Sommaire

Stefany Páez est sociologue, diplômée de l’Université Catholique de Quito (PUCE). Elle y a réalisé une licence et puis des études supérieures en sociologie et anthropologie urbaine, à l’Université de Tours, en France. Avec une expérience de plus de 10 ans dans la fonction publique équatorienne, elle a occupé des postes variés dans des institutions travaillant au développement de politiques publiques et de programmes nationaux ou projets liés à l’éducation, la culture, la jeunesse, la migration, la planification territoriale, la décentralisation, la mobilité humaine ou encore la coopération internationale. Actuellement, Stefany est responsable de France Volontaires en Equateur. France Volontaires est une plateforme française de volontariat, créée en 2009, travaillant en lien avec les acteurs publics et de la société civile impliqués dans la solidarité internationale.

Bonjour Stefany ! Pour commencer, pourrais-tu nous en dire un peu plus sur l’idée que tu te faisais petite de ta profession et si ton parcours jusqu’ici a été assez logique ou plutôt un fruit du hasard ? 

Stefany Paez 2

© IRD Equateur

Depuis toujours, je crois avoir voulu m’impliquer dans des activités nécessitant un contact important avec les gens. La sensibilité et l’empathie furent deux qualités dont j’ai dû faire preuve dans la majorité des projets que j’ai réalisé pendant ma formation académique et, à coté, en tant que militante dans certains mouvements sociaux. Je porte également un grand intérêt à la rencontre entre les cultures dans l’histoire de mon pays et en Amérique Latine, car, il me semble, que la seule manière de construire un future durable est de comprendre clairement d’où nous venons et comment nous échangeons. C’est pour ces raisons que j’ai démarré des études de sociologie à la PUCE finalement. 

Ma licence a correspondu à toutes les projections que je m’en faisais. D’ailleurs, je pense que ce qui la rend très pertinente est, entre autre chose, une construction sur des bases importantes de recherche scientifique, qui permet au sociologue de comprendre la société grâce à divers points de vue, systèmes, méthodologies, théories, etc. Notre travail est multidisciplinaire, ce qui rend possible de s’impliquer sur différentes thématiques, et, selon moi, c’est cela qui fait la richesse des sciences sociales en général. 
 

Très bien, cela dit, pourrais-tu nous décrire un peu plus ton travail actuel ? 

Je travaille pour France Volontaires (FV) depuis 3 ans. Pour ceux qui ne connaitraient pas, FV est une plateforme de volontariat français, fruit de l’alliance entre l’Etat et la société civile, pour le développement d’une politique d’intérêt général, qui consiste en la promotion de la solidarité internationale à travers le volontariat. Dans le monde, il existe 24 bureaux de France Volontaires, nommés “espace volontariat”. En Amérique Latine, nous sommes implantés dans deux pays : le Pérou et l’Équateur. 

En tant de responsable de FV dans le pays, j’ai à charge 5 missions principales : 

  • Valoriser / promouvoir le volontariat pour favoriser sa reconnaissance sociale et contribuer au développement d’écosystèmes de volontariat au niveau national. 
  • Former et accompagner les acteurs du volontariat en renforçant leurs compétences. 
  • Renforcer les réseaux et influencer la prise de décision et les politiques publiques en matière de volontariat en favorisant la création d’espaces de réflexion et de dialogue entre l’ensemble des acteurs nationaux et internationaux du volontariat. 
  • Expérimenter et innover en développant de nouveaux programmes de volontariat qui répondent autant aux défis de la société actuelle qu’à des études et besoin de recherche scientifique. 
card discover

© IRD Equateur

Stefany Paez 3

Avec France Volontaires Équateur nous avons, par exemple, collaboré en 2018 à la publication d’une étude sur le volontariat en Équateur, organisée par le GROUPE FARO. En 2019, nous avons organisé un séminaire, à l’échelle régionale, qui a mobilisé 5 pays d’Amérique Latine et des experts de France pour aborder les questions de volontariat à partir de diverses approches (définitions, programmes, financements, politiques publiques, réseaux, bonnes pratiques de gestion et innovation). La richesse des échanges autour des expériences et connaissances de chacun a permis à FV de recueillir des informations précieuses et publier un mémoire sur le séminaire au début 2020 afin de clore le projet de la meilleure des manières.

Actuellement, nous sommes impliqués dans un projet régional, grâce au soutien financier du MEAE, et aux fonds FSPI. Nos équipes d’Équateur et du Pérou ont unis leur force et parmi les activités que nous allons mettre en œuvre, il y a un volet de recherche intéressant et innovant sur les écosystèmes de volontariat et la formation permettant aux volontaires de se professionnaliser. Nous venons également de finir de construire un programme de formation en gestion de volontaires et renforcement organisationnel dans 5 pays d’Amérique Latine (Colombie, Bolivie, Paraguay, Pérou et Équateur).  Cette action a été rendue possible grâce à l’alliance entre la sphère académique (PUCE), la société civile (Fondation CRISFE) et la coopération internationale (France Volontaires).


Super, merci Stefany pour ces précisions. Pour finir, pourrais-tu éclaircir quels sont les liens entre FV et l’IRD, ici en Équateur ? 

En tant qu’opérateur de l’Etat, France Volontaires, fait partie de la coopération française dans les pays où nous sommes implantés. Dans le cas de l’Equateur, FV a eu diverses opportunités de collaboration avec l’IRD sur des thématiques liées à la sécurité par exemple, et particulièrement concernant les problématiques de gestion des risques pour les volontaires internationaux. Malheureusement, dans le contexte actuel, le volontariat est rendu très difficile tout autour de la planète, mais lorsque les conditions s’amélioreront nous souhaitons reprendre les partenariats entre nos deux structures. Nous croyons - à FV - que, d’une part, la science doit être au service de la société, et d’autre part que le volontariat permet d’impliquer de jeunes chercheurs avec leur communauté. En ce sens, le travail conjoint de l’IRD et FV prend tout son sens et a un grand potentiel. 

 

Merci Stefy d’avoir pris le temps de répondre à nos questions !

card discover

© IRD Equateur

Stefany Paez 4