Mis à jour le 13/10/20

La délégation régionale Occitanie s’appuie sur la pluridisciplinarité de ses équipes de recherche du Nord et du Sud autour de 6 priorités définies par l’Institut : lutte contre la pauvreté, migrations, maladies émergentes, changements climatiques et aléas naturels, accès à l'eau et écosystèmes. Ces priorités sont articulées autour de 5 axes de recherche, partagés entre les 26 unités de recherche en Occitanie et 3 unités de recherche associées.

Sécheresse au Sahel

© IRD - Daina Rechner

Sécheresse au Sahel

1- Comprendre les changements globaux, anticiper les risques et les aléas

Les équipes de recherche de l’IRD regroupées au sein du département « Dynamiques internes et de surface des continents » (DISCO) étudient le fonctionnement du système Terre à travers ses dynamiques physiques et biogéochimiques, soumises aux changements globaux (climatique, économiques, démographiques). Les travaux de recherche s’articulent en deux grands axes structurants : l’un autour de l’observation et de la modélisation des milieux physiques continentaux, et l’autre centré sur les interactions entre évolutions des milieux physiques et dynamiques socio-économiques. Les objectifs scientifiques sont la compréhension des changements globaux, et en premier lieu du changement climatique, la quantification des aléas, la réduction des risques pour les populations, et la prospection de nouvelles ressources.

Les unités impliquées :

FOCUS : Comment le goutte à goutte transforme les sociétés ?

Économies d’eau, réduction de la pauvreté ou modernisation agricole... l’irrigation par goutte à goutte est créditée d’effets bénéfiques pour les agriculteurs des pays émergents et en développement. L’ouvrage Drip Irrigation for Agriculture aborde ce procédé comme un phénomène socio-technique. Au-delà des réussites ou des désillusions des utilisateurs et de la transformation des systèmes agricoles, cette technologie a des répercussions sur l’organisation même des sociétés comme le montrent les études de cas en Afrique subsaharienne, Méditerranée, Amérique latine et Asie du Sud.

Contact : UMR G-EAU

Forêt de Guyane

© IRD - Daniel Sabatier

Forêt de Guyane

2- Préserver la biodiversité

Les questionnements scientifiques menés par le département Écologie, biodiversité et fonctionnement des écosystèmes continentaux (Ecobio) portent essentiellement sur le rôle des milieux et des organismes vivants et de leurs interactions dans :

  • le fonctionnement des écosystèmes continentaux et des services qu’ils rendent aux sociétés ;
  • l’adaptation des écosystèmes continentaux aux changements globaux ;
  • la préservation de la diversité ;
  • leur résilience face aux changements globaux et démographiques ;
  • les relations entre les systèmes continentaux et la machinerie climatique.

Les unités impliquées :

FOCUS : Des arbres témoins du passé amérindien ?

Contrairement à une idée reçue, les forêts amazoniennes dites « vierges » ne le sont pas ! Elles ont été modifées par les Hommes. Preuve a été faite grâce à l’analyse de données du réseau international Amazon Tree Diversity Network. 85 espèces d’arbres utilisées par les popula-tions précolombiennes dominent de larges surfaces forestières actuelles et en particulier à proximité des sites archéologiques connus. Les scientifiques suggèrent de préserver des populations sauvages de ces espèces domestiquées avant 1492 et encore vitales pour les amazoniens.

Contact : UMR AMAP

Récif - étoile de mer au Vanuatu

© IRD - Pascal Dumas

Récif - étoile de mer au Vanuatu

3- Gérer durablement les ressources océaniques

Le département Océans, climat et ressources (OCEANS) réunit les océanographes de l’IRD dans leur diversité disciplinaire : physiciens, chimistes, biogéochimistes, biologistes, écologues, halieutes... L’enjeu de ces recherches est de comprendre en quoi les changements physiques et écologiques de l’océan impactent particulièrement les populations de la zone intertropicale.

Les unités impliquées :

FOCUS : Oxygène dans l’océan : du producteur au consommateur

Dans l’océan, des zones peu profondes « de minimum d’oxygène » ne sont guère propices à la vie car le taux d’oxygène dissous y est entre 100 et un million de fois plus faible que dans la couche superficielle. Or, lors de récentes campagnes océanographiques, les scientifiques y ont détecté des microorganismes chlorophylliens produisant la molécule vitale. Mais du fait que leurs voisines, des bactéries aérobies, consomment directement l’oxygène produit, ce cycle local était passé inaperçu. Cette découverte bouleverse la vision de ces zones finalement pas aussi inactives que prévu !

Contact : UMR LEGOS

Prélèvements sanguins Guinée

© IRD - Alain Tendero

Prélèvements sanguins en Guinée

4- Améliorer la santé des populations

Dans le cadre des grands enjeux de santé inscrits dans les objectifs pour le développement durable, les unités de recherche du département Santé et Sociétés (SAS) contribuent à l’amélioration de la santé des populations du Sud. Les travaux menés associent deux aspects complémentaires de la recherche : l’amélioration des connaissances et la réalisation de projets de recherche d’une part ; l’intervention ou la recherche opérationnelle ayant un impact direct pour les populations et soutenant les programmes de lutte d’autre part. Une approche pluridisciplinaire, associant sciences biomédicales et sciences humaines et sociales, est privilégiée.

Les unités impliquées :

FOCUS : Un cancer singulier au Pérou

Contrairement à ce qui était scientifiquement décrit dans le reste du monde, les patients péruviens affectés par le carcinome hépatocellulaire sont plus jeunes. Des chercheurs de l’IRD, de l’Institut Pasteur et de l’INRAe ont décrit les caractéristiques cliniques et physiopathologiques - jusqu’alors inconnues - de ce cancer du foie. En partenariat avec des médecins de l’Institut national du cancer au Pérou, ils ont caractérisé un spectre de mutations qui conforme au niveau moléculaire la spécificité de cette forme cancéreuse.

Contact : UMR PHARMADEV

Valorisation produit terroir Tunisie

© IRD - Christian Lamontagne

Valorisation des produits du terroir en Tunisie

5- Comprendre les sociétés de l’espace tropical et méditerranéen

Comprendre les sociétés contemporaines de l’espace tropical et méditerranéen en privilégiant l’analyse des dynamiques, des mutations, des adaptations et des résistances qui les traversent et les animent constitue le principal objectif du département Sociétés et Mondialisation (SOC). Les recherches menées abordent les enjeux de société de façon interdisciplinaire avec pour ambition d’en montrer les implications et la pertinence à la fois pour les pays dits «du Sud» et ceux du Nord. Elles ont en commun un souci de compréhension des dynamiques des sociétés dans leur diversité, une connaissance approfondie des terrains et une approche à différentes échelles.

Les unités impliquées :

FOCUS : Lutter contre le paludisme transfrontalier

La transmission du paludisme dans les zones transfrontalières est considérée comme un obstacle majeur à l’élimination de cette maladie. La zone d’interface guyano-brésilienne abrite une circulation importante de plusieurs espèces de parasites, favorisant ainsi le maintien de la maladie au sein de populations autochtones vulnérables et/ou mobiles. Le soutien de la Fondation Bill et Melinda Gates au projet Fighting Malaria va permettre de construire une base de données harmonisées entre le Brésil et la Guyane française afin de mettre cette zone sous-surveillance.

Contact : UMR ESPACE-DEV