel ingénieur-technicien
      • Conseil scientifique

        Le conseil scientifique est l’instance de réflexion et de proposition de l’Institut en matière de politique scientifique. Il donne son avis sur les grandes orientations de la politique scientifique de l’Institut, les activités de valorisation, d’information et de formation ainsi que sur les principes communs d’évaluation des unités et des personnels de recherche.

        Il est consulté sur la création, la modification ou la suppression des départements scientifiques, des unités de recherche et des unités de service de l’institut ainsi que sur la nomination de leur directeur.

        Le Conseil scientifique se réunit au moins deux fois par an sur convocation de la Présidence de l'Institut.

        Les membres du conseil scientifique

        Pour le mandat 2021-2025, le nouveau conseil scientifique de l’IRD est constitué?Mandat du 8 février 2021 au 7 février 2025. Il est composé de membres nommé(e)s par nos ministères de tutelle (arrêté du 8 février 2021), sur proposition de la présidence de l'Institut, et de membres élu(e)s par les personnels de l’IRD (résultats de scrutin du 1er décembre 2020).

        Le 2 avril 2021, ses membres ont élu Francine NTOUMI et Laurent LAPLAZE respectivement comme Présidente et Vice-président du conseil scientifique de l’IRD.

        Les membres nommés

        • Claude BRAGARD, professeur à l’université catholique de Louvain (Belgique)
        • Evens EMMANUEL, professeur et vice-recteur à la recherche et à l’innovation de l’université Quisqueya de Port-au-Prince (Haïti)
        • Françoise GAILL, directrice de recherche émérite et conseillère scientifique au CNRS
        • Carolina GONZALEZ ALMARIO, cheffe de département à la corporation de recherche agricole AGROSAVIA (Colombie)
        • Lahoucine HANICH, professeur à l’université Cadi Ayyad de Marrakech (Maroc)
        • Myriam HARRY, professeure à l’université Paris-Sud
        • Ousmane KOITA, professeur à l’université des sciences, des techniques et des technologies de Bamako (Mali)
        • Jean-Paul LACLAU, directeur de département au CIRAD
        • Yves LASZLO, directeur d’enseignement et de recherche à l’École et l’Institut polytechnique de Paris
        • Gaël MAINGUY, directeur du développement et des relations internationales au Centre de recherches interdisciplinaires de Paris
        • Francine NTOUMI , présidente du conseil scientifique et enseignante-chercheure à l’université Marien Ngouabi de Brazzaville (République du Congo)
        • Oliver OLIVEROS, coordinateur au secrétariat du sommet sur les systèmes alimentaires de l’ONU à Nairobi (Kenya)
        • Sandrine PAILLARD, directrice du Paris Hub-CNRS à Future Earth
        • Christophe POINSSOT, directeur général délégué et directeur scientifique du BRGM
        • Clara ULRICH, directrice adjointe à la science de l’IFREMER

        Les membres élus 

        Collège A?Directeurs, directrices de recherche ou équivalent ; professeur(e)s des universités ou équivalent

        A1?Directeurs, directrices de recherche de l’IRD

        • Anna COHUET, directrice de recherche à l'IRD unité de recherche MIVEGEC équipe de recherche MoMA "Mosquito & Malaria"
          Génétique, biologie et interactions hôtes-parasites
        • Annabel DESGREES DU LOU, directrice de recherche à l'IRD unité de recherche CEPED, axe "Santé, genre et vulnérabilité au sud"
          Démographie, santé des populations
        • Isabelle GUERIN, directrice de recherche à l'IRD, unité de recherche CESSMA
          Economie, gestion
        • Laurent LAPLAZE, vice-président du conseil scientifique et directeur de recherche à l'IRD, unité de recherche DIADE, équipe CERES "Cereal Roots systems"
          Biologie moléculaire, biologie des systèmes

        A2?Personnels associés, d’un niveau équivalent à DR ou professeur(e)s des universités

        • Carmen GERVET, professeure à l'université de Montpellier, directrice de l'unité de recherche ESPACE-DEV
          Informatique, intelligence artificielle, aide à la décision
        • Michel GREGOIRE, directeur de recherche au CNRS, unité de recherche GET
          Géologie, pétrologie/géochimie des roches

        Collège B?Chargé(e)s de recherche ou équivalent, maîtres de conférence ou équivalent

