Du 27 avril au 5 mai 2022, Valérie Verdier, Présidente-directrice générale de l’Institut de recherche pour le développement (IRD) est en déplacement en Nouvelle-Calédonie, pour la première fois depuis sa prise de fonction en février 2020. Elle est accompagnée de Philippe Charvis, directeur délégué à la science de l’Institut, de Frédéric Ménard, conseiller scientifique aux Outre-mer, de Claude-Anne Gauthier, directrice du Département relations internationales et européennes (DRIE) et Isabelle Benoist, secrétaire générale.

Au programme : rencontre des partenaires institutionnels, académiques et scientifiques de l’IRD pour échanger sur les enjeux liés à la recherche scientifique, à l’innovation et à la formation en partenariat en Nouvelle-Calédonie et dans le Pacifique.

L’IRD fait partie intégrante du paysage scientifique du territoire et entretient des relations très étroites avec l’Université de la Nouvelle-Calédonie, les acteurs de l’Enseignement supérieur, Recherche et Innovation (ESRI) et du développement ainsi qu’avec les collectivités territoriales. En effet, l’Institut fait de sa politique scientifique partenariale en Nouvelle-Calédonie un axe fort de sa stratégie partenariale.

Ce déplacement est également l’occasion de venir à la rencontre des autorités de Nouvelle-Calédonie, du gouvernement et des représentants des trois provinces. L’accord de partenariat avec la province Nord sera renouvelé à Koné, le vendredi 29 avril. 

Il s’agit par ailleurs d’affirmer la volonté de l’IRD de s’inscrire dans une dynamique d’ancrage régional, depuis et avec la Nouvelle-Calédonie, en partenariat notamment avec la Communauté du Pacifique (CPS) et le Programme régional océanien de l’environnement (PROE). C’est en effet à cette échelle que peuvent être apportées des réponses aux grands enjeux de préservation de la biodiversité, de lutte contre le réchauffement climatique et de durabilité des activités humaines. Dans cette perspective, l’Institut développe des programmes régionaux de recherche d’envergure ainsi que des collaborations, notamment autour de la compréhension de la variabilité de l’océan (PACPATH), de l’adaptation au changement climatique respectueux des savoirs locaux (CLIPSSA) ou encore relatifs au renforcement de la recherche et innovation dans ce contexte global (RERIPA).

Valérie Verdier participera en outre au lancement de la « Décennie des sciences océaniques » en Nouvelle-Calédonie, en présidant deux tables-rondes organisées par l’IRD le mardi 3 mai 2022, au Centre Culturel Tjibaou.

© IRD - Edwige Lamy

PDG de l’IRD, Valérie Verdier est une biologiste reconnue pour ses études en phytopathologie. Elle défend la coproduction d’une « science des solutions », où savoirs transdisciplinaires et savoirs locaux, co-construits avec les communautés scientifiques et les sociétés au Sud, contribuent à l’avancée des connaissances.

 

>> Téléchargez le communiqué de presse

Science de la durabilité : priorité stratégique de l’IRD

L’IRD porte une recherche partenariale pour des solutions adaptées aux défis environnementaux, économiques, sociaux et culturels auxquels les hommes et la planète font face. L’Institut accorde une place importante aux approches transversales et inclusives garantes d’une science de la durabilité.
Soucieuse de renforcer cet engagement, Valérie Verdier souhaite mettre « la diversité et la richesse des expertises et compétences de l’Institut au service de la recherche de solutions durables pour piloter et conduire les projets ».