Le projet MOSAIC, porté par Emmanuel Roux (UMR Espace-Dev), a obtenu récemment un financement du programme-cadre de l'Union européenne pour la recherche et l'innovation "Horizon Europe" (2021-2027). Il vise à promouvoir la santé des populations locales transfrontalières en Afrique de l'Est (Kenya) et en Amazonie (Brésil) en co-produisant des données et des connaissances sur l'environnement, les changements environnementaux et leurs impacts sur la santé.

Dans une récente interview, Emmanuel Roux a partagé avec nous les détails de ce projet qui implique quinze partenaires. Interdisciplinaire et intersectoriel, MOSAIC cherche à créer un écosystème de données pour informer et impliquer les communautés locales.

En Amazonie, la déforestation peut favoriser l’exposition des populations humaines à des réservoirs et/ou des vecteurs de pathogènes, générant ainsi un risque de transmission de maladies infectieuses.

© IRD - Antoine Boyrie et Anne-Elisabeth Laque

Quels sont les enjeux de ce projet ?

Les enjeux de MOSAIC sont de contribuer à la promotion de la santé des populations locales en Afrique de l'Est et en Amazonie en co-produisant des données sur l'environnement, les changements environnementaux et leurs impacts sur la santé. L'objectif est d'initier un cercle vertueux où les communautés, en étant mieux informées, peuvent élaborer des réponses d’adaptation et d’atténuation pour devenir potentiellement moins vulnérables à ces changements environnementaux. 

L’équipe de terrain de l’African Conservation Center (ACC) effectue un suivi de la végétation dans les zones de conservation communautaires du sud du Kenya.

© David Western, African Conservation Centre

Qui sont les partenaires et comment co-construisez-vous avec eux ?

Ce projet a vu le jour dans le cadre du programme The Future Of One Health, issu d’une collaboration entre l’IRD et l’entreprise SoScience dans le cadre des activités de la Communauté de savoirs (CoSav) « One Health » de l’IRD. Ce programme a permis de belles rencontres scientifiques et humaines, notamment avec l'African Conservation Center (ACC), une ONG axée sur la conservation de la faune sauvage au Kenya, et un des principaux partenaires de MOSAIC.

Outre l’ACC, nous avons 13 partenaires, ayant différentes implications et qui permettent de mettre effectivement en œuvre une approche interdisciplinaire. Ils incluent notamment la Plateforme internationale pour la science, la technologie et l’innovation en santé (PICTIS), dont la Fondation Oswaldo Cruz (Fiocruz) fait partie. La Fiocruz est un institut public brésilien rattaché au ministère de la  santé et avec lequel nous avons un partenariat suivi depuis plusieurs années, notamment dans le cadre de la co-direction du Laboratoire Mixte International (LMI) Sentinela. Nous avons également un historique de coopération avec d’autres partenaires du consortium, en France (Université d’Artois, Aix Marseille Université, INRAE, CIRAD, Université de Perpignan) en Guyane française (Institut Pasteur de la Guyane, Centre hospitalier de Cayenne), au Brésil (Université de Brasília) et en Colombie (Université nationale de Colombie), dans le cadre du LMI Sentinela et de ses activités de recherche aux frontières internationales de l’Amazonie brésilienne. Le partenariat avec l'Université de Varsovie permettra quant à lui le développement des infrastructures de données et les logiciels pour créer véritablement un écosystème de données qui servira toutes les parties prenantes de ce projet. Les autres partenaires (Université de Lisbonne, Organisation panaméricaine de la santé) complètent l’expertise du consortium sur les questions de politiques et de santé publiques. Notre approche est de co-construire le projet avec les partenaires avec une forte implication des communautés locales.

Séance de test de "Moustic’où ?", un jeu de plateau permettant, tout en s’amusant, d’acquérir des connaissances sur les moustiques, leurs habitats, les risques associés et les gestes de prévention adéquats.

© IRD - Emmanuel Roux et @ Fiocruz

Sur quelles connaissances votre équipe s'appuie-t-elle ?

Nous nous appuyons sur nos partenariats existants au Brésil et au Kenya, ainsi que sur des projets précédents liés à la surveillance de l'environnement et de la santé aux frontières internationales de l’Amazonie brésilienne. L’équipe projet utilise des approches participatives pour recueillir des données et des connaissances des acteurs locaux, y compris les communautés locales. Nos connaissances scientifiques précédentes sur les impacts des changements environnementaux sur la santé ont également guidé la construction du projet.

Engager les communautés locales dans la production et la dissémination de données et de connaissances fait partie de l’approche participative que le projet MOSAIC souhaite renforcer.

© David Western, African Conservation Centre

Quels sont les résultats attendus de MOSAIC ?

Les résultats concrets comprennent la création d'un écosystème de données pour collecter, analyser et partager des informations environnementales et de santé. Il a aussi pour but de faire en sorte que les communautés locales participent à cette collecte, à la construction des indicateurs qui intègrent des données provenant d’autres systèmes de surveillance environnementale, épidémiologique, etc., ainsi qu’à la dissémination des données et connaissances. Nous visons également à renforcer les capacités de l’ensemble des chercheurs du projet dans la mise en œuvre d'approches participatives avec les communautés locales, afin de véritablement engager ces dernières dans l’ensemble des phases du projet. À long terme, nous espérons renforcer la capacité des communautés locales à participer au débat sur la santé et l'environnement à leur échelle locale, nationale et internationale, et à contribuer à trouver des solutions d'atténuation et d’adaptation adaptées, acceptables et durables.

The livelihoods of the Maasai people of Kenya and Tanzania are largely based on the milk and meat produced by their livestock.

© David Western, African Conservation Centre

En quoi votre recherche contribue-t-elle à la science de la durabilité ?

Notre approche intersectorielle, centrée sur la coconstruction avec les instances décisionnelles et les communautés locales, vise à créer des solutions, fondées sur les connaissances scientifiques et communautaires, qui soient acceptables et durables. En appliquant les principes de la science ouverte, et en considérant toutes les dimensions du système (santés humaine, animale et écosystémique, selon une approche One Health), nous cherchons à changer les pratiques des différentes parties prenantes afin d'initier un cercle vertueux pour la santé et l'environnement. MOSAIC est un projet ambitieux qui promeut la durabilité environnementale et la santé des populations locales.

Contact science : Emmanuel Roux, IRD, Espace-Dev emmanuel.roux@ird.fr


Contacts communication : Baptiste Pellegrinetti, Julie Sansoulet communication.occitanie@ird.fr