        B1?Chargé(e)s de recherche de l’IRD

        • Stéphanie CARRIERE-BUCHSENSCHUTZ, directrice de recherche à l'IRD, unité de recherche SENS
          Ecologie, ethnoécologie
        • Raphaëlle CHEVRILLON-GUIBERT, chargée de recherche à l'IRD, unité de recherche PRODIG
          Sociologie, sciences politiques
        • Marine HERRMANN, directrice de recherche à l'IRD, unité de recherche LEGOS
          Océanographie, dynamique océanique dans les systèmes climatiques régionaux
        • Lama KABBANJI, chargée de recherche à l'IRD, unité de recherche CEPED, axe "Migration, pouvoir, développement"
          Démographie, migration

        B2?Personnels associés, d’un niveau équivalent à CR ou maitres de conférence

        • Gaël ALORY, physicien adjoint, CNAP, unité de recherche LEGOS
          Océanographie physique
        • Marie-Hélène SA VILAS BOAS, maîtresse de conférence à l'université Côte d'Azur
          Sciences politiques

        Collège C?Ingénieur(e)s, personnels techniques et administratif de l’IRD et personnels associés d’autres établissements

        • Anne LEBOURGES-DHAUSSY, ingénieure de recherche à l'IRD, unité de recherche LEMAR
          Acoustique écosystémique
        • Marie ROSSIGNOL, ingénieure d'étude à l'IRD, unité de recherche MIVEGEC
          Biologie des vecteurs de maladies humaines
        • Pascale TALAMOND, ingénieure d'étude à l'IRD, unité de recherche ISE-M
          Chimie de la biologie

      • Conseil d’orientation stratégique

        Le conseil d’orientation stratégique (COS) de l’IRD est désormais constitué. Créé par décret n°2014-1441 du 3 décembre 2014, dans le cadre d’une évolution des statuts de l’Institut, il est chargé d’organiser la concertation entre l’institut et ses partenaires des régions dans lesquelles il intervient.

        Retrouvez la composition complète du COS 2021-2023

        • Mame-Penda BaProfesseure agrégée en science politique à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis (Sénégal). Pr. BA  a été conseillère spéciale du Recteur et Directrice-adjointe de l’UFR Droit et science politique. Elle dirige le Laboratoire de recherche sur les sociétés et les pouvoirs Afrique / Diaspora (LASPAD / www.laspad.org) et est la Secrétaire Executive de l'African Studies Association for Africa (ASAA, http://as-aa.org/). Elle est membre de plusieurs réseaux de recherche internationaux et ses travaux couvrent la sociologie du religieux, l'analyse de l'action publique (Éducation, Santé, Genre, Décentralisation, Sécurité) ainsi les recompositions de l'Etat en Afrique.

         

        • Fenton Beed  a obtenu en 1993 son doctorat en pathologie végétale à l'University College London. Entre 1994 et 2000, il a travaillé comme chercheur principal à l'université de Nottingham, tout en étant consultant expert auprès de l'ADAS (service de vulgarisation du gouvernement britannique) sur des projets financés par l'industrie et le ministère de l'agriculture du Royaume-Uni. Entre 2000 et 2014, il a travaillé à travers l'Afrique subsaharienne pour l'IITA (Centre CGIAR) en tant que phytopathologiste principal, basé au Bénin, en Ouganda puis en Tanzanie. Il a également fait partie du Conseil de recherche pour le développement de l'IITA afin de contribuer aux plans stratégiques et aux décisions d'investissement et de collaborer avec le conseil d'administration et les principaux donateurs. De 2014 à 2017, Fenton a travaillé en tant que directeur régional pour l'Asie de l'Est et du Sud-Est et l'Océanie pour le Centre mondial des légumes, basé en Thaïlande. Il a rejoint la FAO en janvier 2018 en tant que chef d'équipe pour les systèmes de culture et de mécanisation en milieu rural et urbain, qui se concentre sur la production végétale durable.

         

        • Gilles Bœuf est conseiller scientifique pour les sciences de la vie et de la nature, du climat, et de l’océan au cabinet de la ministre de l’Écologie du Développement durable et de l’Énergie. Professeur à l'université Pierre et Marie Curie (UPMC), spécialiste de physiologie environnementale et de biodiversité, il a été président du Muséum national d'Histoire naturelle (MNHM), à Paris, de 2009 à 2015. Auparavant, il a travaillé vingt ans à l'IFREMER, il a ensuite été directeur durant six ans de l'Observatoire océanologique de Banyuls, puis directeur pendant quatre ans de l'unité Modèles en biologie cellulaire et évolutive (CNRS-UPMC).
           
