L’édition 2021 du Prix Jeunes Talents France distingue 35 chercheuses d’exception menant leurs recherches en France métropolitaine ou dans les Outre-Mer.
Pauline Palmas, post-doctorante au sein de l'UMR 241 EIO ÉCOSYSTÈMES INSULAIRES OCÉANIENS (UPF, IRD, Ifremer, Institut Louis Malardé) fait partie des chercheuses récompensées, incarnant avec les autres lauréates un immense espoir pour l’avenir de la science et de l’humanité.

Pour Alexandra Palt, Directrice Générale de la Fondation L’Oréal, "la Fondation L’Oréal et ses partenaires s’engagent résolument aux côtés des femmes, pour valoriser leur excellence scientifique et leur permettre de porter haut et fort les innovations de demain. En plus d’un soutien financier et d’une visibilité médiatique, le Prix L’Oréal-UNESCO Pour les Femmes et la Science propose aux jeunes talents une série de formations pour renforcer leur confiance en elles et les aider à briser plus facilement le plafond de verre."

Pauline Palmas a intégré l'UMR EIO 241 (UPF, IRD, Ifremer, Institut Louis Malardé) sur le campus de l'Université de Polynésie française en 2018, et se voit récompensée du Prix Jeunes Talents L’Oréal-UNESCO, ainsi que d'une dotation de 20 000 €, pour l'aider à poursuivre ses travaux de recherche sur les prédateurs introduits au sein d’écosystèmes fragiles.

Les invasions biologiques sont la première cause d’effondrement de la biodiversité dans les îles, lesquelles hébergent une biodiversité endémique, et emblématique pour les populations humaines résidentes.
Parmi les prédateurs envahissants, ses recherches concernent plus particulièrement le chat haret, un carnivore responsable de 26 % des extinctions récentes de vertébrés à l’échelle mondiale.

La Polynésie française est particulièrement concernée par cette crise d’extinction. Pauline Palmas évalue les impacts de ce prédateur et teste des hypothèses en contexte de multi-invasions. Son but : déterminer les îles où des actions de gestion doivent être implémentées d’urgence pour la préservation de la biodiversité.

À lire aussi :
"La présence de chats harets est supposée, sera-t-elle confirmée ?"
"Les chats sauvages menacent la faune polynésienne"

Pauline Palmas se voit récompensée du Prix Jeunes Talents L’Oréal-UNESCO pour la qualité de ses travaux de recherche sur les invasions biologiques. Elle mène ses travaux en Polynésie française au sein de l'UMR EIO (IRD, UPF, ILM, IFREMER).