Sommaire

Rencontre avec un chercheur du Samedi  21 0ctobre à 10h à la Médiathèque de l'Institut Français de Madagascar. 

© IRD Madagascar

Les arbres représentent les structures vivantes les plus vieilles de notre monde. Notre doyen est un pin rabougri âgé de près de 6000 ans, qui vit dans un milieu difficile à plus de 3000 mètres d'altitude. Les traces fossiles nous indiquent l'émergence de structures arborescentes il y a plus de 350 millions, qui ont évolué pour former les arbres tels qu'on les connait aujourd'hui. Mais l'arbre n'est pas seulement un marqueur du temps qui passe ; il nous indique comment il passe, avec ses changements climatiques et les évènements qui le jalonnent. De plus, l'arbre vit souvent en groupes, constituant des écosystèmes forestiers aux propriétés particulières, à la fois sur le plan écologique et comme fournisseurs de ressources pour l'Homme et les sociétés qui en dépendent. Il s'ensuit des cycles de développement des peuplements et d'usages de la forêt où, là encore, la gestion du temps prend une place prépondérante. Cette conférence invite à une petite escapade ludique au fil du temps, un peu à la manière des scénettes du cinéma muet, avec pour guides les arbres et les forêts. Nous illustrerons cette diversité dans le façonnage des cycles temporels d'usages de la forêt à partir de cas remarquables pris à Madagascar et dans d'autres régions du monde, où "Nature" et "Culture" s'entremêlent grâce à la gestion concomitante du temps long (qui s'écoule de manière linéaire) et du temps rond (qui présente des cyclicités de nature variée), pour revisiter les notions de "durabilité" et de "développement durable".

 

Intervenants: 

Samuel Razanaka est chercheur au Centre National de Recherche sur l'Environnement (CNRE) d'Antananarivo et Membre de l'Académie des Sciences Malgache. Ecologue, il travaille depuis de nombreuses années sur la connaissance , le fonctionnement et la conservation des écosystèmes forestiers de la Grande Île, ainsi que dans le conseil pour la définition de politiques environnementales au niveau national. Il s'intéresse aussi aux relations qu'ont noué les sociétés locales malgaches avec les arbres qui leur fournissent des biens et services fondamentaux à leurs modes de vie.

Didier Genin est chercheur à l'Institut de Recherche pour le Développement (IRD, France) en poste à Antananarivo (CNRE et UCM). Ecologue et pastoraliste, ses travaux visent à mieux appréhender la complexité des interactions entre les sociétés humaines et leur environnement. Les arbres constituent bien souvent des éléments fondamentaux à la fois des paysages et des modes de vie des populations qui les exploitent et les transforment. Au fil de ses pérégrinations scientifiques à travers le monde, il est constamment ému par la poésie de ces arbres qui, en silence, éveillent nos sens et ont tant à nous dire...

Retour en images...

Retour en images...