        • Yvonne Bonzi-Coulibaly est titulaire d’une thèse de doctorat en chimie organique soutenue en 1987 à l'Université de Strasbourg en France.  Elle est actuellement professeur de chimie à l'Université Ouaga I Pr Joseph Ki-Zerbo et responsable du Laboratoire de chimie analytique, environnementale et bio-organique. Elle a été directrice du Centre d'études de l'environnement (2004-2007) et directrice de la recherche (2008-2013) à l'Université Ouaga I Pr Joseph Ki-Zerbo. Elle a été lauréate de l'édition 2013 du prix Kwamé N'krumah de l'Union africaine récompensant les femmes scientifiques, pour ses succès en recherches fondamentales, technologiques et de l'innovation. Elle est membre de l’Académie nationale des Sciences, des Arts et des Lettres du Burkina Faso.
           
        • Elisabeth Claverie de Saint Martin Directrice Générale Déléguée Recherche et Stratégie du CIRAD depuis 2018, elle est une spécialiste des questions de développement. Elle a notamment été en poste à Washington, au bureau français auprès de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international et a été directrice adjointe du développement durable au ministère des affaires étrangères, à Paris. Elle a également développé une expertise sur les affaires européennes, à Bruxelles, à Paris et Madrid où elle a exercé auprès du secrétariat général pour les affaires européennes espagnol. Elle est ancienne élève de l’École Normale Supérieure de Saclay (économie) et de l’Ecole Nationale d’Administration (ENA). Elle est également diplômée de Science Po Paris, agrégée d’économie et agrégée de sciences sociales.

         

        • Etienne Duveiller Etienne Duveiller est Directeur de Recherche pour le Développement à AfricaRice. Il débute sa carrière en Bolivie et au Burundi, et acquiert une vaste expérience de recherche internationale en phytopathologie du blé et du riz. Agronome de l’Université catholique de Louvain (UCL), diplômé de l’institut des pays en Development (1981), il obtient son doctorat à l‘UCL (1992). Avant de rejoindre AfricaRice comme DDG/DR4D (2016), il travaille au CIMMYT (1987-2016) à Mexico, au Nepal et en Inde. Directeur Adjoint du Programme Blé (2009), il devient Directeur de recherche pour l’Asie Sud en 2012.

         

        • Erica Key Directrice Exécutive du Belmont Forum (Etats-Unis)

        .

        • Gilles KLEITZ (PhD) travaille depuis 30 ans sur les liens entre conservation de la biodiversité et développement durable. Il a conduit des projets et politiques de la biodiversité dans plusieurs pays étrangers et en France, pour l’administration, pour des organisations non gouvernementales, et à l’Agence Française de Développement. Il a été conseiller de plusieurs ministres en France dans le secteur de l’environnement, ainsi que pour l’aide au développement. Il a participé à de nombreuses négociations internationales. Il a été directeur du parc national en Guyane française. Il est Ingénieur général des ponts, des eaux et forêts, docteur en sciences politiques, chevalier de la légion d’honneur. Il est actuellement directeur de la transition écologique et naturelle (Agriculture, Eau, Biodiversité, Forêts, Océan) à l’Agence Française de Développement.

         

        • Hervé Ladsous a été nommé en septembre 2011 Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix de l’ONU. Diplomate français, également diplômé de l’Ecole nationale des langues orientales, Hervé Ladsous est un spécialiste du continent asiatique. Il a occupé plusieurs postes au sein du Ministère des affaires étrangères de la France, après y être entré en 1971. Il a notamment été ambassadeur de France à Jakarta (Indonésie) de 2001 à 2003 et à Pékin, de 2006 à 2010. Il a également occupé des fonctions auprès des Nations Unies à Genève et à New York. Il est ensuite nommé au poste de Directeur de cabinet du Ministre des affaires étrangères, de 2010 à 2011. 
           
