Mis à jour le 13/07/20

Fonds de solidarité pour les projets innovants (FSPI)

Janvier 2019 - décembre 2020

Zimbabwe

Contexte

Le Zimbabwe a subi au cours des 30 dernières années de profondes mutations liées à une crise politico-économique entrainant le déclin de la production agricole et l’exode massif de son personnel qualifié. Aujourd’hui, le Zimbabwe fait face à une déstructuration de la recherche, de l’enseignement supérieur et des services techniques publics. Les filières de production animale souffrent d’une absence de systèmes de surveillance pour le contrôle des maladies animales à fort impact économique (Fièvre aphteuse, Brucellose, theilériose bovine, grippe aviaire...). Les besoins de formations et de personnel qualifié, de structures de biotechnologie avancée tel qu’un laboratoire de biologie moléculaire permettraient une autonomie nationale pour la gestion des épidémies animales et humaines.

Vache à grandes cornes, Zimbabwe.

© IRD - Eve Miguel

Objectifs

Ce projet contribuera à renforcer l’autonomie du Zimbabwe dans la lutte contre les maladies animales à fort impact économique en consolidant les capacités techniques nationales, favorisant l’accès aux techniques de pointe de biologie moléculaire et en développant une recherche locale de qualité sur l’émergence et/ou la réémergence des maladies infectieuses humaines et animales dans des conditions de changement climatique.

L’objectif principal du projet CAZCOM est de renforcer les capacités du Zimbabwe pour la surveillance et le contrôle des maladies animales et des maladies zoonotiques d’importance, en accord avec les recommandations de l’Organisation mondiale de la Santé Animale (OIE).

Le projet CAZCOM avec ses activités de formation, la mise en place d’un laboratoire aux standards internationaux, le développement de projets de recherche et la mise en place de systèmes de surveillance et de contrôle efficaces des maladies infectieuses émergentes vise à augmenter l’autonomie du Zimbabwe pour la lutte contre les maladies animales et suivre la stratégie nationale pour son élevage. Cette action s’inscrit également dans les recommandations de l’OIE pour garantir une meilleure qualité des services vétérinaires ainsi que des systèmes de surveillances efficaces et autonomes pour la surveillance des maladies animales et zoonotiques.

 

Partenaires

Coordination scientifique : Florian Liégeois, IRD.

 

Financement