        • Fabiola Leon-Velarde, biologiste avec un DSc. en sciences (physiologie) de l'Université Peruana Cayetano Heredia (UPCH). Professeur du Département des sciences biologiques et physiologiques, Faculté des sciences de l'UPCH). Production scientifique principalement en physiologie d'adaptation à haute altitude avec plus de 170 titres. Président du Conseil national de la science et de la technologie du Pérou (Concytec) de juillet 2017 à 2020. Recteur de l'UPCH de 2008 à juin 2017, et vice-recteur de la recherche de 2004 à 2008. Membre du conseil d'administration, du Centre Péruvien de planification stratégique (CEPLAN).

         

        • Valérie Masson-Delmotte est directeure de recherches CEA au Laboratoire des Sciences du Climat et de l'Environnement (Université Paris Saclay). Elle a été co-présidente du groupe de travail I du Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (le GIEC) qui porte sur les bases physiques du changement climatique (6ème cycle d'évaluation, 2015-2022).

         

        • Yvonne Mburu est scientifique et fondatrice de Nexakili, un réseau de professionnels de la santé et de scientifiques africains. Docteure en immunologie, ses recherches académiques à l’Institut Curie et à l’Université de Pittsburgh ont porté sur l'immunothérapie du cancer. Aujourd’hui, ses travaux couvrent également les systèmes et les politiques de santé, avec un intérêt clé pour l'intégration de technologies de pointe afin d’accélérer la disponibilité de la médecine innovante, notamment en Afrique. Depuis 2017, elle siège au Conseil présidentiel pour l'Afrique créé par le président français Emmanuel Macron pour éclairer sa politique en direction d’Afrique. Elle est fréquemment consultée sur la santé en Afrique par les autorités gouvernementales, les thinktanks ou des organismes internationaux. En outre, elle est lauréate du Next Einstein Forum, du Tutu Fellowship, et elle est cofondatrice et Young Leader de la French-African Foundation.

         

        • Ngô Bao Châu est professeur en mathématiques à l’Université de Chicago depuis 2010 et est un des quatre lauréats de la médaille Fields 2010. Il a été pendant presque dix ans chercheur CNRS au laboratoire de mathématiques (LAGA) de l’université Paris-Nord. Il a ensuite été professeur à l’université Paris-Sud puis détaché en 2007 à l'Institute for Advanced Study de l'université de Princeton. Depuis 2011, il est également directeur scientifique du Vietnam Institute for Advanced Study in Mathematics .
           
        • Silvia Restrepo est vice-présidente recherche à l’Université des Andes à Bogota, et professeur en biologie végétale. Elle est directrice du laboratoire de Mycologie et de pathologie végétale au sein de l’Université des Andes et a travaillé, ces vingt dernières années, sur les pathologies végétales et la lutte contre ces pathologies. Elle est membre de l’Académie colombienne des sciences et Chevalier de l'Ordre du Mérite.
           
        • Michel Spiro, Directeur de Recherche émérite, Président de IUPAP (International Union for Pure and Applied Physics), & Society, Président du Board de la Fondation CERN. Ses premières recherches en physique des particules le conduisent à participer à la découverte des bosons intermédiaires W et Z (expérience UA1). Il se dirige ensuite vers l'étude des particules en provenance du cosmos en participant à l'expérience Gallex de détection des neutrinos solaires et, comme porte-parole, à l'expérience de recherche d'objets sombres (E ros). Il a été président du comité scientifique des expériences auprès du LEP (Grand collisionneur électron-positon du Cern) de 1998 à 2001 avant de devenir en 2002, chef du Dapnia, département d’Astrophysique, de physique des Particules, de physique Nucléaire et d’Instrumentation Associée au CEA, puis directeur de l'IN2P3 (Institut National de Physique Nucléaire et de Physique des Particules) au CNRS et Délégué scientifique français au Conseil du Cern depuis 2003 jusqu’à fin 2009.
          Il est chevalier de la légion d’honneur et officier de l’ordre du mérite et Docteur Honoris Causa de JINR Doubna.

         

        • François Taddei est polytechnicien, docteur en génétique et directeur de recherche à l'INSERM. Il a reçu de nombreux prix scientifiques, notamment en recherche fondamentale et en innovations éducatives. Spécialiste reconnu de l'évolution, il milite pour des approches interdisciplinaires tant dans la recherche que dans l’éducation. Il a co-créé le CRI à Paris pour explorer et promouvoir de nouvelles manières d’apprendre, d’enseigner, et de faire de la recherche. Chevalier de l’Ordre des Palmes Académiques et  de celui des Arts et des Lettres, il est Docteur Honoris Causa de l’UC Louvain.

         

      • Commissions scientifiques sectorielles (CSS) et commission de gestion de la recherche et de ses applications (CGRA)

        Missions

        Elles évaluent les personnels et activités scientifiques de l’Institut dans leur domaine de compétence. Elles contribuent à la réflexion du conseil scientifique sur la politique scientifique de l’Institut.

        Constitution et fonctionnement

        Au nombre de cinq, ces instances consultatives scientifiques ont été constituées par secteur de la recherche.

        Au nombre de cinq commissions sectorielles, ces instances consultatives scientifiques ont été constituées par secteur de la recherche (CSS). Une commission supplémentaire est spécifiquement dédiée à la gestion de la recherche et de ses applications (CGRA).

        Les commissions sont composées chacune de 26 membres. Les membres sont pour moitié extérieurs à l’établissement et nommés par le président-directeur général et pour moitié élus par les personnels de l’IRD et par les personnels associés aux activités de l’Institut. Leur mandat est de quatre ans.

        Elles se réunissent au moins deux fois par an sur convocation du président-directeur général de l'Institut.

        Elles sont dotées d'un règlement intérieur définissant le cadre général de leur activité et imposant la déclaration et la gestion des liens d'intérêts pour chaque processus d'évaluation.

        L’ensemble des réunions des commissions et leurs travaux en tant qu’instances scientifiques, est coordonné et accompagné par la Mission d’évaluation et de programmation de la recherche (MEPR)

      • Comité consultatif éthique pour la recherche en partenariat (CCERP)

        Le Comité Consultatif Ethique pour la Recherche en Partenariat (CCERP) est l’instance de réflexion éthique et d’examen éthique des projets de recherche à l’IRD.

        Si la recherche pour le développement a la particularité d’être une recherche en coopération avec les pays du Sud, celle-ci doit se faire selon les principes de justice et d’équité. Le Comité consultatif éthique pour la recherche en partenariat (CCERP) a été créé par la délibération du Conseil d’administration du 29 juin 2018. Il succède au Comité consultatif de déontologie et d’éthique, crée par la décision du 15 avril 2013.

        Le CCERP est une instance rattachée administrativement à l’IRD mais qui reste néanmoins indépendante quant à ses décisions.

        Missions

        Le CCERP développe une réflexion éthique sur la recherche pour le développement et le partenariat scientifique. Le cas échéant, cette réflexion peut être menée en lien avec les autres instances éthiques nationales et internationales, notamment avec le Comité consultatif commun d’éthique INRAE-Cirad-Ifremer-IRD. Les instances de la gouvernance de l’IRD ont la possibilité de saisir le CCERP sur une question éthique. Le Comité peut également s’autosaisir de toute question éthique qu’il juge pertinente. 

        Le CCERP a pour mission principale d’examiner d’un point de vue éthique les protocoles de recherche des unités labellisées IRD ou ayant conventionné avec l’IRD. Le CCERP se met à disposition de tout porteur de projet de recherche en sciences du vivant, sciences humaines et sociales ou sciences exactes. L’avis émis est consultatif.

        L’Initiative d’équité en recherche

        Le CCERP soutient la mise en œuvre de l’Initiative d’équité en recherche (Research Fairness Initiative, RFI) au sein de l’Institut. La mission première de l’IRD et de son réseau à l’étranger et dans les Outre-mer est de contribuer, par la recherche, à l’émergence, au renforcement et à l’autonomisation de communautés scientifiques et de systèmes d’enseignement supérieur et de recherche dans les pays partenaires. La RFI, vivement soutenue par le CCERP, apparait ainsi comme une sauvegarde supplémentaire pour garantir l’équité des partenariats. 

        Composition du CCERP

        Le comité est composé de neuf membres, nommés par le  Président directeur (PDG), sur proposition pour trois tiers respectifs du Président du Conseil Scientifique, du Président du Conseil d’orientation stratégique et du PDG de l’IRD. L’IRD veille à un équilibre femmes/hommes et Nord/Sud parmi les membres du Comité. Le CCERP est composé de membres dont les champs thématiques et les compétences disciplinaires sont complémentaires et requis pour évaluer éthiquement les projets de recherche relevant de l’IRD. Cette composition reflète un pluralisme dans les représentations culturelles et conceptions éthiques. 

        • Achille MASSOUGBODJI, président du CCERP, professeur de parasitologie et de mycologie à la Faculté des Sciences de la Santé à l’Université d’Abomey Calavi, Bénin ;
        • Marie-Geneviève PINSART, vice-présidente du CCERP, professeure de philosophie et d’éthique à l’Université libre de Bruxelles, Centre de philosophie (Pôle de recherche en éthique appliquée – PREA), membre du comité d’éthique en commun INRAE-Cirad-Ifremer-IRD;
        • Isabella ANNESI-MAESANO, professeure d’épidémiologie environnementale, directrice de recherche à l’Inserm, directrice adjointe de l’Institut Desbret d’épidémiologie et de santé publique (IDESP) ;
        • Rigas ARVANITIS, sociologue, directeur de recherche à l’IRD, directeur du Centre population et développement (UMR CEPED) ;
        • Bruno HAMELIN, professeur émérite à Aix-Marseille Université, Centre européen de recherche et d’enseignement des géosciences de l’environnement (UMR CEREGE) ;
        • Daouda KONE, professeur en physiologie végétale, directeur du département du renforcement des capacités, West African Science Service Centre on Climate Change and Adapted Land Use (WASCAL), Côte d’Ivoire ;
        • Claire LAJAUNIE, juriste de droit public, chercheuse en droit de l’environnement, Inserm, Laboratoire Population Environnement Développement (UMR LPED) ;
        • Marie-Noëlle NDJIONDJOP, cheffe de l’unité des ressources génétiques et gestionnaire du Centre de biodiversité du riz pour l’Afrique au Centre du riz pour l’Afrique, Côte d’Ivoire ;
        • Odile OUWE MISSI OUKEM BOYER, immunologiste, présidente de la Cameroon Bioethics Initiative (CAMBIN), Experte technique internationale au Cambodge/Expertise France.

         

        Demande d’examen éthique d’un projet de recherche

        Le porteur d’un projet de recherche peut saisir le CCERP dans le cas d’une demande d’examen éthique du projet. La saisine doit être effectuée préalablement à la mise en œuvre du projet de recherche.

        Le dossier du projet de recherche doit être soumis complet à la Mission d’évaluation et Programmation de la Recherche (MEPR) de l’IRD, conformément à la grille de recevabilité des dossiers de soumission au CCERP. Il est adressé au plus tard 30 jours avant la date de la réunion à laquelle il est souhaité que le projet soit examiné.

        Coordinatrice du CCERP : Ghislaine THIRION

        Position du CCERP sur la réalisation des projets de recherche en temps de crise sanitaire

         

      • Comité éthique en commun INRAE-Cirad-Ifremer-IRD

        Le Comité consultatif commun d’éthique Inra-Cirad a été créé en 2007 et étendu à l’Ifremer en 2016 puis à l’IRD en 2019 pour devenir le C3E4. Il est aujourd'hui le Comité éthique en commun INRAE-Cirad-Ifremer-IRD. Ce comité a une mission de réflexion, de conseil, de sensibilisation et, au besoin, d’alerte.

        Le rapprochement des quatre organismes au sein d’un même comité s’explique par le partage de nombreux enjeux de la politique scientifique, ainsi qu’en témoigne notamment leur participation commune à l’alliance AllEnvi (Alliance nationale de recherche pour l’environnement). Ce comité examine les questions éthiques que peuvent soulever l’activité et le processus de recherches, en France et à l’étranger, dans les domaines de l’alimentation, l’agriculture, la mer, l’environnement et le développement durable, en particulier, celles qui intéressent les relations entre sciences et société. Ainsi, un tel rapprochement permet de mutualiser les questions éthiques transversales et d’élaborer une vision partagée des enjeux à la fois mondiaux et nationaux.

        La réflexion du Comité éthique en commun est complémentaire de celle apportée par le CCERP, dont la mission principale est l’examen éthique des projets de recherche.

        Composition du Comité éthique en commun INRAE-Cirad-Ifremer-IRD

        Le comité comprend 14 membres, nommés par décision conjointe des PDG des quatre organismes.

         

        • Michel BADRÉ, président du Comité, ingénieur, ancien président de l’Autorité environnementale (2009-2014), ancien membre (2015 - 2021) et vice-président (2018-2021) du Conseil économique, social et environnemental (CESE) au titre du groupe des associations environnementale. Membre du Comité consultatif national d’éthique (CCNE). Président de la Commission « orientations » du plan de gestion des matières et déchets radioactifs.
        • Bernadette BENSAUDE-VINCENT, vice-présidente du Comité, professeure émérite de philosophie des sciences et des techniques à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et membre de l’Académie des technologies. 
        • Madeleine AKRICH, directrice de recherche à l’École des Mines de Paris (Centre de sociologie de l'innovation) ; ingénieur de l’École des Mines de Paris. Docteur en socio-économie de l’innovation.
        • Catherine BOYEN, directrice de recherche au CNRS ; directrice de la Station biologique de Roscoff (Centre de recherche et d’enseignement en biologie et écologie marines). Docteur en biologie végétale.
        • Bernard BRET, géographe, spécialiste de l’Amérique latine et plus particulièrement du Brésil. Ancien professeur à l’Université de Lyon III.
        • Denis COUVET, président de la Fondation pour la recherche sur la biodiversité ; professeur au Muséum national d’Histoire Naturelle ; professeur associé à l’Université de Lausanne et à Sciences-po Paris.Ingénieur agronome, docteur en Sciences de l’évolution et écologie.
        • Mireille DOSSO, directrice de l’Institut Pasteur de Côte d’Ivoire ; professeur de microbiologie.Docteur en microbiologie et en biologie humaine.
        • Mark HUNYADI, professeur de philosophie sociale et politique à l'Université catholique de Louvain ; professeur associé à l'Institut des Mines-Télécom Paris et à l'EHESS ; membre du Comité éthique d'Orange ; membre du Comité d'orientation et du Comité de pilotage du Forum Vies Mobiles. Docteur en philosophie.
        • Paula MARTINHO DA SILVA, avocate spécialisée en propriété intellectuelle et sciences de la vie. Membre du Comité International de Bioéthique (UNESCO), membre du Comité d'éthique de la Fondation Champalimaud et du centre hospitalier universitaire de Lisbonne Centre.
        • Marie-Geneviève PINSART, philosophe, professeure à l’Université libre de Bruxelles, pôle de recherche en éthique appliquée ; membre du Comité consultatif d’éthique pour la recherche en partenariat (CCERP) de l’IRD.
        • Pere PUIGDOMENECH, professeur de recherche au Conseil supérieur de la recherche scientifique (CSIC) au sein de l’Institut de biologie moléculaire de Barcelone. Docteur en sciences biologiques, spécialisé en biologie moléculaire des plantes.
        • Ricardo SERRÃO SANTOS, professeur à l'Université des Açores. Membre permanent de l’Académie Portugaise des Sciences et membre émérite de l’Académie Portugaise de la Marine. Ancien pro-recteur à l’Université des Açores, et président de IMAR (Institut interuniversitaire de recherche marine) au Portugal. Ancien député au Parlement Européen et Ministre de la Mer. Docteur en biologie animale et écologie.
        • Youba SOKONA, vice-Président du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) ; membre de l’Académie africaine des sciences ; coordinateur de African Climate Policy Centre (ACPC). Professeur dans le domaine de l'eau, de l’énergie, de l’environnement et du développement durable.
        • Laurent THÉVENOT, économiste et sociologue. Directeur d'études à l’EHESS (Chaire : Sociologie pragmatique de la politique et de la morale), membre du centre Georg Simmel, et membre de l’Académie d’Agriculture de France. Ingénieur de l’École Polytechnique et ENSAE.

         

        Secrétariat commun du Comité éthique en commun INRAE-Cirad-Ifremer-IRD

        Le secrétariat du comité est assuré conjointement  par les 4 organismes, le support administratif étant assuré par l’INRAE.

        • INRAE Christine CHARLOT, secrétaire générale et Claire LURIN
        • CIRAD : Marie DE LATTRE-GASQUET
        • IFREMER : Marianne ALUNNO-BRUSCIA
        • IRD : Ghislaine THIRION
      • Commissions administratives paritaires (CAP) et commission consultative paritaire des agents contractuels (CCP)

        Les commissions administratives paritaires (CAP) et la commission consultative paritaire des agents contractuels (CCP) ont vocation à examiner les situations individuelles des agents.

      • Conseils de représentation (CR)

        Des instances de proximité permettent de représenter les agents dans les délégations régionales et en outre-mer (CTS et/ou CHSCTS) ainsi qu’à l’étranger : les conseils de représentation (CR).